En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

02.

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

03.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

04.

Selon « Le Monde », Abdouallakh Anzorov, l’auteur de l’attentat, a donné plusieurs centaines d’euros à des élèves du collège en échange d’informations pour identifier le professeur

05.

Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

07.

Comment les comparateurs en ligne menacent la survie de pans entiers de l’industrie des services en France

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Emmanuel Macron, le Gorbatchev de la technostructure française ?

ça vient d'être publié
pépites > Terrorisme
Sécurité
Seine-Saint-Denis : le ministre de l'Intérieur a annoncé lundi soir la fermeture prochaine de la mosquée de Pantin
il y a 4 min 20 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Covid-19 et réchauffement climatique" de Christian de Perthuis : une analyse qui mérite un détour, comme tout témoignage sincère, mais avec ses limites

il y a 13 heures 34 min
pépites > Politique
Chaises musicales
Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé
il y a 14 heures 40 min
light > France
Magie de Noël menacée
Covid-19 : le marché de Noël des Tuileries est annulé à Paris suite au coronavirus
il y a 16 heures 5 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Choisir la mort ou la Mort. La France a fait son choix

il y a 18 heures 38 min
décryptage > International
MilkTea

« L’alliance du thé au lait » : le mouvement du refus de l’expansionnisme chinois s’étend en Asie

il y a 19 heures 28 min
light > High-tech
Justice
Instagram visé par une enquête de la Commission irlandaise pour la protection des données
il y a 19 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Couvre-feu : et les meilleures solutions pour les télé-apéros sont...
il y a 20 heures 41 min
pépite vidéo > France
Lutte contre le fondamentalisme
Conflans-Sainte-Honorine : "Nous ne pouvons pas laisser faire ce genre de fatwas en ligne", selon Gérald Darmanin
il y a 21 heures 39 min
décryptage > Politique
Stratégie

LR contraint de s’allier à LREM pour survivre ? Les faux calculs de Christian Estrosi

il y a 22 heures 22 min
light > Politique
Principe de précaution
Coronavirus : Brigitte Macron décide de se mettre à l'isolement pendant 7 jours après avoir été cas contact
il y a 13 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"On purge bébé" de Georges Feydeau : un vaudeville comme on les aime

il y a 13 heures 50 min
pépites > Justice
Enquête en cours
Mort de Samuel Paty : le terroriste était en contact avec les auteurs des vidéos qui visaient l'enseignant
il y a 15 heures 30 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les régions vont diffuser un livre de caricatures dans les lycées
il y a 16 heures 37 min
décryptage > Economie
Evolution de la pandémie

Panorama COVID-19 : maintenant, c’est l’Europe qui est la plus touchée par les nouveaux cas

il y a 19 heures 15 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Pour une publication massive des caricatures

il y a 19 heures 35 min
light > Economie
Voiture propre
La Chine, leader dans le domaine des voitures électriques - avec 138 modèles sur son marché, contre 60 en Europe, et seulement 17 aux États-Unis - abrite aussi le premier constructeur mondial
il y a 20 heures 16 min
Alimentation
La Chine se met à aimer le lait après l'avoir ignoré pendant plusieurs générations
il y a 21 heures 25 min
décryptage > Terrorisme
Reculer pour mieux sauter

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

il y a 21 heures 58 min
décryptage > Finance
Impact de la pandémie

Les courants qui nous mènent droit à la déflation se font de plus en plus forts

il y a 22 heures 43 min
© Reuters
Des soldats de l'armée française avec au fond Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.
© Reuters
Des soldats de l'armée française avec au fond Jean-Yves Le Drian, ministre de la Défense.
Guerres psychologiques

Pourquoi (et comment) l'Occident est devenu incapable de gagner une guerre depuis 1945 malgré sa supériorité militaire massive

