En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Fausse joie
1,8% de croissance pour 2016 : pourquoi Hollande ne devrait pas trop se réjouir des nouvelles prévisions de l’OFCE
Publié le 17 octobre 2015
Selon l’OFCE, la France retrouverait le chemin d’une croissance confortable pour l’année 2016, à 1.8%, ce qui viendrait "redonner espoir" à François Hollande. Pourtant, lors de ses dernières prévisions, l’OFCE prévoyait une croissance de 2.1% pour 2016, c’est donc bien une révision à la baisse qui a eu lieu.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon l’OFCE, la France retrouverait le chemin d’une croissance confortable pour l’année 2016, à 1.8%, ce qui viendrait "redonner espoir" à François Hollande. Pourtant, lors de ses dernières prévisions, l’OFCE prévoyait une croissance de 2.1% pour 2016, c’est donc bien une révision à la baisse qui a eu lieu.

Le 15 octobre, l’OFCE dévoilait ses prévisions de croissance française pour les années 2015 et 2016. Avec une anticipation de 1.1% pour l’année en cours, et de 1.8% pour l’année 2016, soit 0.3 point supplémentaire par rapport aux prévisions du gouvernement. L’observatoire français des conjonctures économiques prévoit ainsi une accélération économique du pays pour la fin du quinquennat, qui aurait pour conséquence une baisse du taux de chômage, à 9.7%, ce qui viendrait, enfin, valider le scénario d’une inversion de la courbe du chômage, annoncée depuis 2012 par François Hollande.

C’est ce que l’hebdomadaire Le Point relaye sous le titre "Croissance : la prévision qui redonne espoir à François Hollande", avant d’indiquer : "C’est sensiblement plus que la prévision de 1.5% de Bercy sur laquelle repose le projet de budget 2016. Le ministre des finances, qui vante partout la prudence de ses prévisions, en sort conforté". De son côté la Tribune indique "Pour L’OFCE, 2016 sera la vraie année de la reprise".

Soit. Les prévisions formulées par l’OFCE font ainsi état de causes exogènes, comme la baisse du prix du pétrole, conséquence du combat que se livrent les pays producteurs de pétrole, mais également du résultat de politiques publiques européennes. En premier lieu, le soutien qui a été apporté à la demande au sein de la zone euro, de la part de la Banque centrale européenne, au travers de son programme de rachats d’actifs, dénommé assouplissement quantitatif et lancé en janvier dernier. Mais également, en second lieu, de l’atténuation des politiques d’austérité budgétaire, qui avaient pu considérablement alourdir la facture récessionniste au cours des dernières années.

Mais Michel Sapin et François Hollande devraient également prendre en compte un autre point. Car si l’OFCE indique une année 2016 favorable à la croissance en France, le chiffre publié n’est en rien une révision à la hausse. En effet, lors du dernier point conjoncture, en avril dernier, l’OFCE tablait sur une croissance de 1.4% pour l’année 2015, qui a ainsi été révisée à 1.1% ce 15 octobre. Et c’est le même constat qui peut être dressé pour l’année suivante, puisqu’en avril, l’observatoire tablait sur une croissance de 2.1% pour 2016, avant d’être abaissée à 1.8% lors de ce dernier point de conjoncture.

Ainsi, cette prédiction est bien plus favorable que celle du gouvernement, mais elle traduit plutôt une baisse du niveau de confiance de l’OFCE pour l’économie française, par rapport au mois d’avril dernier. Ceci notamment en conséquence du ralentissement de l’économie chinoise, qui fait peser une menace sérieuse sur les exportations françaises, et plus largement, sur celles du continent tout entier. Mais cette révision à la baisse n’est pas une anomalie par rapport aux autres organismes de prévisions.

En effet, l’INSEE prévoit également une croissance 1.1% pour le pays en 2015, tout comme le prévoit la commission européenne. Alors que le chiffre de 1.2% est retenu pour le FMI et par le Banque de France, ou encore celui de 1% pour l’OCDE. Concernant l’année 2016, le gouvernement table bien sur une croissance de 1.5%, alors que l’OCDE table sur 1.4%, 1.7% pour la Commission européenne ou encore 1.8% pour la Banque de France. Ainsi, en abaissant sa prévision pour 2016, de 2.1 à 1.8%, l’OFCE rejoint finalement la fourchette du consensus, c’est-à-dire un chiffre compris entre 1.4 et 1.8%. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Attention danger politique pour Emmanuel Macron : voilà pourquoi l’électorat en marche est à manier avec grande précaution
04.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Un bilan dont il “n’y a pas à rougir” : radioscopie des performances économiques de la France depuis l’élection d’Emmanuel Macron
07.
Cancer : Non, on ne peut pas affamer les cellules malades, mais il est possible d’optimiser son alimentation
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
05.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bjorn borg
- 17/10/2015 - 19:31
Comment ?
Voulez-vous que ça marche avec toujours plus de fonctionnaires payés pas les contribuables ? ? Hein ?
Anguerrand
- 17/10/2015 - 17:34
1,5 ou 2,1% c'est pas gagné.
Les planètes sont alignées favorablement , taux très bas, euro bas, énergies au plus bas. Personne ne peut affirmer que ces éléments qui profitent à toute l'Europe sauf à la France, continuerons. Dans des circonstances si favorable il n'y a eu aucun effets sur notre économie. Alors si ces circonstances favorables disparaissent que deviendra nos économie avec un tel président. Le niveau des taux d'emprunts risque d'augmenter et sur plus de 2.000milliards de dettes ça fera très mal.
zouk
- 17/10/2015 - 11:36
Croissance.....
1.8% plutôt que 2.1% d'abord prévu. Avec l'incompétence pyramidale de notre gouvernement, qui freine E. Macron de toutes ses forces, que nous reste-t-il: hausser les épaules?