En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Un petit tour et puis s'en va
Derrière le joli coup médiatique, la stratégie à haut risque d'Alain Juppé
Publié le 13 septembre 2015
En s'invitant hier au Campus des jeunes Républicains, le maire de Bordeaux s'est imposé comme la vedette du jour, faisant de l'ombre à Nicolas Sarkozy. Un beau succès qui, à long terme, pourrait cependant lui porter tort.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En s'invitant hier au Campus des jeunes Républicains, le maire de Bordeaux s'est imposé comme la vedette du jour, faisant de l'ombre à Nicolas Sarkozy. Un beau succès qui, à long terme, pourrait cependant lui porter tort.

La voiture roule à vive allure en direction du Touquet où sont réunis, pour deux jours, les jeunes Républicains. Alain Juppé, sur la banquette arrière, réfléchit au joli coup qu'il s’apprête à jouer à son rival Nicolas Sarkozy. Un vrai coup à la Sarko. Sans scrupule ni complexe, que Juppé lui-même n'aurait pas imaginé il y a encore quelques mois, avant les sondages, avant ce regain de popularité inespérée. Mais depuis que les Français l'aiment à nouveau, le maire de Bordeaux se sent pousser des ailes, des ailes qui ce matin-là, le portent vers le Touquet. Alors qu'il réfléchit, le téléphone sonne. Nicolas Sarkozy est au bout du fil, furieux. En effet, ni Alain Juppé ni son équipe n'ont prévenu l'ancien Président d'un léger changement de programme...

Ce jour là, Nicolas Sarkozy devait être seul, ou presque, à honorer de sa présence le campus des jeunes Républicains au Touquet. Bruno Le Maire était pris par une réunion de ses propres cadres et militants, et François Fillon comme Alain Juppé s'étaient fait excuser. Seule Nathalie Kosciusko-Morizet et Xavier Bertrand, en campagne dans la région, devaient accompagner l'ancien chef de l’État qui espérait faire de cette journée sa rentrée politique. Mais afin de ne pas laisser le champ libre à son rival, au dernier moment, le maire de Bordeaux a finalement décidé de s'inviter. Histoire de jouer les trouble-fête.

Un brin osée, l'opération en vaut la chandelle, pense l'équipe du candidat aux primaires. Il s'agit avant tout de démontrer que tous les jeunes Républicains ne sont pas acquis à la cause de Nicolas Sarkozy. C'est donc au cri de "Alain Juppé à l'UNI" (l'une des organisations de jeunes proche des Républicains) que l'arrivée du maire de Bordeaux a été acclamée.

Autre but de l'opération, atteint au-delà de toute les espérances : gâcher la rentrée de Nicolas Sarkozy. En s'invitant ainsi sans prévenir, le Maire de Bordeaux a occupé les chaînes d'info toute une partie de la journée. Le discours de l'ancien Président et ses propositions sur le droit d'asile ou l'attitude à tenir en Syrie, sont passés au second plan, occultés par l'image d'un ancien Premier ministre tout sourire, partageant, fourchette en plastique à la main, une salade piémontaise et un morceau de jambon avec quelques militants. L'absence de Nicolas Sarkozy qui n'a, pour sa part, pas souhaité passer cette journée avec les militants n'en est que plus criante. C'est le but non avoué.

Par cet acte de guerre, l'équipe de l’ancien Premier ministre entend aussi prouver, à tous ceux qui en doutaient encore, que leur mentor est bien décidé à s'engager dans la bataille afin d'être le candidat de la droite et du centre à la présidentielle. Sur le papier donc, le maire de Bordeaux a fait un carton plein.

D'autant qu'il s'adressait aux sympathisants, donc non encartés, qui ont observé la scène devant leur téléviseur. En revanche, sur place, la petite virée de l'édile bordelais a été moyennement appréciée. "Ça donne une image de division de notre famille politique, c'est déplorable en pleine campagne", râlaient certains soutiens de Xavier Bertrand. En effet, si Nicolas Sarkozy s'est attribué le rôle de grand rassembleur, de sage pacificateur, c'est évidemment pour compliquer la tâche des futurs candidats aux primaires qui vont devoir faire profil bas au nom de l'unité jusqu'au mois de décembre.

Et de ce point de vue là, l'opération Juppé n’est pas sans risque sur sa popularité. Mais aussi sur son image. Qu'est devenu l'homme d’État qui fait passer l’intérêt de sa famille politique avant le sien et qui rechigne toujours à quitter le terrain des idées ? D'ailleurs, nombre de militants n'ont pas compris que l'ancien Premier ministre, qui se dit attaché au fond plus qu'à la forme, n'ai pas assisté débats prévus. Coup de com' entendait-on, un peu déçus, dans les allées. Les mêmes regrettant aussi, dans la foulée, l'absence de Nicolas Sarkozy qui n'est arrivé qu'à 17 heures. "La vérité, c'est qu'il aurait dû passer la journée avec nous, c’est ça un leader", expliquait un jeune Républicain.

 

Mais ils sont rares à lui en tenir rigueur. Bilan de la journée, à l'applaudimètre Nicolas Sarkozy, qui était entouré de ses fidèles, l'a emporté haut la main. Mais sur les écrans télé, le grand vainqueur était Alain Juppé, au risque de brouiller son image.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
L'ancien garde du corps de Lady Di s'inquiète pour la sécurité de Meghan Markle
05.
Grand Débat à Souillac : le Président qui mouillait sa chemise (jusqu’à risquer de la perdre ?)
06.
"Il entend, mais il n'écoute personne" : les conseillers de Macron sont au bout du rouleau
07.
10% des oeuvres d'art de l'Etat portées disparues
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Et la raison pour laquelle les Allemands commencent sérieusement à s’inquiéter d’un Brexit sans deal est…
07.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 14/09/2015 - 10:50
En lisant l' article on sait pour qui "ROULE", aussi C.BERTRAND
toute jouasse et contente de son article......sans même se rendre compte que nous considérons, NOUS, l'attitude de JUPPE comme celle d'un 'tordu' qui laisse faire le boulot à Sarko alors qu'il TB se présenter comme "chef du parti" !!! pas très courageux le petit Monsieur
Rouletabille
- 14/09/2015 - 08:24
Juppé président
Il est le candidat des médias et du système. Compte tenu de la dévalorisation de Sarkozy et de l'effondrement de la gauche friquée, nous aurons la "droite" bobo.
clint
- 13/09/2015 - 21:17
Il y a Juppé et son entourage !!
Quand on voit ceux qui l' entourent on est à même de se poser des questions sur ce que deviendrait réellement la France après 5 ans de Hollande sous Juppé ! Il a notamment dans son équipe H. Gaymard, l'homme qui avait fait scandale par le coût de son appartement de fonction étant donné sa nombreuse famille (sa femme est vice présidente de General Electric International). Il a soutenu Chirac contre Baladur. Juppé (re)commence à prendre la grosse tête en jouant "au meilleur d' entre nous". J'espère qu'il aura la franchise de soutenir ouvertement Sarkozy, si celui-ci l'emporte à la primaire, et ne fera pas bande à part avec Bayrou qui lui, jouerait la carte Hollande !