Publié le 19 juin 2015
Alors que l'Etat islamique est désormais aux portes de la ville d'Hassaké en Syrie, la coalition arabo-occidentale, qui a annoncé avoir tué plus de 10 000 djihadistes, n'a pas stoppé l'avancée de l'Etat islamique. Par ailleurs, il est observable que la très grande majorité des conflits impliquant des nations occidentales depuis la fin de la seconde guerre mondiale aient été des échecs.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Walter Bruyère-Ostells est maitre de conférence en Histoire à l'IEP d'Aix-en-Provence et chercheur associé à la Sorbonne. Spécialiste de l'histoire militaire, il a notamment publié Histoire des mercenaires : de 1789 à nos jours aux Editions Tallandier.
Voir la bio
Philippe De Veulle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avocat au Barreau de Paris, Philippe de Veulle est diplômé du Centre d'Etudes Diplomatiques et Stratégiques (CEDS) – filière Collège interarmées de défense –, titulaire d'un Master (DEA) en économie et développement de l'Université Paris...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que l'Etat islamique est désormais aux portes de la ville d'Hassaké en Syrie, la coalition arabo-occidentale, qui a annoncé avoir tué plus de 10 000 djihadistes, n'a pas stoppé l'avancée de l'Etat islamique. Par ailleurs, il est observable que la très grande majorité des conflits impliquant des nations occidentales depuis la fin de la seconde guerre mondiale aient été des échecs.

Atlantico : En quoi les avancées militaires et technologiques, répondant principalement à l'ennemi que représentait l'URSS, ont-elles fait naître des armées occidentales inadaptées aux conflits actuels ?

Walter Bruyère-Ostells : Il est vrai que les moyens et les doctrines d’emplois des grandes armées occidentales ont essentiellement été pensés pour un conflit symétrique contre une puissance de rang égal. A ce titre, il faut rappeler la victoire des Britanniques dans la guerre des Malouines contre l’Argentine. Simplement, la priorité donnée à une guerre continentale en Europe contre l’URSS a par exemple donné une (trop) grande importance aux chars d’assaut mis en échec dans les nouvelles conflictualités (bataille de Grozny pour les Russes en 1994-1995 ou contre le Hezbollah en 2006 pour Israël). Pour autant, les armées occidentales ont entamé leur adaptation à ces nouvelles conflictualités dès les années 1990 avec une professionnalisation croissante, l’ "interarmisation" et l’ouverture de campagnes par de nouvelles modalités (importance nouvelle des hélicoptères de combat par ex.)

Philippe de Veulle : L'avancée des troupes de l'Etat islamique aux portes d'Hassaké au nord de la Syrie n'a rien d'étonnant. L'armée de Bachar El Assad est épuisée par quatre années de guerre (elle a débuté en 2011) et les tergiversations de nos dirigeants occidentales n'ont rien arrangé. Il est clair que si le régime de Bachar el Assad tombe, cela ne sera pas une victoire sur la chute d'un régime dictatorial, mais la mise en place d'un Etat islamiste radical et une menace immédiate visant les pays voisins que sont le Liban et la Jordanie. Stratégiquement le tournant est historique.

De même, Daesh est très bien renseigné alors que nous le sommes pas ou très peu à son sujet. Sun Zu (stratège chinois du IVe  siècle avant JC), référence en matière de stratégie disait: "Connais ton ennemi mieux que toi-même et tu iras au-delà de 100 victoires".

Les chefs militaires de cette organisation islamiste observent avec la plus grande attention nos divergences politiques, nos armements, nos responsables, nos tactiques militaires et ont même pris en compte notre supériorité technologique. Pour l'instant, Ils sont dans une dynamique de conquête et s'organisent de manière méthodique à chaque fois qu'ils avancent sur les territoires conquis avec un programme anti-corruption très efficace. 

En quoi les attentes des populations des démocraties occidentales en matière militaire ont-elles pu réduire les marges de manœuvre, et in fine l'efficacité des opérations extérieures entreprises ?

Walter Bruyère-Ostells : L’idéalisme des années 1990 a donné lieu à l’espoir d’une "fin de l’Histoire" énoncée par F. Fukuyama (un triomphe de la démocratie et donc de la paix) et d’interventions militaires avec très peu de victimes, au moins dans les armées occidentales engagées. Ces messages ont été intériorisés par des sociétés occidentales pour lesquelles l’horizon de la guerre était désormais lointain et la confrontation à la mort également largement évacuée du quotidien de façon plus générale. Toutefois, le rôle des opinions est surtout un facteur qui "réduit les marges de manœuvres" pour reprendre vos termes, plus fortement aujourd’hui car les événements de la guerre (notamment les revers et "effets collatéraux) sont connus plus vite et de façon plus intense (pluralité des médias, chaînes d’information continue,…) qui provoquent un retournement d’une opinion favorable beaucoup plus vite qu’au temps de la guerre d’Algérie ou du Vietnam pour les Etats-Unis.

