En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 9 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 11 heures 17 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 7 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 13 heures 56 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 17 heures 6 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 17 heures 17 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 17 heures 28 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 5 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 13 heures 52 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 17 heures 11 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 17 heures 28 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 17 heures 30 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 8 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 8 heures
© REUTERS/Ints Kalnins
© REUTERS/Ints Kalnins
Thermomètre

La menace Poutine : les trois Etats baltes demandent la présence permanente de l’OTAN

Publié le 23 mai 2015
Mindaugas Neimontas, le porte-parole du ministre de la défense lituanien a défendu récemment sa demande d’obtention de troupes permanentes de l’OTAN en avançant qu’Il en allait de la sécurité de son pays.
Matthieu Chillaud est un universitaire français installé en Estonie. Il est l'auteur avec avec Céline Bayou de Les Etats baltes en transitions. Le retour en Europe, (2012) chez Peter Lang.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Chillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Matthieu Chillaud est un universitaire français installé en Estonie. Il est l'auteur avec avec Céline Bayou de Les Etats baltes en transitions. Le retour en Europe, (2012) chez Peter Lang.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mindaugas Neimontas, le porte-parole du ministre de la défense lituanien a défendu récemment sa demande d’obtention de troupes permanentes de l’OTAN en avançant qu’Il en allait de la sécurité de son pays.

Atlantico : Cette demande de déploiement vis-à-vis de l’OTAN est ancienne, pour quelle(s) raison(s) est-elle renouvelée à ce moment précis ?

Matthieu Chillaud : Cette demande est effectivement très ancienne et il est vrai que ce qui s’est passé en Ukraine a conféré à celle-ci une légitimité manifeste. Je pense qu’il y a deux dimensions à cette problématique. La première est stratégique : un rapide coup d’œil sur une carte (voir plus bas) démontre que si les Russes voulaient attaquer avec des armes classiques les trois pays baltes, ils n’auraient aucun problème et cela même si des troupes permanentes de l’Otan étaient installées sur le territoire. Les pays baltes ne disposent d’aucune profondeur stratégique et seraient aussi facilement que rapidement occupés.  La deuxième est psychologique : chacun des trois pays baltes a le sentiment que la présence de soldats de l’Otan sur leur territoire, aussi infime soit-il, aurait un effet multiplicateur de puissance tandis que pour les Russes, voir des soldats de l’Alliance atlantique dans les trois pays aurait probablement un effet psychologique bien plus important que combattre des soldats estoniens, lettons ou lituaniens. Je vous rappelle que l’expert américain Zbiegniew Brzezinski en début d’année plaida devant le Congrès US pour que les Américains pré-positionnent dans les pays baltes des troupes, peu nombreuses pour qu’elles ne provoquent pas la Russie, mais de façon suffisamment ostentatoires pour bien montrer à celle-ci la détermination de l’OTAN. Nous sommes dans la même logique. Souvenez-vous, en outre, des conclusions du Sommet de l’Otan au Pays de Galles : le flanc Est de l’Alliance atlantique, notamment dans la région de la Baltique, allait être renforcé par une force opérationnelle de 5000 hommes capable de se projeter dans les régions périphériques. Si cette force n’est certes pas stationnée de façon permanente dans les pays baltes, il n’en reste pas moins que l’on est à un cheveu d’accéder de facto aux revendications de ces derniers.

Cliquez pour agrandir

Les exercices militaires se sont multipliés ces derniers mois. L’OTAN organise actuellement en Estonie des exercices "Siil 2015" en Estonie, tandis que la Russie a organisé des manœuvres militaires dans la mer Baltique et plus récemment à la frontière estonienne avec 2000 hommes. La peur s’est-elle installée chez les populations Baltes ?  

S’il n’y avait que ça. Il faut se souvenir des déclarations du Ministre britannique de la Défense Michael Fallon en février 2015 qui estimait que les trois pays baltes seraient possiblement les prochaines cibles de la Russie après que celle-ci eut annexé la Crimée. D’après lui, la menace posée par Vladimir Poutine à l'Europe était équivalente à celle de l'État islamique (sic). Toute une série d’événements n’ont pas manqué, non plus, d’attirer l’attention des commentateurs : l’enlèvement du policier estonien par les services secrets russes le 5 septembre 2014 à la frontière russo-estonienne – deux jours après la visite du Président Obama à Tallinn –, la décision de la Lituanie de publier un petit manuel de survie en cas d’attaque et de rétablir la conscription après qu’il eut été supprimé en 2008, l’organisation d’exercices militaires très importants de l’OTAN dans les trois pays (ainsi qu’en Pologne), etc. Je reste, cependant, circonspect sur l’effet que cela a parmi les populations baltes. J’habite en Estonie depuis dix ans et je ne perçois pas de changements fondamentaux parmi les Estoniens. Je pense que cela est mutatis mutandis comparable à ce que l’on pourrait observer en Lettonie et en Lituanie. Il y a certes une inquiétude latente mais certainement pas de peur.

Les pays baltes ont pris leur indépendance depuis plus de 25 ans, pourquoi les tensions restent-elles aussi fortes entre les Etats Baltes et la Russie ?

Il existe toute une série de raisons imbriquées les unes dans les autres. Certaines sont très émotionnelles, d’autres sont plus pragmatiques. Par exemple, je soutiens depuis longtemps la thèse qu’il existe dans les trois pays baltes, depuis le rétablissement de leur indépendance, un réflexe machinal de méfiance vis-à-vis de la Russie et un automatisme de confiance vis-à-vis des ennemis de la Russie. En raison de ce syndrome de l’enfant battu – ils ont tout de même été annexés par l’Union soviétique en 1945 pour ne retrouver leur indépendance qu’au tout début des années 1990 –, associé l’adage voulant que "l’ennemi de mon ennemi, soit mon ami", certains voient en Estonie, en Lettonie et en Lituanie ce qui s’est récemment passé en Ukraine – comme ce qui s’était en Géorgie avant, voire en Tchétchénie – comme une illustration de l’impérialisme russe à l’œuvre contre une volonté d’émancipation nationale, dont celle-ci est alors la victime comme leur pays de 1945 le fut de leur variante soviétique. On soutient tous aimuths tous les pays hostiles à la Russie ce qui ne peut qu’irriter cette dernière. Pour la Russie, il y a une crainte viscérale que les pays baltes contribuent à ce sentiment d’encerclement de puissances hostiles, en premier lieu l’Otan, perception qu’elle a depuis une vingtaine d’années. Ce sentiment s’exacerbe depuis que les pays baltes ont rejoint l’Otan. Cela risque de s’empirer si les pays baltes accueillent des bases permanentes.

Comment la Russie de Poutine s’y prend-elle pour déstabiliser les pays baltes ? Les déstabilisations russes visent-elles les pays baltes ou plutôt l’OTAN ? Pourquoi ?

Si l’on s’accorde à estimer qu’une attaque armée classique des forces russes au travers des frontières baltes – voire finlandaise – est très peu probable, la crainte partagée par les responsables baltes est bien celle d’actions subversives menaçant leur stabilité interne et leur intégrité territoriale. On parle beaucoup d’hybridité de la menace pour parler de ce que pourrait être le casus belli. Combiner des moyens militaires classiques à des cyberattaques et à de la propagande afin de rendre "indolore" une attaque armée a été le moyen utilisé en Ukraine. On craint que les Russes utilisent la même technique dans les pays baltes.

Les déstabilisations russes, en tout cas, ne visent pas seulement les pays baltes mais il est bien plus facile de s’attaquer à ces derniers plutôt qu’aux autres pays membres de l’Alliance. Je vous rappelle que chacun des trois pays, certes à des degrés divers, accueillent d’importantes minorités russophones. Les utiliser comme relais est tentant. Pour autant, il ne faut pas s’imaginer que ces populations russophones constituent un bloc homogène aux ordres de Moscou.  

En quoi le fait que les pays baltes soient membres de l’OTAN et de l’Union européenne change tout par rapport à la situation en Ukraine ? Est-ce suffisant pour dissuader la Russie de réaliser un coup de force dans les pays baltes ?

On peut certes jouer aux Cassandres mais j’ai beaucoup de mal à imaginer que la Russie, les pays baltes et l’Otan ne se considèrent pas comme des entités rationnelles lesquelles défendent avec raison leurs intérêts de sécurité.

Les trois pays baltes sont membres de jure et de l’Otan et de l’UE. Cette qualité leur garantit une solidarité politico-stratégique. S’attaquer à un pays baltes impliquerait un casus fœderis, l’OTAN se devrait de porter assistance au(x) pays attaqué(s). Pour Moscou, le jeu n’en vaut a priori pas la chandelle. Par contre, tester la solidarité de l’Alliance est tentant pour une Russie inquiète, voire alarmée, à l’idée que l’OTAN après avoir intégré en son sein ses anciennes provinces baltiques, accueille l’Ukraine. Avancer ses pions sans jamais franchir la ligne rouge, geste qui serait suicidaire, est précisément ce que recherche Moscou. Quant à l’UE, c’est une entité politico-économique qui n’est pas une alliance militaire. Au risque d’utiliser une litote sibylline, je ne vois pas l’UE ne rien faire si les pays baltes étaient attaqués.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Nicolas V
- 18/05/2015 - 17:28
L'auteur croit ce qu'il écrit ?
On est dans le fantasme et dans l'inversion accusatoire. Qui peut croire sérieusement que la Russie veut attaquer un minable état balte ? Ou qui que ce soit ? Qui a fait un coup d'état en Ukraine ? La Russie ? Alors Soros bosse pour Poutine ? Victoria Nulland bosse pour Poutine ? Le général Breedlove qui a dit en novembre dernier qu'il n'y avait pas de chars russes en Ukraine, bosse pour Poutine ? Obama qui s'est lâché, il bosse pour Poutine ? C'est de la propagande de guerre otanesque. Un de Bilderberg a dit, en 2013, "il ns faudrait une 3ème guerre mondiale "... Méditez ....
Deudeuche
- 18/05/2015 - 08:59
@vangog
Russie davantage National-orthodoxe et anti "décadence" de l'Ouest que ex socialiste, mais bien d'accord sur les écolo-trotskyste mais aussi les bourgeois libéraux qui n'ont pas, dans leurs cerveaux, la case défense européenne. Et ce parce que défense=armée=guerre=cheveux rasés=défense de quelles valeurs???je ne veux pas y penser et de toute façon Bush ou Obama ou son successeur s'en charge!
vangog
- 17/05/2015 - 15:13
D'une Défense européenne aurait été plus adaptée!
Outre le fait qu'elle aurait permis de lutter contre l'immigration de masse autorisée par la loterie Schengen, elle aurait été d'une grande utilité pour faire comprendre aux Russes la cohésion de l'Europe contre tous les dictateurs avides des faiblesses de leurs voisins. En l'occurrence, une permanence de l'OTAN ne servira qu'à exciter le patriotisme russe anti-0ccidental et anti-Américain, dont les socialistes russes se sont fait une spécialité de longue date (ces ex-apparatchiks socialistes sont, aujourd'hui, ceux qui se partagent le pouvoir aux ordres de Poutine). Si les ecolo-trotskyste télécommandés par Moscou n'avaient pas torpillé toute Défense et toutes frontières européennes, l'UE formerait un seul bloc puissant contre le petit dictateur russe, qui n'aurait même pas osé envahir son voisin Ukrainien, ni imposé ses fidèles apparatchiks au Bélarus, et autres pseudo-Républiques de sa sphère d'influence...