En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 9 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 11 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 2 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 19 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 40 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 14 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 34 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 11 heures 37 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 5 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 38 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 3 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 40 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 18 heures 36 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 10 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 32 min
© Reuters
Bien ancrée dans le sol, Marine Le Pen englobe l’ensemble de l’auditoire (pourtant considérable) par l’aller et retour constant du regard.
© Reuters
Bien ancrée dans le sol, Marine Le Pen englobe l’ensemble de l’auditoire (pourtant considérable) par l’aller et retour constant du regard.
Rhétorico-laser

Marine Le Pen ou la rhétorique du mythe

Publié le 18 septembre 2015
Dans les discours de la leader du Front national, l'ennemi est toujours sans visage - donc aux cent visages - faisant émerger presque systématiquement la bonne vieille "théorie de la conspiration".
Christophe de Voogd
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe de Voogd est normalien et docteur en histoire, spécialiste des idées et de la rhétorique politiques qu’il enseigne à Sciences Po et à Bruxelles. Dernier ouvrage paru : « Réformer : quel discours pour convaincre ? » (Fondapol, 2017)...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans les discours de la leader du Front national, l'ennemi est toujours sans visage - donc aux cent visages - faisant émerger presque systématiquement la bonne vieille "théorie de la conspiration".

Au risque de se faire traiter de néo-fasciste, l’on affirmera d’emblée que Marine Le Pen est une excellente oratrice. En témoigne, s’il en était besoin, son véritable tour de force rhétorique de dimanche dernier aux universités du FN : un long discours d’une heure et quart, où elle a tenu la distance sans fléchir, tout en étant à son meilleur au début et à la fin : toujours soigner la première et la dernière impression !

Commençons par le "non verbal", langage du corps et usage de la voix. Non pas, comme l’affirme à tort un vrai mythe de la « com’ », parce que ces éléments seraient bien plus importants que le propos lui-même ; mais parce que leur congruence avec le discours est absolument décisive pour la délivrance du message. En la matière, sans avoir les ressources d’un Obama, Marine Le Pen est efficace : bien ancrée dans le sol, elle englobe l’ensemble de l’auditoire (pourtant considérable) par l’aller et retour constant du regard. Corps bien droit mais qu’elle fléchit souvent avant de le redresser vivement, incarnant une sorte d’énergie féline, prête à bondir sur l’adversaire. Les mains sont utilisées à bon escient et (à la différence de Nicolas Sarkozy) avec économie : index levé pour demander l’attention ou souligner le propos ; doigts qui comptent les arguments en même temps que l’orateur les énumère ; poings qui se referment pour marteler une assertion ; mains qui balaient l’objection ou moulinent l’air pour mimer le vide de la parole adverse. Puis qui s’ouvrent, paumes vers le haut et bras écartés, en signe d’accueil, d’appel adressé au public et, au-delà, au « peuple ». Invitation accompagnée d’un large sourire : sourire qui se fait grinçant dans les nombreux moments de sarcasme accablant l’adversaire.

La voix est naturellement grave et ne dérape jamais dans l’aigu un rien éraillée par la cigarette sans doute, mais cela convient parfaitement au registre de la gouaille populaire –ou populiste- dont elle use si volontiers. Contrairement à la « conversation naturelle » (et aux mauvais orateurs !), aucune baisse du niveau sonore en fin de phrase, car s’y trouve souvent le mot-clef. Aucun « euh », non plus, contrairement à François Hollande et un usage très maîtrisé du silence et de ses multiples usages : respiration, interpellation, attente des applaudissements etc…; D’où une certaine lenteur de la diction, en moyenne autour de 150 mots/ minute, mais qui n’est jamais uniforme et qui, là encore, convient très bien à la tonalité générale choisie : la solennité.