Philippe de Veulle : Pendant des décennies, on s'est préparé à un conflit contre l'URSS pendant la guerre froide. La dissuasion nucléaire nous à préservé d'un conflit militaire conventionnel. Toutefois, la France dispose d'un savoir-faire militaire récent et probant. Nous avons envoyé des troupes en opération extérieure en Afghanistan (de 2001 à 2014). Cette expérience a appris à nos soldats le combat dans des zones géographiques étendues et escarpées. L'aviation de l' aéronavale (avec le Rafale marine) a montré sa supériorité  sur le théâtre libyen (en 2011) et l'opération Serval (en 2013), de grande ampleur, au Mali a été une réussite avec des moyens, du reste, assez limités.

Les frappes aériennes contre les cibles de Daesh dites "chirurgicales", sont inopérantes (cf. les  déclarations du général  US Hesterman, qui dirige les frappes depuis août 2014) . Face à une avancée terrestre, il faut une réponse terrestre. C'est le risque à prendre pour endiguer leur progression. Il faut rester réaliste, car la présence de troupes combattantes au sol, n'est pas non plus une garantie de victoire. L'exemple de la défaite de l'armée française dans la cuvette de Dien Bien Phu le 7 mai 1954 et l'échec de l'armée américaine dotée de moyens considérables au Vietnam illustrent ce propos. Les Viêt-Cong étaient déterminés, avaient de bons chefs militaires comme le général Giap et un chef charismatique tel que Ho Chi Minh qui connaissait très bien l'Occident et notamment la France. 

Par ailleurs qu'est-ce que les opinions publiques sont prêtes à accepter dans le cadre d'une opération extérieure ? 

Walter Bruyère-Ostells : Une réponse simpliste consisterait à répondre une "guerre juste", seulement cette notion est discutée depuis l’Antiquité (Saint Augustin écrit déjà sur le sujet). Les conflits récents (Afghanistan ou Irak) ont laissé penser que les opinions publiques avaient une faible résilience (capacité à surmonter un événement traumatique) face aux difficultés rencontrées dans des opérations extérieures. L’embuscade d’Uzbin incarne cet aspect pour la France. Pour autant, au delà de la difficulté à les interpréter, les événements récents (mobilisation du 11 janvier 2015 notamment) montrent la capacité de sursaut de l’opinion. Par ailleurs, le rôle des politiques est essentiel. Après des années d’utilisation du budget de la Défense comme variable d’ajustement, des figures de premier plan de droite comme de gauche insistent aujourd’hui sur la nécessité de ne pas sacrifier les moyens de la Défense et font de la pédagogie sur le réarmement qu’on observe dans différentes parties du monde (Asie du sud-est par exemple).

Philippe de Veulle : L'aspect psychologique est aussi un facteur primordial dans une guerre. Un exemple: un attentat à la kalachnikov dans une démocratie occidentale est vécu comme un drame singulier alors que des bombardements lourds en Irak ou en Syrie appartiennent à la banalité. Ces deux pays vivent dans la guerre depuis des décennies. Pas nous... La seconde guerre mondiale s'est terminée il y a 70 ans en Europe. Depuis l'Occident n'a connu que des guerres coloniales ou périphériques.

Nous pouvons aussi observer  qu'une victoire militaire n'entraîne pas non plus, forcément, une victoire politique. Nous l'avons vécu en 1962 avec l'Algérie et plus récemment en Libye avec l'opération Harmattan de 2011. Même si les frappes aériennes ont défait les troupes de Kadhafi, aujourd'hui, ce pays, se trouve plongé dans un chaos politique abyssal entraînant des menaces d'extension de conflit sur les pays voisins (Tunisie, Egypte, Niger, Tchad et Soudan) ainsi que le désastre migratoire sur nos côtes méditerranéennes.

Si l'occident a la puissance militaire, ses adversaires consécutifs (en Indochine puis au Vietnam, en Algérie, en Irak actuellement) ont pu -et peuvent toujours- compter sur leur détermination. Comment cette différence de moyens (psychologiques et matérielles) se constate-t-elle sur le terrain ?

Walter Bruyère-Ostells : Il y a, je crois, deux éléments principaux d’explication. Le premier, le plus difficile à surmonter, est le rapport à la mort. Celle-ci est mieux acceptée dans un combat idéologique qu’il soit politique (Algérie, Vitenam) ou religieux (Irak actuellement) que dans des sociétés occidentales où la démocratie et la paix sont enracinées depuis plus longtemps. Le second réside dans le type de combats auxquels on assiste. Ces techno-guérillas, combinant les modes d’action des guérillas avec l’utilisation de technologies initialement perçues comme étant uniquement maîtrisées par des acteurs étatiques, disposent à la fois de moyens significatifs (chars irakiens repris par l’Organisation Etat Islamique par ex) et utilisent au mieux les principes de la guérilla, profitant de l’avantage de terrains difficiles (massifs des Ifoghas pour AQMI par exemple) et/ou de la couverture de la population civile (qui explique la difficulté des frappes aériennes de la coalition anti OEI que vous évoquiez).

Philippe de Veulle : La France est l'un des rares pays européens à intervenir dans des opérations extérieures majeures. Mais nous avons des limites. Elles sont d'abord budgétaires, et l'armée française (colonne vertébrale du pays), bien que récemment rehaussée budgétairement par le président François Hollande, souffre cruellement d'un manque de moyens et d'effectifs.

Aussi, l'opinion publique est très sensible aux pertes que l'on peut avoir et l'impact de la guerre n'est jamais très bien perçue, cette dernière restant toujours la pire des solutions. Mais, il semble que les attentats du 7 janvier aient sensibilisé l'opinion française sur les menaces terroristes. plus que jamais, nous sommes sur le territoire national en alerte constante et au maximum des capacités du plan Vigipirate. 

Comment les armées occidentales gèrent-elles actuellement ces décalages structurels ? Quelles réformes vous semblent-elles les plus prometteuses ?

Walter Bruyère-Ostells : Elles aussi s’adaptent. Une première direction est l’utilisation accrue de forces spéciales (et si possible l’acceptation d’engagement au sol) : les rudes conditions du massif des Ifoghas n’ont pas empêché les Français de l’opération Serval de "nettoyer" cette base des forces d’AQMI, encore fallait-il s’y engager. La seconde est la "technologisation" croissante. Au-delà des drones, les moyens ISR (Intelligence, Surveillance, Reconnaissance) permettent d’avoir l’avantage sur l’ennemi par une bonne connaissance de ses mouvements et positions. Surtout, la logique des "systèmes d’armes" consiste ensuite à concentrer plutôt les effets des armes (toujours plus efficaces et précises) que les hommes : bombes françaises à armement air-sol modulaire par ex. Les évolutions les plus prometteuses sont donc à attendre des progrès cybernétiques mais, je le répète, en ne perdant pas de vue, le recours à l’engagement au sol, même en acceptant une rusticité des conditions de déploiement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Amouyal
- 16/06/2015 - 19:03
L erreur
C est de croire que parce que nous avons des ordinateurs et le chauffage central le monde a changé ! C est faux , nous vivons les memes relations que nos generations d ancetres , celui qui n est pas capable de se defendre ira a sa perte en 2015 comme ce fut toujours le cas depuis que le monde est monde
jurgio
- 16/06/2015 - 16:54
Oui, la réponse est très simple
Autrefois, quand on avait des armes, on s'en servait. Maintenant, on croit qu'on va pouvoir faire peur sans s'en servir. Mais le malheur veut que celui qui reste longtemps à faire peur, ne fait plus peur du tout.
ELLENEUQ
- 16/06/2015 - 15:55
Evident !
Il y a un siècle on aurait envoyé par le fond les bateaux pleins d'envahisseurs avec nos canons de marine ou nos batteries côtières sans états d'âme ! Les gardes frontières auraient déchiquetés les autres à la mitrailleuse. Maintenant nous somme devenus un ensemble de peuples lâches et intoxiqués qui accepteront toutes les servitudes. La guerre sera perdue sans avoir tiré un coup de canon sur ces vermines qui nous envahissent en nous insultant en plus !