En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Casse-tête politique
Brexit : l'amendement Letwin a été adopté, les députés reportent leur décision sur l'accord
il y a 44 min 49 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"John Tanner, Tome 1, le captif du peuple des 1000 lacs" de Christian Perrissin et Boro Pavlovic : une histoire vraie, servie par des dessins bien loin des images d'Epinal

il y a 2 heures 25 min
pépite vidéo > Europe
Catalogne
Les images des violences à Barcelone en marge de la manifestation des indépendantistes catalans
il y a 2 heures 58 min
pépites > Europe
Chambre des communes
Brexit : journée décisive et vote historique au Parlement britannique
il y a 4 heures 16 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Shakespeare revient, ils sont devenus fous !

Pendant des siècles, Othello a été noir : le théâtre des Abbesses a mis fin à ce scandale

il y a 6 heures 33 min
décryptage > Politique
Avenir de la droite

La petite mort des Républicains

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Renault en plein chaos post Ghosn

il y a 7 heures 20 min
décryptage > France
Atlantico.fr opération Sentinelle Vigipirate
"Années de plomb"

Pression islamiste : quelles leçons de la guerre froide et du "containment" de la menace intérieure communiste ?

il y a 7 heures 31 min
pépite vidéo > International
Meilleur président ?
Donald Trump ironise sur le bilan d'Emmanuel Macron sur la question du chômage
il y a 22 heures 49 min
pépites > Europe
Journée décisive et historique
Brexit : manifestation à Londres devant le Parlement pour réclamer un nouveau référendum
il y a 1 heure 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La Bruyère, portrait de nous-mêmes" de Jean-Michel Delacomptée : un portrait captivant

il y a 2 heures 37 min
pépites > France
Mouvement social
Grève à la SNCF : Edouard Philippe déplore un "détournement du droit de retrait"
il y a 3 heures 45 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 18 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 5 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

La douloureuse question du suicide dans la police

il y a 6 heures 25 min
décryptage > Economie
industrie

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

il y a 6 heures 46 min
décryptage > High-tech
Icônes

Emojis, instagram et selfie : cette bascule vers une civilisation de l’image qui nous tombe sur la tête

il y a 7 heures 5 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday
il y a 7 heures 28 min
pépites > Europe
Catalogne
Grève générale : très forte mobilisation des indépendantistes catalans dans les rues de Barcelone
il y a 22 heures 23 min
pépites > Justice
EI
La justice française a émis un mandat d'arrêt international contre Abou Bakr al-Baghdadi
il y a 23 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Retour de bâton

Poutine exclu du G7 d’Elmau : les absents n’ont pas toujours tort

Publié le 12 juin 2015
Depuis son annexion de la Crimée, le président russe Vladimir Poutine est jugé indésirable aux G8, devenus G7. Il réussit néanmoins à développer une stratégie diplomatique parallèle qui fait passer pour "has-been" les membres de celui d’Elmau, où il était d'ailleurs au centre de toutes les discussions.
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis son annexion de la Crimée, le président russe Vladimir Poutine est jugé indésirable aux G8, devenus G7. Il réussit néanmoins à développer une stratégie diplomatique parallèle qui fait passer pour "has-been" les membres de celui d’Elmau, où il était d'ailleurs au centre de toutes les discussions.

Exclu du G8 après l’annexion de la Crimée, Vladimir Poutine se trouvait pourtant au centre des discussions du sommet d’Elmau, les 7 et 8 juin 2015. Le communiqué final et les déclarations des chefs d’Etat et de gouvernement réunis accordent en effet une place prépondérante à la crise ukrainienne, à la stratégie russe dans le Donbass et aux sanctions contre la Russie.

En apparence, le président russe est le grand perdant de ce sommet. Mais, en réalité, il sort paradoxalement renforcé de la séquence. Loin d’avoir tort, le grand absent d’Elmau pourrait bien avoir raison : en Italie et en Asie, il utilise la tension avec l’Ouest pour avoir les coudées franches et renforcer ses positions sur la scène mondiale, par une diplomatie bilatérale fort active et par un "pivot" ambitieux vers l’Asie.

Le G7 de Elmau : un revers apparent pour le président russe

Depuis mars 2014, l’histoire des relations tumultueuses entre Russie et Occident semble revenir en arrière : le G8 post Guerre Froide est redevenu le G7 des pays occidentaux sans (ou contre) la Russie. Associée dans un format G7+1 en 1994 et formellement intégrée au club du G8 en 1997, la Russie s’est trouvée mise au ban de cette enceinte multilatérale prestigieuse mais en déclin suite au rattachement de la Crimée en mars 2014.

Si on en croit les titres de la presse internationale, le G7 accueilli par l’Allemagne cette semaine a débouché sur une mise en garde renouvelée aux autorités russes : affirmant leur "fermeté", faisant montre de leur "unité", exerçant une « "pression" sur la Russie, "maintenant les sanctions et ouvrant la voie à leur durcissement" le 25 juin prochain par les Etats membres de l’Union européenne, les chefs d’Etat et de gouvernement des sept pays les plus industrialisés sont portraiturés sous des traits presque martiaux par leurs médias nationaux.