La richesse du non verbal a pour symétrique la véritable encyclopédie du discours mise au service du propos : questions rhétoriques, images populaires (« roulés dans la farine »), sentences, oxymores (« belle âmes molles »), rythmes ternaires…La figure dominante reste celle de l’accumulation : accumulation des défis, des dangers, des fautes, des contradictions, des scandales de l’adversaire. Accumulation accentuée par le martèlement des anaphores et organisée en gradation pour assurer la montée de l’indignation. L’argumentation vise sans détour les trois ressentiments les plus puissants dans l’être humain: ressentiments devant la menace, devant l’injustice et devant l’absurde. Car la thèse centrale est elle aussi sans détour : le « laxisme » dans tous les domaines du PS et de l’UMP (jamais Marine Le Pen n’emploie la nouvelle appellation des « Républicains ») met en péril la survie même de la France. Le message est tout aussi limpide, décliné à volonté à travers la métaphore filée de la protection: « Nous serons le bouclier des Français ».

De là un discours littéralement hystérisant, chauffant la salle à blanc dans l’attente impatiente de la délivrance… que l’orateur va, à intervalles réguliers, offrir par son ethos (désintéressement, lucidité, et dévouement) et tel élément de son programme politique. Avant de repartir dans une nouvelle séquence d’hystérisation, ponctuée par un nouveau message de réassurance…

Le procédé central est celui de l’inversion de la charge, selon l’adage, lui aussi populaire, du "c’est celui qui le dit qui l’est !" : partant de l’implicite ("on nous accuse de…") Marine Le Pen renverse systématiquement l’accusation : on nous dit brutaux et inhumains, mais "où est la cruauté, où est l’inhumanité au final ?" Par une triangulation systématique (l’apport de Florian Philippot) les services publics, la défense des faibles, la justice (leitmotiv du discours) sont arrachées à la gauche et captées par le FN. Ce qui rend au passage totalement dérisoire la sempiternelle illusion qu’il ne menace que la droite...

L’antithèse structure donc logiquement le discours, à travers une mise en scène des plus simples et de plus efficaces. Les "forces agissantes" de cette dramaturgie sont clairement identifiées : face à "eux" (l’UMPS, l’Europe, l’Allemagne, les mondialistes les multiculturalistes, les « pédagogistes » la finance, les islamistes etc…) le "nous" se construit, aussi rassembleur que possible, dans une vaste opération d’attrape-tout électoraliste : paysans, retraités, salariés, médecins, enseignants et même "musulmans" soigneusement distingués des "islamistes". Bref "la majorité silencieuse" qui doit sortir de son silence: Marine, nouvelle Jeanne d’Arc, ne lui offre-t-elle pas sa voix ?

Mais voilà : la pente de l’imaginaire collectif est fatale et la thématique glisse de l’accusation de « laxisme » (première partie) à celle de « crime » (2ème partie). Non plus seulement incompétence, impuissance et illusion, mais volonté de "destruction", application de "sinistres projets", "instrumentalisation de la mort". La bonne vieille « théorie de la conspiration » émerge au fil du discours. Avec tous ses marqueurs, si bien identifiés par Raoul Girardet dans ses Mythes et mythologies politiques. Cet ennemi est toujours « sans visage » : finance « sans visage » dit Marine Le Pen reprenant à dessein les mots de François Hollande en 2012 (nouvelle triangulation !). Donc aux cent visages, que l’orateur-sauveur doit « démasquer » sans relâche auprès du peuple abusé. Visages évidemment des "étrangers" amalgamés, dans, un raccourci très parlant, avec les "clandestins". Etrangers "disséminés jusque dans les plus petits villages de France" par "la politique de peuplement de Manuel Valls, clin d’œil évident au mythe du "Grand Remplacement".

"Votre nom c’est l’étranger" disait Michelet, aussi grand républicain que grand conspirationniste : et Marine Le Pen d’égrener, avec une gourmandise suspecte, ces noms étrangers, des terroristes de 2015 à… Najat Vallaud-Belkacem ! Sans manquer de jouer sur ces noms en faisant d’Alain Juppé un "Alain Vallaud Belkacem", la Ministre de l’éducation devenant elle… "Najat Juppé" : immigrés et « immigrationnistes », même combat !

