En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Bilan d'étape
Républicains au Touquet : un an après avoir voulu changer le parti du "sol au plafond", Nicolas Sarkozy a plutôt réussi son pari
Publié le 12 septembre 2015
En novembre dernier, Nicolas Sarkozy exprimait l'envie de changer le parti "du sol au plafond" pour en faire, comme en 2004, une machine de guerre au service de l'élection de 2017. Nom du parti, organisation nouvelle, démocratie militante... Bilan d'étape du processus.
Carine Bécard est journaliste politique à France Inter.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Bécard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Carine Bécard est journaliste politique à France Inter.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En novembre dernier, Nicolas Sarkozy exprimait l'envie de changer le parti "du sol au plafond" pour en faire, comme en 2004, une machine de guerre au service de l'élection de 2017. Nom du parti, organisation nouvelle, démocratie militante... Bilan d'étape du processus.

Atlantico : Quel point d'étape des chantiers en cours annoncés il y a un an peut-on faire ? 

Carine Bécard : D'un point de vue général, le bilan d’étape est plutôt bon. Il a dit qu’il allait mettre en place un nouveau parti : on l’a, c’est le parti des Républicains. Pour l'apport démocratique dans les prises de décision, on ne s’en est pas encore rendu compte, mais le parti n'a encore que quelques mois. Et du point de vue de l’organisation, on se rend compte que malgré de grandes voix au sein de la formation, avec parfois des positions très différentes, il réussit à les faire assoir autour d'une même table, notamment celui du bureau politique une fois tous les quinze jours.

Lorsque l'on regarde l'état de l'UMP avant son retour, le parti était complètement déstructuré, après une guerre fratricide entre François Fillon et François Copé. On ne peut pas lui retirer le fait qu’il ait mis de l’ordre dans le parti.

Maintenant, est-ce que le nouveau nom du parti a pris ? Les médias dans leur ensemble font bien attention à utiliser Les Républicains, mais le premier réflexe est souvent de parler de l’UMP. Car on ne voit pas du tout la différence entre ce qu’on a appelé l’UMP et ce qui est aujourd’hui les Républicains. Est-ce que la ligne idéologique est différente ? Pour l’instant on ne peut pas le dire. Tout comme la composition des cadres. On a donc très bien compris que c’était avant tout une opération marketing, alors que l’affaire Bygmalion pèse sur le nom de l’UMP.

Si les cadors du parti se retrouvent autour de la table, et que cela semble fonctionner, tout le monde sait que les primaires réveillent les ambitions… Les sujets sont débattus, mais en même temps on sait très bien que chacun joue avant tout pour sa carrière politique. Chacun sait qu’il ne doit pas se montrer dans l’opposition tranchée avec Nicolas Sarkozy à quelques mois des élections régionales.

Au-delà de la refonte du parti, il a promis "le rassemblement" -"Je ne veux plus de tendances, de chapelles, de clans dans notre famille politique"-, avec pour objectif "plus de 500.000 adhérents à l'horizon de la primaire". Ce dernier objectif est-il en bonne voie ?

Tout le talent de Nicolas Sarkozy est de réussir malgré tout à donner une impression, un semblant d’unité. Je ne suis pas sûr que tout le monde réussisse à installer autour de la table tous les ténors, ou de réussir à faire une photo de famille comme à la Baule la semaine dernière. Maintenant le problème c’est que ses futurs adversaires ne feront rien pour l’aider. Mais il sait appuyer sur les bons leviers –comme les élections régionales-, où tout le monde comprend ces intérêts communs. Il est un chef d’orchestre qui sait faire, qui connaît la politique.

N'oublions pas que nous entrons dans une période électorale difficile, et donc qui suscite spontanément l’unité. A partir de janvier, Nicolas Sarkozy se retrouvera devant un nouveau challenge : celui de maintenir l'unité de la maison jusqu’aux élections primaires.

Le Président des Républicains s'est réjoui du rassemblement au sein de sa famille politique lors de son discours à la Baule samedi 5 septembre. Comment cela se manifeste-t-il, et quelles en sont les limites ?

On a beaucoup critiqué Jean-François Copé qui avait mis en place une "armée mexicaine" autour de lui, mais on est bel et bien revenu à cela, soit un aréopage à plusieurs facettes. Le problème de ce rassemblement c’est que plus il y a de concurrents, plus il y a de déperdition d’énergie : d’ailleurs, c’est une proche de Christian Estrosi qui a remporté la direction des jeunes Républicains. Mais dans sa liste, il y a aussi un sarkozyste, un lemairiste, un juppéiste…  

Plusieurs sondages récents montrent une percée de son rival Alain Juppé dans les intentions de vote. Si Nicolas Sarkozy tient les rênes du parti, ses marges de manœuvre aujourd'hui sont-elles toujours ?

Je crois que oui. Ces sondages s’intéressent à la primaire, qui réunira la droite et le centre. Nicolas Sarkozy reste très fort chez les Républicains, même si la distance diminue et qu’Alain Juppé grignote des points. Mais dans le dernier baromètre Ipsos, l’écart est toujours de 10 points. Il est encore largement légitime dans son fief. Là où Alain Juppé prends des parts de marché, c’est chez les centristes.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
02.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
03.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
04.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
05.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
04.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 12/09/2015 - 21:26
Changement
Je crois qu'il n'a rien réussi à changer dans son parti, sinon ils l'auraient déjà prié de prendre sa retraite.
Orchidee31
- 12/09/2015 - 20:31
Scrat75
Tout à fait d'accord avec vous -
Camtom
- 12/09/2015 - 17:18
Scrat75
D'accord!!!!