Assurément, le communiqué final du G7 démontre une posture résolument méfiante vis-à-vis de la Russie. Il appelle au respect des accords de Minsk II en général et en particulier sur leurs aspects les plus délicats pour les autorités russes et leurs protégés séparatistes : l’appel au retrait des armes lourdes et au respect du cessez-le-feu ne peut porter en premier lieu sur l’armée des autorités de Kiev qui sont sur le reculoir depuis les défaites en chaîne de l’hiver et du printemps. De même, les préoccupations exprimées par le G7 sur la reprise des combats visent, en termes à peine voilés, les risques d’offensive séparatistes à l’été avec le soutien actif de troupes russes massées depuis plusieurs semaines à la frontière, comme évoqué le 19 mai 2015 dans ces colonnes[1]. A souligner les risques d’escalade, les Occidentaux n’incriminent évidemment pas l’impuissance armée de la présidence Porochenko enlisée dans une "opération anti-terroriste" sans grands résultats, mais bien plutôt les parties séparatistes et russes actuellement en position de force sur le terrain.

Cette attitude géopolitique offensive se manifeste tout particulièrement en matière de sanctions économiques. Les membres du G7 ne se contentent pas d’affirmer haut et fort la nécessité de les maintenir alors même que le front uni des Occidentaux a paru se fissurer durant les derniers mois. Ils évoquent même collectivement la possibilité de les durcir. L’utilisation des sanctions obéit à une logique bien précise de la part des Occidentaux : ceux-ci veulent infléchir rien moins que le cours de l’action extérieure – diplomatique, économique et militaire – de la Fédération de Russie. Le G7 ne s’est pas seulement érigé en club ayant exclu un de ses membres turbulents. Il s’est affirmé ou réaffirmé comme une instance veillant  la sécurité du monde contre les risques que la Russie fait courir à la paix, au même titre que les "terroristes" de Daech’ pointés par le même communiqué.

Les déclarations individuelles de plusieurs leaders occidentaux durant ce sommet ou à ses marges ont confirmé l’idée que la Russie, absente car sanctionnée, était plus que jamais sur la sellette. Le président Obama a endossé une nouvelle fois l’idée d’une reprise de la Guerre Froide à l’initiative de l’ex-colonel du KGB locataire du Kremlin en dénonçant la tentation de reconstituer l’empire soviétique. La chancelière Merkel a ouvert la perspective d’une accentuation des sanctions européennes. Quant au président  du Conseil européen, le polonais Donald Tusk, il a tracé un seul cap aux travaux de l’UE fin juin : examiner les pistes de nouvelles sanctions…

En somme, le président russe semble avoir fait les frais de discussions tenues sans lui. Les absents auraient-ils toujours tort en diplomatie aussi ? C’est sans compter sur les capacités de Vladimir Poutine à prendre ses partenaires à contrepieds et à utiliser ses temps faibles pour les convertir en temps forts.

Stratégie du contrepied : omniprésence médiatique et tactiques bilatérales

Les déclarations collectives et individuelles de ces derniers jours ne doivent pas occulter les bénéfices que la Russie engrange actuellement.

Les déclarations inquiètes sur le retour de la Guerre Froide, sur la reconstitution de l’empire soviétique et sur l’expansionnisme militariste russe accréditent des idées outrageusement favorables à la Russie. C’est la Russie qui a en fait intérêt à faire croire à une nouvelle Guerre Froide. Cela hausse en effet la Russie au niveau de l’URSS, ce qui est loin d’être le cas. La Guerre Froide n’est pas de retour car la Russie n’est pas à parité avec la superpuissance américaine :  la Fédération de Russie n’a plus d’idéologie mondiale mais seulement un pré carré national ; elle n’a plus de complexe militaro-industriel capable de rivaliser avec les plus grandes puissances mondiales, comme en atteste la part disproportionnée de son PIB (plus de 4%) qu’elle accorde à son effort de défense pour compenser l’obsolescence de son outil militaire ; elle n’a plus non plus de softpower systémique mais seulement des solidarités slaves et orthodoxes (Belarus, Grèce, Bulgarie, etc.). Paradoxalement le G7 d’Elmau donne à la Russie l’image de la grande puissance qu’elle n’est plus.

 

Les conclusions du G7 ont également offert au président russe un aliment irremplaçable d’exposition médiatique dans les pays émergents ou réémergents. Quand il qualifie le G7 de "club social" et lui dénie le statut d’organisation internationale, il n’est perçu comme agressif ou décalé qu’en Europe et aux Etats-Unis. En Inde, en Chine, en Indonésie, au Brésil, dans les pays arabes, il est approuvé dans sa critique d’un directoire mondial issu des années 1970. Le G7, en l’excluant puis en le stigmatisant, lui donne une fonction tribunicienne idéale de porte-parole d’émergents souhaitant bousculer les schémas de gouvernance mondiale issus de la deuxième guerre mondiale (pêle-mêle Conseil de Sécurité des Nations-Unis, FMI, OTAN, G7, etc.). Paradoxalement, le G7 d’Elmau donne à la Russie la possibilité d’être le porte-parole des émergents alors même qu’elle est le plus atypique et le moins émergent des BRICS et des Next 11.

