En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Zone franche

Un nouveau "moment Bayrou" ? Oui, un de plus…

Publié le 01 décembre 2011
Au coude-à-coude dans les sondages, Hollande et Sarkozy pensent avoir besoin d’un Bayrou qui pense n’avoir besoin de personne. Ça va mal se terminer.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Son dernier roman : Deuxième mi-temps, Intervalles, 2019  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au coude-à-coude dans les sondages, Hollande et Sarkozy pensent avoir besoin d’un Bayrou qui pense n’avoir besoin de personne. Ça va mal se terminer.

Les Guignols de Canal + ont beau se moquer de la faiblesse du nombre d’amis Facebook de François Bayrou, le boss du Modem n’a jamais été « poké »[1] avec autant d’enthousiasme ― de droite comme de gauche.

Pour un général sans armée, dont on peine à voir comment il pourrait aider qui que ce soit à remporter la moindre bataille, c’est assez flatteur. Mais l’homme pèse 7% dans l’opinion, apprend-on, et dans la perspective d’une bagarre au couteau pour le second tour, il vaut sans doute mieux l’avoir avec soi plutôt que contre.

François Hollande en ferait bien un ministre, Xavier Bertrand passe son temps à lui rappeler la préhistoire géométrique où le centre était confortablement installé à droite et c’est tout juste si les Verts ne s’apprêtent pas à lui offrir un weekend avec Eva Joly dans un Relais & Châteaux… Non, là, c’est pour rire : s’il y a quelqu’un pour qui Bayrou reste infréquentable, c’est bien Joly, qui le trouve au moins aussi archaïque que la « marionnette en bois » censée amener la gauche à l’Elysée !

Mais Bayrou minaude et se fait prier. D’abord parce qu’être courtisé c’est agréable et qu’il se souvient sans doute encore avec émotion de l’époque où Ségolène Royal herself lui donnait la sérénade sous son balcon, mais surtout parce qu’il est irrémédiablement coincé dans sa stratégie ni-niste depuis 2007.

Se rapprocher de l’UMP ? Hum, impensable pour l’auteur d’Abus de pouvoir, l’un des bréviaires anti-Sarkozy les plus virulents (et il y a pourtant de la concurrence dans le domaine), pourfendeur acharné de l’omniprésidence. Faire un bout de chemin avec le PS, dont le programme est carrément « insoutenable » ? Ridicule…

Le drame de Bayrou, finalement, c’est qu’il continue d’imaginer qu’un espace existe pour un candidat de l’entre-deux (« Notre campagne appellera un large regroupement politique, au centre de la vie politique française ») dans un paysage politique ultra-polarisé où les loups solitaires dans son genre ont toujours échoué.

On peut le déplorer. On peut souhaiter que ça change, que les comportement de supporters de foot des électeurs français laissent un jour la place à un examen objectif des projets et c’est sans doute ce sur quoi il table ― mais l’on n’y croit guère.

Lui y croit, en tout cas, et le 7 décembre prochain, lorsqu’il annoncera officiellement sa candidature (non non, il ne l’avait pas déjà fait, c’était juste une impression), il est probable qu’il inaugurera un nouveau « moment Bayrou » de quelques semaines. Ça pourrait bien être le dernier.



[1] OK, OK, le « poke » n’existe plus sur Facebook, je suis au courant. C’est juste une façon de parler.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

06.

Donald Trump réfléchirait à acheter le Groenland : l'île répond qu'elle n'est pas à vendre

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 01/12/2011 - 20:57
Mais que propose Bayrou : être président et torpiller Sarkozy
Ca ne fait pas un programme.
D'années en années il nous sort toujours les mêmes salades. Quant à ces 2 passage à l'EN, à part de prendre les syndicats dans le sens du poil : qu'à t'il fait ?
Comme il veut un bon poste, sa seule solution est d'appeler à voter Hollande, ce qu'il a du planifier avec lui.
Voter Bayrou au 1er tour, C'EST VOTER HOLLANDE
alankin
- 01/12/2011 - 14:04
la posture de Mr propre ne suffit pas...
les gens attendent en crise majeure des propositions. si, à droite et au centre ce n'est pas crédible, alors les gens iront sur NS une fois de plus.même si c'est la mort dans l'âme.
exemple : anonner "produire en France" en en restant là, ce n'est guère crédible.
pour hollande, faire payer les riches n'est pas non plus crédible pour être suffisant...
Flush71
- 01/12/2011 - 13:31
Sondages : dés pipés
J'espère que si Bayrou monte à plus de 20% dans les sondages, comme en 2007, on aura l'honnêteté de le proposer un 2ème tour. En 2007, on l'avait occulté, parce le résultat était sans appel : Bayrou gagnait dans tous les cas et l'effet était ravageur pour Ségolène et pour Sarkozy. En 2012, le résultat serait sans doute le même. Espérons que cette fois, les dés ne seront pas pipés !