En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 8 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 11 heures 49 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 14 heures 4 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 14 heures 42 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 16 heures 21 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 19 heures 43 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 20 heures 4 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 9 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 12 heures 6 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 14 heures 35 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 15 heures 53 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 16 heures 2 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 20 heures 9 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 4 heures
© Reuters
© Reuters
L'art du flou

Présidence de France Télévisions : le CSA tenté par un retour à l'opacité

Publié le 19 février 2015
Au CSA, l'opacité dans la nomination du président de France Télévisions semble une tradition bien ancrée. Malgré les promesses, les règles pour la désignation de l'heureux élu sont si peu lisibles que les bonnes intentions de transparence semblent déjà bien loin.
Francis Tellé écrit sous pseudonyme et travaille dans les médias depuis une dizaine d'années. Bien informé sur les coulisses de la nomination du futur Président de France Télévisions, il détricote les stratégies d'influence mises en place en...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Tellé
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Tellé écrit sous pseudonyme et travaille dans les médias depuis une dizaine d'années. Bien informé sur les coulisses de la nomination du futur Président de France Télévisions, il détricote les stratégies d'influence mises en place en...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au CSA, l'opacité dans la nomination du président de France Télévisions semble une tradition bien ancrée. Malgré les promesses, les règles pour la désignation de l'heureux élu sont si peu lisibles que les bonnes intentions de transparence semblent déjà bien loin.

Sous l'autorité de son Président, Olivier Schrameck, le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel vient de décider de la façon dont le prochain président de France Télévisions sera nommé. Ce n'est pas rien, puisqu'on parle quand même du futur dirigeant d'un groupe public de plus de 10 000 employés, doté d'un budget annuel d'environ 3 milliards d'euros. Sans parler de l'arme de communication massive qu'il représente.

A la première lecture du communiqué de presse rendu public le 4 février dernier, la procédure mise en place semble relativement équilibrée. Une lecture plus attentive, plus politique, montre combien les sages du CSA ont excellé dans l'exercice difficile de satisfaire tout le monde, autant ceux qui aspiraient à l'instauration d'un système démocratique et transparent que ceux qui souhaitaient pouvoir œuvrer en toute opacité dans le Paris influent. Une procédure fourre-tout qui ne consacre qu'une seule chose : l'habileté d'Olivier Schrameck, président du CSA et équilibriste hors-pair.

Pourtant concluant, le cas Mathieu Gallet, qui a pris les rênes de Radio France en février 2014 à l'issue d'une sélection transparente saluée unanimement, ne fera pas ricochet. Olivier Schrameck  justifie pour le Monde les modifications apportées au modus operandi en vigueur jusqu'à présent par sa volonté de "ne pas adopter une procédure qui dissuaderait des candidats ayant des responsabilités dans le secteur privé". Autrement dit, ne pas faire de publicité autour de l'affaire, c'est s'assurer que des grands patrons du privé candidateront, ne craignant pas pour leur poste actuel.

Concrètement,  "le conseil établira une liste restreinte de candidats qu'il auditionnera" mais cette liste ne sera rendue publique qu'à "la condition qu'aucun des candidats retenus ne s'y oppose auprès du président". Qu'un seul d'entre eux refuse que son nom soit dévoilé, et c'est l'ensemble de la liste qui sera tenue secrète. Une hypothèse qui, soyons réaliste, est plus que probable. Le CSA, se déchargeant de la responsabilité de choisir entre une procédure ouverte ou fermée, laisse donc aux candidats le soin le faire. Où a-t-on vu que des postulants à un emploi choisissaient à la place de leur employeur les modalités de leur entretien d'embauche ? Dans toutes les autres médias à capitaux publics, cet appel à candidatures est ouvert (cf. Radio France, Public Sénat, LCP...). Les candidats acceptent cette règle ou ne le sont pas. Même quand on regarde à l'étranger, c'est d'ailleurs (presque) la même chose pour la BBC par exemple, où il faut candidater publiquement pour en prendre la présidence.

