En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Le mouvement de révolte du monde agricole s’est un peu calmé.
L'Edito de Jean-Marc Sylvestre

Les Français soutiennent les agriculteurs mais sont-ils prêts à payer plus cher ?

Publié le 27 juillet 2015
Le mouvement de révolte du monde agricole s’est un peu calmé, le temps de laisser les Français partir en vacances. Mais les agriculteurs n’abandonneront pas la lutte tant qu'ils ne percevront pas une hausse des prix de la viande de bœuf, du porc et du lait.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le mouvement de révolte du monde agricole s’est un peu calmé, le temps de laisser les Français partir en vacances. Mais les agriculteurs n’abandonneront pas la lutte tant qu'ils ne percevront pas une hausse des prix de la viande de bœuf, du porc et du lait.

Pour les agriculteurs, le problème ne se résoudra pas à coup de subventions d’argent publique, il se résoudra quand leurs marges de production se seront améliorées. Le problème est très simple et il rejoint celui de tous les entrepreneurs. Pour vivre de son travail de production, il faut que la valeur qu’ils créent, se réalise sur un marché. C’est très marxiste comme équation mais Marx n’a rien inventé d’extraordinaire, il a seulement très bien expliqué la théorie de la valeur.

La mission de l’entrepreneur est de créer de la valeur puis de la réaliser en espérant que la différence entre ce qu’il réalise et ce qu’il dépense pour la créer lui permette de vivre et de préparer l’avenir.

C’est assez étonnant que les politiques de gauche, formés au socialisme classique, n’aient jamais compris le monde de l’entreprise. Ils ont toujours considéré que l’entreprise était un lieu d’exploitation et non de création de valeur.

La demande des agriculteurs aujourd'hui n’est pas différente. Ils veulent vivre de leur travail et dégager des marges. Leur demande immédiate est donc d’obtenir des conditions de marché qui leur permettre de négocier des prix plus généreux.

Au-delà de cette revendication, le système économique a trois moyens complémentaires pour répondre à ce type de demande, mais encore faut-il que l’écosystème le  permette. Ce qui n’est pas le cas. 

Le premier moyen d’obtenir des prix améliorés est d’affronter les forces de la concurrence. Soit ils pèsent sur la grande distribution, laquelle a pour priorité de baisser les prix. Soit ils jouent sur la qualité et la valeur de leur produit. Donner de la valeur aux productions agricoles,  est l’obsession des agriculteurs intelligents. Ca passe par la production de proximité, ça passe par le bio, le marketing et cela nécessite une organisation particulière. Il ne s’agit plus de faire, mais de faire savoir que ce qu’on fait est bien. C’est compliqué, mais c’est possible. Le monde agricole y travaille. Mais le monde agricole sait bien qu’il ne pourra pas satisfaire la totalité des besoins alimentaires avec des produits bio par exemple. le produit Bio est un produit de luxe, destiné à des clients riches. Les écologistes dans leur cynisme ne veulent pas le reconnaitre. Mais leurs revendications accroissent les inégalités alimentaires.

Le deuxième moyen d’obtenir des marges serait de baisser les coûts, mais pour baisser les coûts , il faut augmenter la productivité et pour augmenter la productivité , il faudrait en avoir le droit. Les agriculteurs sont dans la position de chefs d’entreprises à qui l'on demande des efforts de productivité mais à qui on interdit les outils de la productivité pour une multitude de raisons et de prétextes souvent fallacieux. Il leur faut à la fois protéger l’environnement, les animaux, la santé animale et respecter le consommateur en essayant qu'il paie le moins possible.

Et bien, le challenge de l’agriculteur français est impossible à tenir. Du moins en économie ouverte quand les concurrents n'ont pas les mêmes contraintes fiscales, sociales ou environnementales. L’Allemagne a des mouvements écologistes puissants qui ont arreté l'industrie nucléaire mais libéré l’industrie agricole.

La clés de sortie de ce blocage, c’est affranchir les agriculteurs de toutes les contraintes qui pèsent sur leurs activités. Dans ce cas la, ils pourront trouver sur le marché les moyens de vivre décemment.

Le problème des agriculteurs n'est pas diffèrent de ceux que rencontrent les entreprises du bâtiment et du logement, les industriels de la mécanique ou de l’informatique. Ils veulent pouvoir créer de la valeur et la réaliser auprès de leurs clients. Si on règlemente le prix des denrées alimentaires, l’effet sera catastrophique pour les filières mais en plus, le client ne l’acceptera pas. Si on laisse le producteur libre de son modèle, le consommateur le soutiendra.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Philippe34
- 28/07/2015 - 07:49
BRAVO MR SYLVESTRE
C'est l'excès de réglementations et les rigidités ainsi provoquées qui empêche le développement de notre agriculture et de notre économie.
La situation est la même dans tous les secteurs économiques.
Arrêtons d'accuser l'Euro et l'Europe.
Il faut diminuer les contraintes et les taxes pour augmenter nos libertés et libérer nos énergies et notre créativité.
Il faut moins d'Etat.
vangog
- 27/07/2015 - 23:39
Sylvestre commence à comprendre...
Lui qui, à longueur de colonnes, nous a vanté les mérites de l'UE et de l'économie de marché sans frontières, commence à comprendre que l'équation européenne ne possède pas de solution..."Le challenge de l’agriculteur français est impossible à tenir. Du moins en économie ouverte quand les concurrents n'ont pas les mêmes contraintes fiscales, sociales ou environnementales." et oui, Sylvestre! dans un monde divers, aucun pays n'a les mêmes contraintes fiscales, sociales ni environmentales, on pourrait ajouter: aucun pays n'a la même compétitivité que son voisin! L'utopie europeiste était belle et réaliste avant l'Euro, car le serpent monétaire amortissait les différences de compétitivité. La France faisait du protectionnisme intelligent pour protéger son agriculture qui était la 1ère exportatrice...après l'erreur de l'Euro, beaucoup trop précoce avant toute harmonisation fiscale, sociale, environmentale, la France agricole a périclité doucettement, avant cette accélération due à la fin de la PAC. Ajoutez-y l'ultra-socialisme des subventions accordées induement au dumping fiscal et social des pays de l'Est, vous aboutissez vite à un massacre...celui de l'agriculture française!
langue de pivert
- 27/07/2015 - 18:25
tien(t) debout ! ; je le fai
tien(t) debout ! ; je le fai(s) ; est (est) grrrr