En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© ChicTypes
Fondée par Antoine Régis et Etienne Morin, "ChicType" avait levé en septembre 2014, 1,4 millions d’euros auprès de Kernel Investissements, le fonds de Pierre Kosciusko-Morizet et Pierre Krings.
Beau comme un camion
"ChicTypes" : la start-up qui lève 4 millions d’euros pour diversifier ses activités et conquérir l’Europe
Publié le 02 septembre 2015
Après deux ans et demi d'existence, la start-up annonce sa deuxième levée de fonds. Quatre millions d'euros qui permettront à l'entreprise fondée par Antoine Régis et Étienne Morin de diversifier ses activités et d'importer le concept dans de nouveaux pays européens. "ChicType" vise 50 millions d'euros de chiffre d'affaires dans les trois ans.
Diplômé d’HEC, Antoine Régis est le cofondateur de la start-up ChicTypes lancée en 2013. Auparavant, il a travaillé pour le groupe JCDecaux à New-York et pour Boston Consulting Group.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gagliardi est journaliste pour Atlantico. Il couvre l’actualité des entrepreneurs et des start-up.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Régis
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé d’HEC, Antoine Régis est le cofondateur de la start-up ChicTypes lancée en 2013. Auparavant, il a travaillé pour le groupe JCDecaux à New-York et pour Boston Consulting Group.
Voir la bio
Julien Gagliardi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Julien Gagliardi est journaliste pour Atlantico. Il couvre l’actualité des entrepreneurs et des start-up.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après deux ans et demi d'existence, la start-up annonce sa deuxième levée de fonds. Quatre millions d'euros qui permettront à l'entreprise fondée par Antoine Régis et Étienne Morin de diversifier ses activités et d'importer le concept dans de nouveaux pays européens. "ChicType" vise 50 millions d'euros de chiffre d'affaires dans les trois ans.
  • Lancée en mars 2013, la start-up propose l’envoi d’articles de mode pour homme, sélectionnés par des stylistes en fonction de vos goûts et de vos habitudes.
  • A la réception de votre malle "ChicTypes", vous ne payez que les articles que vous souhaitez garder, les services de conseil, d’envoi et de retour étant gratuits.
  • Fondée par Antoine Régis et Etienne Morin, ChicType avait levé en septembre 2014, 1,4 millions d’euros auprès de Kernel Investissements, le fonds de Pierre Kosciusko-Morizet et Pierre Krings.
  • La start-up annonce ce mercredi 2 septembre, une nouvelle levée de fonds de 4 millions d’euros auprès des investisseurs d’origine, de Pascal Cagny (ex-Apple) et le fonds 360 Capital Partners.

 

Julien Gagliardi : Quelle est l'objectif de cette levée de fonds ?

Antoine Régis : Cette levée de fonds va nous permettre, tout d’abord, d’avoir de la visibilité. Cela fait deux ans que l’on pilotait ChicTypes "le nez dans le guidon" ! On va pouvoir prendre un peu de confort dans le développement de l’entreprise. Mais surtout notre ambition, c’est de prendre un maximum de place en France, de continuer à grossir pour rester le leader et le pionnier. D’autres acteurs ont commencé à prendre des positions fortes en Europe. Nous pensons qu’il faut d’abord être fort sur son propre marché avant d’aller à l’extérieur. On a démarré avec le Luxembourg et la Belgique, on ne veut pas s’arrêter là.

Quatre millions d’euros, c’est une somme assez importante pour une levée de fonds. Comment expliquez-vous que le projet séduise autant vos investisseurs ?

Nous avons un modèle et des indicateurs différents des acteurs traditionnels du e-commerce. Notre panier moyen est 4 à 5 fois plus élevé, si l'on se réfère aux chiffres de la Fevad (Fédération des acteurs de la vente à distance). Nous avons construit une position nouvelle dans la manière dont les hommes consomment la mode à force d’écouter leur attentes et leurs besoins. On propose aujourd’hui une solution qui convient à nos clients, rares sont les acteurs qui avaient réussi à percer ce marché. Je crois qu’en deux ans et demi nous avons montré que nous étions capable de nous exécuter, notre croissance rapide à nourri ce développement.

Cette levée de fonds va-t-elle modifier votre business model ?

Cela ne va pas faire bouger nos fondamentaux. Nous sommes, depuis le début, comme un distributeur. J’achète des produits et je fais de la marge en les revendant. Ce qui est vrai en revanche, c’est que l’on va continuer d’améliorer notre expérience client comme le site, l’application, les suggestions produits... C’est parce que nos équipes font bien leur travail que l’on est à chaque fois juste dans les attentes et que notre panier moyen est élevé. Plus nous seront précis dans notre offre, plus nous serons efficace, plus on sera capable d’augmenter notre rentabilité. La levée de fonds va justement nous permettre d’être plus pertinent sur la technologie.

N’y-a-t-il pas, malgré tout, un risque que votre business model offre peu de possibilités d’évolution ?

On ne considère pas que ChicTypes est sur un marché de niche, au contraire. Ce que l’on propose, c’est une solution qui convient à beaucoup d’hommes, on est simplement en train d’installer un nouveau modèle que l’on définit comme du "p-commerce", P comme personnel. Ce nouvel usage, ce nouveau canal de distribution, il a peu de facteurs limitant. Pour s’en convaincre, il suffit de regarder ce qui existe en Allemagne où les deux grands acteurs font 20 millions d’euros de CA chacun et trouvent encore le moyen d’être en croissance. Notre ambition, c’est d’être à 50 millions d’euros dans les trois ou quatre ans.

Votre dites que votre ambition, c'est de "devenir le partenaire lifestyle incontournable des hommes". Cela signifie-t-il que vous pourriez faire, à l’avenir, plus que des livraisons de malles à domicile ?

En effet. La mission que l’on s’est donné au départ, c’est d’aider les hommes à se sentir bien. Par rapport à cette volonté de base on peut tout à fait explorer d’autres univers de l’homme comme la cosmétologie ou le service. Et ce n’est donc pas forcement envoyer des vêtements à l’intérieur d’une malle. Nous avons beaucoup d’idées auxquelles nous réfléchissons même si pour l’instant nous allons nous concentrer sur les challenges à venir, car il y a encore des améliorations à apporter. Mais oui, il y aura des nouveautés à venir dans tout ce qui touche la beauté et le bien-être au quotidien de l’homme.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
07.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
05.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
06.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires