En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Un véritable business mafieux autour de l'immigration clandestine s'est créé en Italie.
Exploitation de la misère
Les escroqueries à l’immigration rapportent désormais plus en Italie que le trafic de drogue
Publié le 12 juin 2015
Alors que 170 000 migrants sont arrivés en Italie cette année, la police enquête sur un vaste scandale de détournement de fonds leur étant destinés. Des mafieux, des entrepreneurs mais aussi des hommes politiques, de droite comme de gauche, pourraient bien être impliqués.
Journaliste correspondant à Rome pour LCI
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Cougard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Journaliste correspondant à Rome pour LCI
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que 170 000 migrants sont arrivés en Italie cette année, la police enquête sur un vaste scandale de détournement de fonds leur étant destinés. Des mafieux, des entrepreneurs mais aussi des hommes politiques, de droite comme de gauche, pourraient bien être impliqués.

Atlantico : En Italie, la police a intercepté une conversation entre des mafiosis expliquant que le business autour de l'immigration clandestine rapporterait plus que le trafic de drogue. Que disent les chiffres ? Quels montants ce phénomène représente-t-il ?

Olivier Cougard : Il est difficile de quantifier exactement ce phénomène. Une vaste enquête est en cours et on ne connaît pas encore l'ampleur exacte de cette fillière. Mais il existe tout de même quelques chiffres.  Par exemple, en 2013, année où plus de 40 000 migrants ont débarqué sur les côtes italiennes, le pays a dépensé 2 millions d’euros par jour pour garantir l’accueil de ces personnes.

Or, l’année dernière, plus de 170 000 migrants sont arrivés en Italie. Cet afflux représente évidemment une manne pour les trafiquants. Concrètement, l’Italie alloue une somme quotidienne de 38 euros pour chaque demandeur d’asile adulte et 91 euros pour chaque mineur. Elle verse cette somme aux structures chargées de les accueillir (associations, coopératives sociales,etc). Mais au lieu de fournir des conditions d’hébergement décentes aux demandeurs d’asile, les gérants véreux parquent les migrants dans des logements insalubres. Ils distribuent de la nourriture de mauvaise qualité. Certains se vantent ainsi de dégager une marge de l’ordre de 40% grâce au "business des migrants".

Qui orchestre ces escroqueries et au bénéfice de qui ?

Il s’agit d’une criminalité organisée qui implique des entrepreneurs, des mafieux et des hommes politiques de gauche comme de droite. Certains gérants de coopératives sociales ou d’entreprises de construction travaillent en étroite collaboration avec les mafieux. Ces derniers ciblent notamment les élus locaux qui gèrent les appels d’offre lancés par les villes ou les régions pour l’accueil des migrants. Ils arrivent ainsi à corrompre certains responsables politiques (en leur versant par exemple des pots-de-vins). En échange, les gérants des coopératives sociales remportent un marché public lucratif et versent ensuite un pourcentage de leurs bénéfices aux mafieux.

Comment fonctionne ce système ? En quoi diffère-t-il des schémas traditionnels de la mafia ? 

On est clairement en présence d’un phénomène qui a toutes les caractéristiques d’un système mafieux. C’est une criminalité ramifiée, hiérarchisée, implantée sur des territoires spécifiques. Mais ce qui frappe  avec ce "business des migrants", c’est sa forte implantation sur le territoire romain. On parle d’ailleurs d’affaire "Mafia Capitale" en Italie. Pourtant, lorsque l’on évoque la mafia, on pense plutôt à la Sicile, à la Calabre, à la Campanie. Le fait que la ville de Rome soit aussi gangrénée par ce phénomène a été un choc pour l’opinion publique.

De nombreuses personnes semblent impliquées - le sous-secrétaire d'Etat à l'Agriculture a récemment appris qu'il était la cible d'investigations. Jusqu'où le scandale peut-il remonter ? 

Ce scandale peut remonter très loin. Les criminels commencent seulement à parler aux policiers et aux magistrats. Une première vague d’arrestation a eu lieu en décembre, une autre il y a quelques jours…et ce n’est certainement pas fini. Beaucoup de collaborateurs de l’ancienne équipe municipale de Rome (Gianni Alemanno) sont visés. Mais des membres de l’actuelle équipe municipale sont également impliqués. Ignazio Marino, l’actuel maire de Rome, semble personnellement hors de cause. Mais si le scandale s’accroît une mise sous tutelle de la capitale italienne n’est pas à exclure. Salvatore Buzzi, l’homme qui a déclaré faire plus d’argent avec les migrants qu’avec le trafic de drogue a estimé que certaines de ses révélations "pourraient faire tomber le gouvernement". Il faut cependant prendre ces propos avec beaucoup de prudence.

Quelles sont ses conséquences sur l'opinion publique et la classe politique ? N'est-ce pas du pain béni pour les anti-immigration ? Cela peut-il avoir un impact sur la politique italienne en matière d'immigration ?

L’opinion publique est marquée par cette affaire qui jette le discrédit sur une grande partie de la classe politique italienne. Le sujet de l’accueil des migrants est sensible en Italie. Certains italiens ne comprennent pas pourquoi l’administration publique dépense autant d’argent pour les migrants en période de crise économique, alors que beaucoup d’Italiens ont du mal à boucler leurs fins de mois. Ce discours est d’ailleurs repris par la Ligue du Nord, le parti anti-immigration, qui pointe du doigt ces affaires pour en tirer un bénéfice politique.

Par contre, l’impact de ces affaires sur la politique italienne en matière d’immigration paraît marginal. L’Italie n’a pas vraiment le choix. Géographiquement, le pays se trouve en première ligne et il a obligation d’accueillir les migrants qui débarquent sur ses côtes. Rome demande pourtant  avec urgence une meilleure répartition des migrants en Europe, en vain pour le moment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
02.
Le paradoxe des sacs plastiques ou quand le remède (de leur suppression) est pire que le mal
03.
Public voit un nouvel homme dans la vie de Laeticia Hallyday; Angelina Jolie veut récupérer le sien; Brigitte Macron au chevet de l’AVC de Line Renaud; Ségolène Royal & François Hollande bientôt mamie-papy; Louis Sarkozy accouche d’une ligne de mocassins
04.
De mystérieux investissements immobiliers de Qatar Charity en France
05.
Notre-Dame : quand du recueillement on passe au cirque !
06.
Pourquoi la fonte du permafrost pourrait avoir des conséquences encore pires que prévues
07.
Les vrais objectifs de la sulfureuse ONG Qatar Charity
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
05.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
06.
Faut-il craindre l'opération "Revanche pour le Sham" de l'EI
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 13/06/2015 - 09:44
Inutile de spécifier que ce sont les gauchistes romains
qui sont la tête de pont de ces trafics...enfin si, utile, car les italiens n'osent même plus préciser que leur parti est à gauche, tellement la gauche a été plombée par la corruption. Ils ne disent plus qu'ils sont à gauche, mais la corruption, elle, continue...
Texas
- 12/06/2015 - 22:57
En voilà une " nouvelle "..!
Otez moi d' un doute , tout cela ne se ferait pas sur des fonds en provenance de l' U.E par hasard ? .