En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

02.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

03.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

04.

Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis

05.

Pourquoi Israël va annexer la vallée du Jourdain

06.

Horizon 2022 : le sondage qui (re)douche les espoirs de la droite LR

07.

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

03.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

04.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

05.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

06.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

06.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

ça vient d'être publié
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 9 heures 27 min
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 10 heures 59 min
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 12 heures 53 min
pépites > France
Sécurité
En déplacement à Dijon, Jean Castex dénonce des comportements "inadmissibles"
il y a 14 heures 36 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le rouge se met à fumer et quand la cible a du plomb dans l’heure : c’est l’actualité caniculaire des montres
il y a 16 heures 55 min
décryptage > Politique
Sale temps pour Paris

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Economie
Des villes et des désavantages

Une étude du MIT découvre que les villes ne sont les plus pourvoyeurs d’opportunités économiques qu’elles ont longtemps été

il y a 18 heures 11 min
décryptage > France
Nouveau Gouvernement : vieilles lâchetés

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

il y a 18 heures 44 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le flambeur de la Caspienne" de Jean-Christophe Rufin : une enquête captivante menée par un, désormais fameux, vice-consul décalé et fin limier

il y a 1 jour 11 heures
light > Economie
Couple bio-bobo
Les Français ont rattrapé les Allemands en... consommation de produits bio
il y a 1 jour 12 heures
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 10 heures 29 min
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 12 heures 27 min
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > France
Reconnaissance
Lors du défilé du 14 juillet, l'armée de l'air rendra hommage aux personnel soignant
il y a 15 heures 12 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Du chaos syrien au chaos libyen, entretien exclusif avec Randa Kassis
il y a 17 heures 26 min
décryptage > Politique
Vieille recette

Vers un nouveau haut commissaire au plan : singer De Gaulle ne peut tenir lieu d’action

il y a 17 heures 57 min
décryptage > France
Vie politique

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

il y a 18 heures 24 min
pépites > France
Hommage
La gendarme tuée par un chauffard reçoit la légion d'honneur à titre posthume
il y a 1 jour 10 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Chained / Beloved" de Yaron Shani : un dyptique dramatique passionnant autour d’un couple en difficulté…

il y a 1 jour 11 heures
pépites > Justice
À coeur ouvert
L'enquête au centre du don des corps s'ouvre pour "atteinte à l’intégrité du cadavre"
il y a 1 jour 12 heures
© Reuters
Des piments Jalapeno du Mexique.
© Reuters
Des piments Jalapeno du Mexique.
C'est bon quand ça fait mal

Mais pourquoi mange-t-on du piment ?

Publié le 12 février 2015
Le piment provoque une douleur objective via la brûlure qu'il génère. Une douleur que certains savent apprécier à sa juste valeur.
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le piment provoque une douleur objective via la brûlure qu'il génère. Une douleur que certains savent apprécier à sa juste valeur.

Atlantico : Le piment est un aliment qui provoque une douleur objective, via la sensation de brûlure générée par la capsaïcine. Pourtant, l'aliment a de nombreux amateurs. Par quel mécanisme psychologique peut-on être attiré par un aliment qui "nous fait du mal" et qui n'a, en plus, guère de propriétés nutritives ?

Catherine Grangeard : Les amateurs de piments réfuteraient immédiatement que le piment fait mal ! Pour eux, ils sont forts, ils chauffent, ils ont du goût,… Déjà, ils différencieraient les piments. Les connaisseurs utilisent tel piment pour tel usage, à la fois parce qu’ils les trouvent bons et apprécient des nuances que d’autres ignorent.

Les scientifiques leur reconnaissent des vertus. De nouvelles études indiquent  que le piment fort protège la muqueuse de l’estomac et pourrait contribuer à prévenir les lésions gastriques associées à l’emploi des analgésiques anti-inflammatoires. De plus, iI est riche en calcium et en vitamine A, B 6, C, E et K. Enfin, il pourrait diminuer le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires et du cancer, contribuer à prévenir le diabète et stimuler le métabolisme.

Dans une étude menée en laboratoire au Royaume-Uni, on a découvert que la capsaïcine, substance qui confère au piment sa saveur piquante, pouvait détruire les cellules cancéreuses du poumon et du pancréas sans s’attaquer aux cellules saines voisines. Selon les chercheurs, c’est ce qui explique que les taux de certains cancers soient plus faibles chez les Mexicains et les Indiens que chez les Occidentaux.

Les résultats de deux études menées en Australie apportent d’autres nouvelles réconfortantes : la consommation de plats pimentés contribue à protéger contre l’accumulation de cholestérol dans le sang et à diminuer les besoins en insuline, ce qui pourrait jouer un rôle dans la prévention et le traitement du diabète. Il serait aussi antioxydant…

Pour profiter de toutes ces vertus, il faut toutefois éviter d’en abuser. 

 

Même si le piment s'est largement mondialisé, certaines populations sont de grandes consommatrices de piment, quasiment à chaque repas. Pourquoi un tel engouement collectif chez certaines populations ? La logique d'attraction est-elle la même que celui qui découvre le piment "sur le tard" ?  