Marine Le Pen renoue ainsi avec les attaques ad hominem et ad nominem typiques de son père comme avec son thème fondamental : l’immigration, qui occupe l’essentiel de son propos et qui offre, dans la plus pure veine paternelle, la providentielle synthèse de tous les problèmes des Français : école, santé, chômage, délinquance, déficits, malaise identitaire etc….Un expert qui n’est autre que Jean-Marie Le Pen lui-même ne s’y est pas trompé, en saluant un discours "100% lepéniste" (à quelques résidus "philippiens" près, corrigerons-nous). Lepéniste, il l’est en effet par sa thématique dominante et son talent incontestable!

De quoi sonner le tocsin rhétorique auprès de tous les opposants au FN : Cessez de tergiverser, de contourner ou de diaboliser. Cessez de bafouiller par peur de "parler comme Marine le Pen". Commencez, pour la contrer, par parler aussi bien qu’elle !

Aux armes, Orateurs !

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Marine Le Pen, FN
Thématiques :
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 16/09/2015 - 21:40
@Phil1 - bienvenu dans le monde réel
Que dit dans le fond Marine Le Pen si ce n'est que d'inciter ceux qui l'écoutent à ouvrir les yeux et à réfléchir par eux-mêmes plutôt que de répéter les mêmes sornettes qui leur ont été inculqués par la propagande internationalistes.
Comme disait l'Ancien Testament (Jérémie 5-20) "Ecoutez ceci, peuple insensé, et qui n'as point de coeur! Ils ont des yeux et ne voient point, Ils ont des oreilles et n'entendent point.".
Il n'est quand même pas difficile d'ouvrir les yeux et d'observer, et pour un senior, se rappeler ce qu'était la france et ce qu'elle est devenu aujourd'hui. Deux vidéos, l'une un reportage de la RATP sur l'arrivée du métro à pneus à la fin des années 50, l'autre sur le métro aujourd'hui:
1960 https://www.youtube.com/watch?v=wy7lNJ7jrYg - 2015 https://www.youtube.com/watch?v=q9CMUnV8Z5s&list=PLpWUajxqAAqTgiiN23XLjWCU4XmBkOuNA
Regardez les gens, vous ne trouvez pas qu'il y a une petite différence d'ambiance. Tout est courtois, policé, bien mis, civilisé dans la première vidéo. Mais quelle méchanceté sociale, on dirait diffuse dans l'air même, dans la seconde vidéo.
winnie
- 16/09/2015 - 07:21
Bon ,bien voila !
Après l'a avoir bien carresser dans le sens du poil, M.de Voogd n'oublie pas de lui mettre une petite claque a la fin.Tout de même, quand on est prof a Sciences-po on se doit de combattre MLP,cet Hitler en jupon!
Phlt1
- 14/09/2015 - 18:10
@vangog
Désolé de vous dire et d'affirmer que Marine Le Pen n'a rien gagné et ne gagnera rien. Contrairement à Monsieur Christophe de Voogd, je pense en effet que la rhétorique de Marine Le Pen est très prévisible, ne crée rien de particulier et ne s'adresse qu'aux plus naïfs en étant exclusivement construite sur la forme. Les discours et les programmes de Marine Le Pen sont superficiels parce que Marine Le Pen elle-même est une personne très superficielle, au moins autant que tous les autres intervenants politiques de ce pays. Marine Le Pen fait en réalité du business avec l'entreprise cédée par son père. Il est étonnant de constater à quel point (comme Mélénchon) elle ne représente absolument rien de ce qu'elle prêche.!.
Et pour ce qui me concerne, je pense qu'en réalité très peu de ceux qui l'écoutent sont dupes. A part peut-être ...vangog.?. :-)