Une opacité stérile qui plus est : on voit mal comment les noms des candidats ne fuiteraient pas dans la presse. Les gens parlent. Les candidats potentiels sont bien connus du microcosme, et on prête même des actes de candidatures à ceux qui n'y pensent pas encore en se rasant.

Si l'on décortique un peu tout ça, on remarque également que le CSA ne fixe pas de nombre plancher de candidats alors qu'il est seul habilité à accepter ou non une candidature. Autrement dit, un candidat pré-rejeté par le CSA ne pourra plus être candidat. Olivier Schrameck veut se garder la liberté d'en écarter un ou plusieurs des auditions finales. Tout juste se contente-t-il d'employer le pluriel, c'est-à-dire qu'un duo de prétendants au poste pourrait très bien faire l'affaire, et l'on se retrouverait alors avec un vainqueur tout désigné et un « idiot utile », destiné à faire acte de présence. Ajoutons à cela que le CSA se réserve un délai d'un mois pour trancher "à compter du mercredi 22 avril et avant le vendredi 22 mai",  et l'impression que tout est fait pour entretenir le flou est totale.

Finalement, derrière le sentiment que les choses sont bien organisées en toute transparence, on ne sait donc pas si le nom des candidats sera rendu public, on ne sait pas combien ils seront à s'affronter et on ne sait pas quand le vainqueur sera désigné. Dans ces conditions, à quoi bon subtiliser le fait du prince au président de la République (élu) si c'est pour offrir aux membres du CSA (nommés) les mêmes prérogatives ?

Olivier Schrameck, celui-la même qui affirmait qu'il "n'aurait jamais accepté de servir d'auxiliaire à une ambition de second ordre" dans un papier de Libération publié en 1998, aurait tout à gagner à construire un CSA tirant sa puissance politique de son irréprochable transparence. Mais avant de le vouer gémonies, reconnaissons-lui une chose : sa finesse de stratège. Sa procédure de nomination lui assure le regard bienveillant des observateurs tout en garantissant aux prétendants au poste la plus grande opacité. Sans avoir à en endosser la responsabilité, il s'arroge la liberté de pouvoir intriguer tranquillement pour sortir du chapeau le nom qu'il voudra. Brillant.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

04.

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

07.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

04.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 19/02/2015 - 15:52
Encore un as de la synthèse molle, ce Shramek!
A force de ne rien décider du tout et de laisser decider les autres pour eux-mêmes, les Francais qui croient nous diriger infligent un retard sévère à la France. Il suffit d'ouvrir l'audiovisuel Francais pour voir le même clan, composé des mêmes copains depuis trente ans, squatter les divertissements (les plus rémunérateurs) des chaînes du service public, ainsi que la soi-disant "création francaise"...le reste de l'information est laissé au microcosme parisien de la bobologie ringarde, et aux éternels communautaristes qui sont censés reeduquer les Francais, en les biberonnant au multi-culturalisme à toutes les sauces. Ce n'est pas ce type d'audio-visuel clanique et communautariste que désirent les Francais...Schramek a tout faux!
perceval
- 19/02/2015 - 13:38
Deux choses
1- La façon dont s'y prend le schrameck. En quoi est-elle brillante? N'importe quel âne avec un chapeau désirant noyer le poisson ferait la même chose. Ce qui aurait été brillant aurait été de s'affranchir des contraintes politiques sans se faire taper sur les doigts. Mais schrameck est un socialiste donc pas brillant et surtout manipulateur. La seule chose que l'on puisse dire c'est qu'en face ce n'est pas brillant non plus, loin s'en faut.
2- Et personne ne s'insurge qu'une télé payée par les contribuables soit aux mains partisanes de la gauche? ça ne s'appelle pas détournement de fonds publics?
Anguerrand
- 19/02/2015 - 10:39
Les membres du CSA ont été nommés par Hollande
Ces " sages" sont donc de gauche en majorité, alors les chaînes TV non totalement de gauche, n'ont pas été admis sur la TNT; LCI, et PARIS PREMIÈRE. Tant pis pour les chômeurs induits et les téléspectateurs qui ne sont pas de gauche.