En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 16 heures 24 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 18 heures 41 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 30 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 21 heures 20 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 1 jour 29 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 1 jour 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 1 jour 52 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 16 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 18 heures 36 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 19 heures 29 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 21 heures 15 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 23 heures 9 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 1 jour 34 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 1 jour 51 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 1 jour 53 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 15 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 16 heures
© Reuters
Chacun des candidats à la primaire des Républicains entend bien poursuivre l'élaboration de son propre programme.
© Reuters
Chacun des candidats à la primaire des Républicains entend bien poursuivre l'élaboration de son propre programme.
Droits dans leurs bottes

Les plans des camps Juppé et Le Maire pour échapper au programme unique proposé par Nicolas Sarkozy

Publié le 18 septembre 2015
Alain Juppé et Bruno Le Maire n'entendent pas se laisser lier les mains par le programme commun proposé au Touquet par Nicolas Sarkozy. Quitte à passer pour des diviseurs, une stratégie qui pourrait s’avérer risquée, ils continuent à travailler sur leur propre corpus idéologique.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Juppé et Bruno Le Maire n'entendent pas se laisser lier les mains par le programme commun proposé au Touquet par Nicolas Sarkozy. Quitte à passer pour des diviseurs, une stratégie qui pourrait s’avérer risquée, ils continuent à travailler sur leur propre corpus idéologique.

A la tribune, il s’enflamme et déclame comme on s’offusque qu’une telle évidence n’ait pas encore sauté aux yeux de tous. "Si on habite la même famille politique, si on porte depuis tant d’années les mêmes combats, c’est que les points communs entre nous doivent être plus forts que les différences. Il y aura donc avant les primaires un projet d’alternance, qui engagera tous ceux qui seront candidats aux primaires." La salle applaudit à tout rompre. Les jeunes militants qui se trouvent au Touquet pour leur campus de rentrée, sarkozystes ou non, rêvent d’unité, de combat commun pour battre la gauche. Le premier rang, en revanche, constitué d’élus, fait la grimace.

 

Cette histoire de programme commun, ça n’est pas la première fois que Nicolas Sarkozy en parle. C’est sa petite trouvaille à lui, pour contraindre ses concurrents à suivre la ligne du parti, les priver de liberté, les empêcher de se distinguer. Son petit cadeau de rentrée. Jusqu’ici cette proposition avait été faite à demi-mot, aux détours d’une phrase. Cette fois, il la martèle, la claironne même car le moment s’y prête, la campagne des régionales qui s’ouvre impose, en effet, aux différents impétrants de mettre en sourdine leurs divergences. Le président des Républicains a donc décidé de s’engouffrer dans la brèche pour aller un peu plus loin et imposer son programme à tous, sans grand espoir d’être entendu.

 

"Ça n’a aucun sens, explique-t-on chez Bruno Le Maire. Il tente de s’imposer comme unique maître du discours politique à droite mais à partir du moment où on accepte les primaires, on doit aussi accepter le débat. Les primaires ne sont pas un simple casting. Il tente de s’imposer comme le boss contre toute espèce de réalité, c’est pathétique." Et d’insister : "Il est important que la campagne des primaires se passe bien, que ce ne soit pas sanglant mais ça ne veut pas dire que tout le monde soit au garde à vous." Même son de cloche chez Alain Juppé : "que le parti réfléchisse c’est bien, on lui reprocherait de ne pas le faire mais ce travail ne peut accoucher d’un projet pour les primaires tout simplement parce que ce ne sont pas les primaires des Républicains mais les primaires de la droite et du centre. L’UDI, par exemple, ne peut pas se sentir engagé par un programme élaboré par les Républicains." Et puis, balaie d'un revers de main l’un des conseillers du maire de Bordeaux en souriant : "il n’a aucun moyen de contraindre qui que ce soit". "Il va faire quoi, si on ne respecte pas son programme ? Nous mettre un pistolet sur la tempe, nous envoyer au goulag ?", rigole-t-on chez un autre candidat.