Maître tacticien, le président russe a également déployé des efforts diplomatiques bilatéraux considérables en visite officielle au Vatican auprès du pape François et en appelant l’Italie de Matteo Renzi à privilégier ses intérêts nationaux sur les sanctions à l’égard de de la Russie. Il a habilement ménagé un contraste entre l’isolement presque autiste du château bavarois du G7 et la foule technophile de l’exposition universelle de Milan. Si bien qu’il fait douter les opinions : Poutine est-il exclu du G7 ou l’a-t-il quitté volontairement pour se consacrer à la seule diplomatie qui compte, la bilatérale ? Les initiatives russes à l’égard de la République hellénique d’Alexis Tsipras, la cooopération inégalitaire mais intense avec la Chine, l’activisme en Méditerranée orientale, etc. tous ces facteurs dissipent, au moins optiquement, l’idée d’un isolement russe. Paradoxalement, le président russe a fait apparaître le multilatéralisme oligarchique du G7 comme has been et la diplomatie bilatérale comme bien plus en phase avec le cours du monde.

Enfin, loin de décourager par avance une offensive d’été, les déclarations résolues d’Elmau ont placé la Russie dans la position de puissance accusée, humiliée et brimée. Elle se trouvera donc fondée à répondre aux agressions dont elle s’estime la victime. Humilier durablement la Russie n’est plus une bonne idée. Surtout quand elle est capable de retourner la situation en grande partie à son avantage, sur le terrain, dans les médias et dans les chancelleries.

Omniprésent médiatiquement à la faveur de ses déplacements italiens, le président russe éclipse presque le sommet allemand ; porte-parole autoproclamé des émergents, il rappelle au monde les imperfections évidentes du G7 ; victime des Occidentaux, il se réserve la possibilité de riposter.

Absent d’Elmau, le président russe n’a jamais été aussi présent – et aussi actif – sur la scène mondiale. Les absents ont souvent tort, sauf quand ils organisent leur omniprésences là où elle compte.



[1] BRET, Cyrille, http://www.atlantico.fr/decryptage/poutine-serait-en-train-preparer-mauv...

[2] Haut fonctionnaire et universitaire, il enseigne à Sciences-Po Paris. Ancien élève de l’ENS, de l’ENA et de l’IHEDN, il dirige le site EurAsia Prospective (https://eurasiaprospective.wordpress.com) sur la géopolitique européenne. Contacts : cyrille.bret@sciencespo.fr @cy_bret

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

03.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

06.

La politique est un sport à 28. Et à la fin, c’est la Grande-Bretagne qui gagne

07.

Ce "petit" problème de ressources humaines qui complique la réindustrialisation de la France

01.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

02.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

03.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

04.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

05.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

06.

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

05.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

06.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 13/06/2015 - 07:26
Oui,oui !
Poutine est un salaud de facho imperialiste qui défend des valeurs demodees. Les Qataris et les Saoudiens eux défendent les vrais valeurs : argent, foot,luxe, islamisme radical, bref les valeurs qui plaisent aux socialo
Nicolas V
- 13/06/2015 - 00:48
SOS les faites de frappe !
Toutes mes excuses . Milliards de $ , bien sûr. Nuland a dit 5 milliards.
Il y a d'autres fautes encore.
Autres financements : par l'UE, camps de concentration pour les opposants par exemple. Ils sont en construction aussi en Pologne, Roumanie, Lettonie, Lituanie. Poutine est un type bien, les Russes ont de la chance. Un type qui a le sens de la Nation et des valeurs, pas un traître qui travaille pour des puissances étrangères contre son pays.
Nicolas V
- 13/06/2015 - 00:42
Annexion de la Crimée ?
Quand la Russie a t'elle annexé la Crimée? Est-il anormal de masser des troupes sur ses frontières ? Passent-elles la frontière ? Qui se prépare à envahir la Transnistrie ? La Russie ? Ou les nazis de Kiev. Qui envoie armes et conseillers aux nazis ? La Eussie ou l'UE et les USA ? Qui a fait Maudan ? La Russie ou les USA assistes par un Gus qui dit qu'il représente "la France "? Nuland et Soros vont ont pas expliqué tout ça ? Et combien ça avait coûté en millénariste de $ ? Mais c'est un bon investissement, Poro et ses oligarques vendent les terres où Monsanto va prospère. L'Arabie Saoudite a des usines d'armement à Kiev. La Turquie y achete les armes et les livre à Daech et tt le monde est content.