En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
Editorial
Pourquoi l’on ne peut plus écarter un risque de récession pour l’économie mondiale
Publié le 14 août 2015
Le monde émergent est le premier menacé par la dévaluation du yuan, car les produits chinois viendront exercer une concurrence frontale qui les obligera pour survivre à s’engager à leur tour dans des dévaluations compétitives. Les matières premières sont déjà tombées à leur plus bas niveau depuis 2009.
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le monde émergent est le premier menacé par la dévaluation du yuan, car les produits chinois viendront exercer une concurrence frontale qui les obligera pour survivre à s’engager à leur tour dans des dévaluations compétitives. Les matières premières sont déjà tombées à leur plus bas niveau depuis 2009.

Les marchés financiers auront été soumis à rude épreuve au cours de cet été. A peine écarté – ou plutôt simplement retardé – l’épineux problème grec avec un accord en trompe-l’œil des pays créanciers, vient de surgir une nouvelle épreuve pour la communauté internationale avec la dévaluation du yuan. D’autant que celle-ci ne repose pas sur un changement brutal de parité comme l’avait fait la Suisse il y a quelques mois, mais en modifiant le cours de sa monnaie à la hausse. La Chine a choisi au contraire une méthode très asiatique en modifiant au jour le jour par petites touches la valeur de sa devise, ce qui crée un sentiment d’inquiétude sur les marchés ignorant l’amplitude réelle qu’elle entend impliquer dans sa démarche.

En fait, pour Pékin, il s’agit bien d’un revers, alors que le pays voulait dans le domaine monétaire comme dans celui de la production des biens et services conquérir une place prédominante dans l’économie mondiale. Le yuan calquait son cours sur celui du dollar dans la remontée de ce dernier, face à l’euro notamment. Mais la Chine se rend compte qu’elle n’est pas encore de taille non seulement à supplanter, mais même à égaler le billet vert et elle vient de lâcher prise en prenant conscience que sa politique de monnaie forte s’était traduite par une chute de 8% de ses exportations depuis un an, en remettant en cause du même coup sa croissance intérieure en pleine déconfiture car celle-ci reposait essentiellement sur les ventes à l’étranger. Et pour l’instant, la Chine, incapable d’augmenter rapidement le pouvoir d’achat de sa population  ne voit d’autre issue que dans une relance de ses exportations. Celle-ci se produit au moment où l’économie mondiale traverse une période de doute sur sa capacité à connaitre une nouvelle impulsion malgré des taux d’intérêt au plus bas provoqués par des injections  massives de liquidités par  les banques centrales.

Le monde émergent est le premier menacé : car les  produits chinois viendront exercer une concurrence frontale qui les obligera pour survivre à s’engager à leur tour dans des dévaluations compétitives. Les matières premières sont déjà tombées à leur plus bas niveau depuis 2009, tandis que le pétrole s’engage dans une nouvelle spirale de baisse qui va mettre à mal les pays producteurs et réduire leurs importations. La Russie se trouve ainsi dans une situation catastrophique, avec un produit intérieur brut en repli de 4,5 %, au deuxième trimestre. En pleine récession, aggravée par le boycott occidental en  raison de la situation ukrainienne, elle subit une dévaluation du rouble qui génère une flambée des prix des denrées alimentaires. Les nations industrialisées sont affectées également par  l’instabilité présente, qui pourrait remettre en cause la fragile reprise amorcée par l’Europe et pénaliser en particulier la locomotive du vieux continent, l’Allemagne. Quant à la  France, elle continuera dans  son économie poussive, incapable de sortir du marasme dans lequel elle végète faute de réformes, alors qu’au deuxième trimestre, son activité s’est inscrite en  repli  par rapport au premier, ce qui laisse augurer de ce que pourrait devenir la courbe du chômage. Pour l’instant, l’Amérique tient le cap avec une croissance modeste, certes, mais où la décision chinoise apparait comme une reconnaissance de sa suprématie.

Il reste que le monde  pourrait se trouver à nouveau engagé dans une période de dévaluations  compétitives avec une politique des dominos qui pourrait déboucher sur un risque non négligeable de récession généralisée. A court terme, cela a au moins une conséquence positive : celle de repousser une fois de plus la remontée des taux d’intérêt aux Etats-Unis, et d’apporter un baume aux marchés qui en ont bien besoin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Il agresse un agriculteur pendant que son épouse filme
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
04.
Tensions grandissantes en Algérie : Bouteflika n’est plus là, mais les généraux, si
05.
Mais pourquoi les Français épargnent-ils une part non négligeable du pouvoir d’achat gagné ces derniers mois ?
06.
Cannes : Abdellatif Kechiche s'emporte contre la question "imbécile" et "malsaine" d'un journaliste
07.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
03.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
04.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 14/08/2015 - 21:44
Des dévaluations compétitives...pour l'Euro????...
ah ben, ça va encore être la fête à neu-neu en Uropéie, parceque, pour les Q.E et les dévaluations, les technocrates sont en retard de cinq ans sur les autres pays...et quand ils réagissent, les autres pays en sont déjà à leur troisième ou quatrième Q.E-dévaluation...les autres se marrent!