 

Et pour bien montrer qu’ils n’entendent pas se soumettre, dès la parution des 12 propositions sur l’immigration qui depuis jeudi sont soumises au vote des militants Républicians et qui doivent constituer une partie de ce fameux programme commun, Alain Juppé, Bruno Le Maire et Nathalie Kosciusko-Morizet ont souhaité s'exprimer afin de prendre leur distance. Nathalie Kosciusko-Morizet refuse l’idée des centres de rétention pour demandeurs d’asile, Alain Juppé s’interroge sur le rétablissement du contrôle aux frontières, se déclare contre la suppression de l’aide médicale d’État (AME) et ne souhaite pas refuser la nationalité aux enfants nés en France de parents sans papier. Enfin, il refuse d’opposer assimilation et intégration comme le fait Nicolas Sarkozy dans le douzième point qu’il a souhaité ajouter. Bruno Le Maire, lui, a préféré répondre par vidéo. "Nous avons moins besoin de déclarations radicales que de décisions radicales", explique-t-il. Il demande que les déboutés du droit d’asile soient effectivement raccompagnés à la frontière comme toutes les personnes visées par une obligation à quitter le territoire français (OQTF). L’ancien ministre souhaite aussi que les règles du regroupement familial soient respectées." Il se dit attaché à une meilleure intégration des nouveaux arrivants sans piper mot du concept d’assimilation évoqué par Nicolas Sarkozy. L’ancien ministre a d’ailleurs choisi de ne répondre à aucune des questions posées par son parti aux militants. François Fillon, dont l’entourage n’a pas souhaité répondre à nos questions, aborde pour sa part la question différemment expliquant à France 2 que la copie des Républicains s’inspirait de ses propres propositions.

Et chacun des candidats entend bien poursuivre l'élaboration de son propre programme. Comme Alain Juppé, qui sortira en janvier un livre détaillant ses propositions sur les questions régaliennes. "Depuis 1965 et l’élection du Président de la République au suffrage universel, c’est le candidat qui fait son programme", explique un proche du maire de Bordeaux qui n'image pas un seul instant qu'il en soit, en 2017, autrement. "Rien de verrouillera rien, aucun militant n'attend des primaires qu'elles soient un concours de beauté", reconnaît le député des Français de l’étranger Frédéric Lefevbre ancien proche de Nicolas Sarkozy.

 

Nicolas Sarkozy s’est-il bercé d’illusions ? A-t-il était assez candide pour croire qu’un simple coup de menton au Touquet suffirait à contraindre ses concurrents ? Le président des Républicains qui n’est plus naïf depuis longtemps, entend ainsi souligner l’individualisme de ses opposants. Il espère démontrer que les autres ne pensent qu’aux primaires alors que lui-même se bat pour maintenir l’unité de sa famille menacée par les rivalités. Un discours qui rencontre un écho d'autant plus positif chez les militants que la campagne des régionales qui commence impose de se serrer les coudes. D’ailleurs, Alain Juppé, qui l'a bien compris, multiplie les déplacements pour soutenir les candidats en région. Il était encore hier aux cotés de Xavier Bertrand dans le Nord. Bruno Le Maire, pour sa part, assume une stratégie plus personnelle.

 

Mais ils sont, au fond, tout deux sont persuadés que le vote des militants Républicains ne sera pas décisif en 2016. En effet, ils sont 213 000 aujourd’hui alors que Bruno Le Maire comme Alain Juppé espère 2 millions de votants. "Et puis franchement, lance-t-on chez Alain Juppé, entre 2002 et 2004, certains ne sont pas particulièrement sentis liés par ce que disait le chef du parti à l’époque". Qui n’était autre qu’Alain Juppé, alors que Nicolas Sarkozy, lui, préparait déjà sa candidature de 2007. De façon très personnelle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Camtom
- 19/09/2015 - 08:25
Scrat75
D'accord!
scrat75
- 19/09/2015 - 07:01
vote des militants
C'est juste une question de bon sens .
J'ai eu l'occasion de voter pour ce programme. Je l'ai montré à un ami qui se revendique à gauche depuis tjrs.
Et bien qu'elle n'a pas été ma surprise de constater qu'il partageait mon point de vu à 80 %
Finissons en une bonne fois pour toute avec tous ces carriéristes qui ne pense qu'à leur élection. Laissons le peuple prendre les décisions en les soumettants au référendum populaire.....
jurgio
- 18/09/2015 - 15:47
Juppé et Le Maire bien partis
pour faire le parti de Hollande !