En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
 Plusieurs grands patrons (Axa, Engie, Danone, BNP Paribas ou encore Orange) se font coachés par des salariés juniors voir des stagiaires.
Le monde à l’envers

Se faire coacher par son stagiaire, le pari délicat mais souvent gagnant des grands patrons

Publié le 19 octobre 2015
Les grands patrons n'hésitent plus à aller voir les plus juniors pour bénéficier de leur expertise : un mentoring inversé qui séduit même les plus grands PDG. Mais à trop émanciper les juniors, on prend le risque qu'ils aillent monter leur propre start-up.
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Camby est l’auteur de 48 clés pour un management durable - Bien-être et performance, publié aux éditions Yves Briend Ed. Il dirige à Genève la société Essentiel Management qui intervient en Belgique, en France, au Québec et en Suisse. Il anime...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les grands patrons n'hésitent plus à aller voir les plus juniors pour bénéficier de leur expertise : un mentoring inversé qui séduit même les plus grands PDG. Mais à trop émanciper les juniors, on prend le risque qu'ils aillent monter leur propre start-up.

Atlantico : Plusieurs grands patrons (Axa, Engie, Danone, BNP Paribas ou encore Orange) se font coachés par des salariés juniors voir des stagiaires. Comment fonctionne ce mentoring inversé ? Est-il courant dans les entreprises françaises et internationales ?

Xavier Camby  : Cette pratique toute récente demeure très confidentielle, dans les deux acceptations du mot : très peu en parlent et trop peu la mettent en place ! Et encore s'agit-il majoritairement d'un training technique ou d'expertise, plus que d'un authentique coaching. L'hyper-mobilité moderne, physique (on déménage souvent, au sein de mégapoles), comme intellectuelle (les référentiels passés sont obsolètes et toute culture est devenue accessible, en quelques clics), la digitalisation des relations humaines et des comportements sociaux ont littéralement laissé sur place les paradigmes du siècle dernier.

Ce n'est donc pas du jeunisme ni de la démagogie de la part de dirigeants formés avant 1990 que de chercher à comprendre notre nouveau monde, en allant à la source : l'expérience, même très neuve, mais déjà ô combien renouvelée, de ceux qui sont nés avec Internet et qui ont, depuis qu'ils savent lire le savoir mondial, dans la poche de leur jeans.

Quels sont les avantages et les inconvénients de ce coaching à l'envers ? Comment bien encadrer cette pratique ?

Je ne crois pas qu'il s'agisse là d'une pratique "à encadrer" ! Puis-je même vous proposer l'inverse ? Les vraies bonnes pratiques, celles qui sont effectivement utiles et créatrices de valeur, ne s'encadrent pas, ne se décrètent pas plus qu'elles ne se légifèrent ! Elles sont cooptées par ceux qui en font leur bénéfice et évoluent ensuite librement, au gré des besoins.

Inversé ou non, il ne s'agit pas plus d'un vrai coaching, au sens habituel d'humaniser le traitement des ressources. 

Cependant, il existe pourtant une forme ancienne -et des précédents nombreux en attestent- de cet utile accompagnement de ceux dont le métier est de choisir et de décider.

Jadis, et cette bonne pratique n'a jamais cessé de faire ses preuves, ceux désignés au sein d'un groupe pour décider se voyaient très souvent adjoindre un socius (compagnon en latin, qui donnera le mot associé -la racine en est sequor, suivre, qui définit "une ligne de conduite, des principes et une manière de vivre"). Un socius, un alter-ego, jeune ou candide, vieux ou sage, qui a pour mission d'aider celui qui décide à faire les bons choix, l'éclairant comme il le peut -et souvent le simple bon-sens aide radicalement celui que le stress de devoir décider peut aveugler.

Nous assistons donc à une forme renouvelée de cette belle idée, à base de réalisme et d'humilité : "je ne sais pas tout, notamment de ce monde nouveau. J'ai besoin de l'aide d'un autochtone ou d'un aborigène d'Internet pour y faire mon chemin et ainsi définir le futur de ma société."

Cette tendance bouscule-t-elle la hiérarchie dans les entreprises et la vision de celle-ci ?

Non ! Ces jeunes coachs en débardeur et en running shoes -loins, très loins de toute certification normative- ne sont à la recherche d'aucun pouvoir, contrairement à nombre de cadres ou de consultants internalisés. Leur domaine est la création, l'innovation, le plaisir. Leurs valeurs les plus intimes constituent leur priorité : la liberté, la vérité, l'audace...

Si d'aventure, ils se fourvoient à accepter un contrat de travail au sein de l'entreprise qu'ils conseillent, par amitié pour leur patron peut-être, ils viendront rapidement grossir le nombre de ces jeunes diplômés qui quittent avant 24 mois leur premier employeur (43% actuellement en France).

Il existe cependant une chance pour que leurs attitudes et leurs avis "libèrent" les entreprises de leurs croyances surannées, à base de taylorisme, d'autoritarisme inconscient et de contrôles renforcés (qui toujours détruisent toute confiance). 

Ce démarche a-t-elle un impact sur l'intégration des plus jeunes dans les entreprises ?

Ces coach juniors n'enverront pas leur CV en réponse à des annonces publiées par Pôle Emploi ! Leur vraie place, et ils le savent, sera d'animer des start-up, qu'ils iront créer où rejoindre dans des pays économiquement libres, valorisant l'initiative créatrice et l'audace entrepreneuriale, en ateliers de co-working, fondés sur l'économie de contribution (USA, Canada, Suisse, Brésil, Israël, Afrique du Sud... sans compter l'immense Asie...). 

Leur expertise est trop précieuse, de même que leur mobilité trop chère à leurs yeux, pour qu'ils acceptent de vivre dans un système qui leur explique qu'ils deviendront, en vieillissant, une variable d'ajustement économique au profit de l'actionnaire (EBITDA) ou de l'état (taxes), au gré de crises économiques répétitives.

Ce qui peut inquiéter les décideurs-dinosaures, lesquels n'ont pas encore entrepris leur évolution interne, c'est que les créateurs de demain sont déjà nés, et qu'ils leur échappent...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zombikiller
- 20/10/2015 - 05:54
orthographe
impensable de laisser publier des fautes aussi énormes
zouk
- 19/10/2015 - 15:48
Ecoute de jeunes stagiaires dans les grandes entreprises
Surtout NE PAS ENCADRER! Ce serait le plus sûr moyen de stériliser toute approche, elle doit rester spontanée et confidentielle.
Atlantica
- 19/10/2015 - 10:36
Se faire coacher
"Plusieurs grands patrons (Axa, Engie, Danone, BNP Paribas ou encore Orange) se font coachés par des salariés juniors ".
Je suggère au stagiaire qui a écrit l'article de se faire coacher pour sa grammaire.