 

Géographiquement, chaque population a ses préférences qui dépendent de l’agriculture locale. En France, les vignes font partie du patrimoine. Il faut rappeler, que tout le monde n’aime pas naturellement le vin. Ainsi, le Mexique produit et aime les piments… Les qualités des produits séduisent les personnes qui les connaissent depuis toujours. Certaines personnes en les découvrant vont ou non les aimer. C’est d’une part, une affaire de goût et cela dépend d’autre part des attributions qui sont faites aux produits.

"Pimenter sa vie" est une expression qui montre les connotations positives qui sont associées au piment. Outre colorer les plats, il les anime. Un plat sans piment, pour les amateurs bien sûr, manquerait de vigueur, de caractère. Là où ces amateurs sont sensibles positivement, d’autres n’y voient que du feu.

Ces différences d’appréciation se retrouvent pour divers mets ; le fromage est détesté dans divers endroits du monde, par exemple.

Le désir rend tolérant ! si la personne pense que c’est bon pour elle, soit par les vertus censées accompagner le plat soit par association d’idées.

Toute chose égale par ailleurs, y a-t-il un profil particulier qui peut prédisposer une personne à apprécier les aliments "douloureux" comme le piment ? Cela peut-il renvoyer vers d'autres comportements alimentaires ? 

Encore une fois, elle peut aimer tout simplement. Tous les goûts sont dans la nature ! Là où vous voyez que c’est douloureux, d’autres vont trouver cela stimulant … C’est affaire d’interprétation. Lorsque ces piments sont présentés comme possédant des propriétés aphrodisiaques, brûle-graisses, digestives, favorisant une alimentation plus équilibrée… par le milieu d’appartenance d’un individu, il est fort à parier que s’habituer au feu dans la bouche devient un rite de passage de l’enfance à l’adolescence, par exemple, un signe de virilité...

Il est aussi appris que ce feu ne s’éteint pas avec de l’eau. Les matières grasses rendent solubles la capsaïcine. Alors, sera absorbée une gorgée de lait, consommé un aliment contenant de l’huile ou toute matière grasse… La transmission de l’antidote fait partie de la vie locale. L’éducation initie aux savoir-être.

Lors d’un voyage, par exemple, cette impression "d’en être" crée l’envie d’apprivoiser telle ou telle nourriture, les boissons et autres pratiques... Cette initiation au monde de l’autre passe par des habitudes alimentaires qui sont parfois déconcertantes… On rapporte alors des souvenirs de voyages, parfois excellents, parfois moins.

L’effet chauffant du piment est peut-être euphorisant, voire aphrodisiaque… Si ces vertus qui lui sont prêtées se vérifient, déjà parce que les gens y croient, on peut comprendre le désir d’accéder à ce qu’elles promettent. C’est encourageant pour consommer quelque chose d’aussi fort… Il faut en passer par là pour obtenir les qualités visées. Si le but est atteint, l’envie d’y revenir s’enclenche…

Si l'attrait pour le piment est psychologique, peut-il y avoir un risque d'accoutumance chez ceux qui en consomme constamment ? Ceux qui n'apprécient plus de manger un plat si ce n'est pas épicé, sont-ils "addict" ? 

Comme on le soulignait au point 1, l’abus est mauvais pour la santé… comme tout abus. Les habitudes alimentaires sont responsables que l’on aime ou que l’on n’aime pas quelque chose. Certains peuples adorent des produits que d’autres détestent. Si l’on fait partie du groupe, on ne voit pas où est le problème. Si on n’en fait pas partie, il en va tout autrement.

Il est difficile de se passer de ce que l’on connaît. Lorsque le médecin conseille de supprimer le sucre, le sel, nous avons ici beaucoup de mal. Nous trouvons les aliments fades. Même pour des raisons de santé, c’est souvent difficile. Des substituts sont proposés à ceux qui ont du mal à s’en passer. Pour le sucre, ces substituts ne semblent pas inoffensifs et pourtant peu de personnes arrivent à accepter de manger plus nature…

Bien sûr qu’une accoutumance existe, physiquement, psychiquement. Les goûts sont fabriqués et ils font partie de la vie. Le manque témoigne alors que l’on est accroché à ces habitudes de consommation plus que l’on croit. Les immigrés ont bien du mal à adopter la nourriture du pays d’accueil et s’ils le peuvent ils essaient de trouver les ingrédients rappelant le pays. On sait qu’en ville, il y a des produits, pour les autochtones, exotiques, dans tel quartier. L’identité est constituée de ce qu’on mange, comment on le prépare, les ingrédients… C’est complexe de se bien nourrir au regard des directives diététiques, comme chacun le sait, car il se joue sur ce terrain tout autre chose que de la rationalité… La saveur de la vie dépasse souvent la raison la plus élémentaire. Le piquant de l’existence est recherchée et la nourriture en témoigne largement.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires