En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

03.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

04.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

ça vient d'être publié
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 1 heure 1 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 1 heure 55 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 3 heures 41 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 6 heures 59 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 7 heures 17 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 7 heures 19 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 20 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 22 heures 25 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 22 heures 47 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 1 heure 6 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 1 heure 56 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 3 heures 45 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 7 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 19 heures 25 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 22 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 22 heures 30 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 1 jour 45 min
© Reuters
Une grande partie des Français ne font plus confiance à leurs représentants et au système actuel.
© Reuters
Une grande partie des Français ne font plus confiance à leurs représentants et au système actuel.
Envie d'autre chose

Baromètre Cevipof de la confiance politique : les Français assoiffés de politique mais "saoulés" par les leurs

Publié le 06 mars 2015
Ce baromètre montre qu'une très large majorité des Français ne sont en rien désintéressés de la chose politique. Ils en attendent beaucoup, même. seulement, ils ne font plus confiance à leurs représentants et au système actuel, qui donne selon eux une image trop binaire, quand ce n'est pas manichéenne, du paysage politique.
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bruno Cautrès est chercheur CNRS et a rejoint le CEVIPOF en janvier 2006. Ses recherches portent sur l’analyse des comportements et des attitudes politiques. Au cours des années récentes, il a participé à différentes recherches françaises ou européennes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce baromètre montre qu'une très large majorité des Français ne sont en rien désintéressés de la chose politique. Ils en attendent beaucoup, même. seulement, ils ne font plus confiance à leurs représentants et au système actuel, qui donne selon eux une image trop binaire, quand ce n'est pas manichéenne, du paysage politique.

Atlantico : 83% des personnes enquêtées expriment une attente vis-à-vis des responsables politiques pour trouver ensemble des solutions aux problèmes. Pourtant, en ce qui concerne les institutions auxquelles ils accordent le plus leur confiance, les entreprises ou les PME sont parmi les premières plébiscitées. Peut-on en déduire que les Français sont devenus pragmatiques, attentifs à ce qui a prouvé son efficacité ?

Bruno Cautrès : Effectivement, les personnes que nous avons enquêtées adhèrent fortement à l’idée qu’il faudrait  que les responsables politiques de camps opposés parviennent à s'entendre pour trouver des solutions aux problèmes du pays. Cette idée peut sembler assez large et précisément pour cela susciter un très fort soutien. Mais elle exprime également une forme d’insatisfaction des personnes interrogées vis-à-vis du fonctionnement habituel de la politique comme une sorte de jeu à somme nulle où chaque camp estime avoir raison sur tout alors que le camp adverse aurait tort sur tout également. Et aussi sans doute que le contexte et la gravité de la crise économique peuvent inciter les personnes enquêtées à répondre ainsi. Il n’est donc pas surprenant que l’adhésion à cette idée d’une « grande coalition » partisane pour régler les problèmes se combine avec une vision assez, voire très, négative des partis politiques ou des hommes politiques. Il est intéressant de noter que ce fort soutien à une « union nationale » des responsables politiques s’exprimait dès la vague 6 de notre enquête, réalisée en décembre 2014 c’est-à-dire avant les attentats du 7 janvier 2015 et avant le climat d’union nationale qui a prévalu ensuite.

Par ailleurs, cette vision négative de la politique mais avec dans le même temps des attentes fortes vis-à-vis des hommes politiques est une donnée classiquement observée dans les enquêtes d’opinion : les hommes politiques sont à la fois perçus comme ceux qui ne font rien de bien et ceux qui pourraient tout changer !  La confiance dans les PME est donc beaucoup plus élevée que dans les organisations partisanes ou même syndicales : 84% déclarent faire confiance aux PME, 54% aux grandes entreprises publiques, 48% aux grandes entreprises privées, 29% aux syndicats et seulement 14% aux partis politiques. Je serais prudent sur l’interprétation que vous proposez ; dans la vague 6 de notre enquête, réalisée en décembre 2014, nous demandions aux enquêtés leur opinion sur l’hypothèse que des chefs d'entreprises plutôt qu’un gouvernement décident ce qui leur semble le meilleur pour le pays : seuls 32% approuvaient cette idée. Par ailleurs, on voit que ce sont surtout les PME, par leur proximité avec les français dans le tissu économique, qui sont positivement perçues. Cela traduit donc sans doute une insatisfaction plus générale, que l’on retrouve dans d’autres données de notre enquête, vis-à-vis d’un système politique et partisan qui ne fonctionne pas bien, qui a du mal à délivrer des améliorations de la vie quotidienne. Le décalage d’opinions positives entre l’entreprise, notamment la PME, et le chef d’entreprise montre quelque chose d’intéressant : un peu comme si le chef d’entreprise, comme l’homme politique, avait du mal à convaincre alors que l’on perçoit beaucoup plus positivement l’entreprise qui ne se résume pas à son chef.

Pourtant, pris les uns après les autres, les politiques ne jouissent pas de la même perception positive. Dans quelle mesure pourraient-ils s'inspirer des entités dans lesquelles les Français fondent leur espoir pour mieux leur répondre ?

Cette question n’a pas de réponse simple. D’un côté, les personnes interrogées expriment avec beaucoup de force une vision défiante et négative des hommes politiques (rappelons que 85% déclarent que les hommes politiques ne se préoccupent pas de ce que pensent les personnes) ; d’un autre côté, nos données expriment une demande de « verticalité » politique et de protection par les institutions publiques (l’armée et la police sont également en haut du classement de la confiance ; les hôpitaux également disposent d’une très bonne image). Il existe également une demande de professionnels de la politique qui soient efficaces et compétents. Comparée à la vision négative des hommes politiques, voire carrément défiante, la perception positive de ces institutions, ou même des PME, montre en creux les défauts que les personnes interrogées prêtent aux hommes politiques : l’éloignement avec les citoyens, peut-être aussi l’absence de sens de l’intérêt général au profit de l’intérêt partisan ou de carrière, le non-renouvellement, ou encore ce que les Français perçoivent parfois comme des « rentes de situation » (salaires, primes, retraites des hommes politiques). Ces questions sont complexes et il faut s’éloigner des appréciations simplistes et globalisantes sur les hommes politiques et qui ne rendent pas justice à l’immense majorité de nos élus, mais ces questions doivent/devraient être abordées dans le cadre d’un grand débat national sur le fonctionnement et le financement de notre vie politique. De manière plus générale, les données de notre enquête montrent un assez « grand malaise » démocratique : si les institutions se portent mieux que les acteurs de la politique (hommes politiques, partis, syndicats, médias), l’ensemble donne un sentiment de profond décalage entre les citoyens et la sphère de la politique.

Peut-on aller jusqu'à dire que les attentes des Français sont en mutation, alors qu'il est communément reconnu que nous ne cherchons pas de programme mais une incarnation chez les politiciens ?

Les citoyens recherchent les deux : des programmes et des idées qui montrent où nous sommes, où nous allons et pourquoi ou comment ; des personnalités qui incarnent ces idées. Plus profondément, les données du Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF devraient servir de point de départ à un chantier pour les années à venir : il est impératif, urgent même, que s’ouvre un véritable audit de la démocratie en France ! Les Britanniques ont consacré du temps et des moyens à un tel audit. Pourquoi pas en France ? Nos dirigeants ne devraient-ils pas engager un grand débat national et un véritable audit de notre démocratie ? Nous n’occupons pas les meilleures places en Europe du point de vue de la qualité de la démocratie : respect des droits du citoyen, transparence des décisions, etc. S’il est hautement souhaitable de réaffirmer les valeurs sur lesquelles la politique française moderne s’est fondée (socle des valeurs républicaines) notre leit-motiv national sur ces questions n’a-t-il pas tendance à masquer un peu les questions qui apparaissent dans les réponses à notre enquête ? Les attentes des français sont effectivement en mutation et il serait bien imprudent pour tel parti ou tel candidat de penser que les français lui donne un blanc-seing dès lors qu’ils l’ont élu. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

05.

Retraites : les bénéfices économique de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

03.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

04.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

06.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 28/02/2015 - 16:33
Il y aurait pourtant une solution simple et qui ne
demande aucun courage a nos politiques et qui est démocratique, c'est la votation a la Suisse. Sur tous les problèmes qui occupent les français, une votation pourrait mettre enfin l'arrêt des bises bises idéologiques de notre pays marxisant. Le résultat fait loi. Le seul problème c'est que les élites de gauche veulent penser pour nous et qu'ils ne veulent pas qu'il y ait des décisions autres que leurs VÉRITÉS. le peuple n'est pas assez intelligent pour prendre des décisions....
zouk
- 28/02/2015 - 11:33
Attentes de politiques réalistes
Nous avons perdu tout sens de notre organisation politique, sans compter la perte totale du sens de notre citoyenneté. Empêtrés dans un système de partis qui ne pensent qu'en termes de positionnement électoraux, c'est à dire de politiciens animés du seul désir d'être réélus. Et vogue la galère.... jusqu'au naufrage d'ailleurs tout proche.