En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Coup de semonce

La BCE met la pression sur la Grèce et s'attribue un rôle politique qu'aucun traité ne lui a jamais accordé

Publié le 05 février 2015
Au cours de la soirée du 4 février, la Banque centrale européenne a décidé d’exclure la dette grecque de l’euro système. Désormais, le financement du secteur bancaire du pays ne tient plus qu’à un fil. Le compte à rebours a commencé.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au cours de la soirée du 4 février, la Banque centrale européenne a décidé d’exclure la dette grecque de l’euro système. Désormais, le financement du secteur bancaire du pays ne tient plus qu’à un fil. Le compte à rebours a commencé.

Fini de rire. Depuis la victoire d’Alexis Tsipras et de Syriza lors des élections  du 25 janvier dernier, les dirigeants européens s’étaient  pour le moment contentés de coups de menton. Et les déclarations plus ou moins fracassantes des uns ou des autres se suivaient avec pour seul horizon la préparation de nouvelles négociations, relatives au programme d’austérité appliqué au pays depuis 2010.

Mais le stade des annonces est désormais révolu. L’épreuve de force commence. Le 4 février au soir, et sans aucun signe précurseur, la Banque centrale européenne a décidé d’exclure la dette grecque en tant que collatéral éligible pour les opérations monétaires de l’euro système. En d’autres termes, la dette grecque n’est plus reconnue comme une garantie valable auprès de la BCE, et ce, à partir du 11 février prochain.

Afin de justifier cette décision, la BCE a déclaré "la décision du conseil des gouverneurs est basée sur le fait qu’il est actuellement impossible d’entrevoir une conclusion favorable à la revue du programme et correspond aux règles existantes de l’eurosystème". En réalité, cette décision est purement discrétionnaire puisque les règles sont édictées par la BCE elle-même. Le communiqué en est la preuve, car l’appréciation contenue dans l’expression« impossible d’entrevoir une conclusion favorable »repose sur un critère purement subjectif. Et donc politique.

Mais si cette décision paraît fatale, elle n’est pour le moment qu’un sérieux avertissement. En effet, les quatre grandes banques du pays (Alpha Bank, Piraeus Bank, NBG, Euro bank) ne sont exposées qu’à hauteur de 12 milliards d’euros au titre de la dette du gouvernement grec, sur un total de 56 milliards. Le coup est dur, mais plus symbolique que définitif.

Désormais, afin de se refinancer, le système bancaire grec pourra encore compter sur le ELA (Emergency Liquidity Assistance), sorte de comptoir d’urgence ouvert aux banques en manque de liquidités. Mais la difficulté ici est que la Banque centrale européenne contrôle la totalité des règles permettant d’accéder à ce comptoir. De plus, il a été décidé que le ELA serait ouvert au système bancaire grec jusqu’au 28 février prochain. Le compte à rebours est donc lancé ; il reste une vingtaine de jours pour trouver un accord. Sans cela, la Grèce se trouvera rapidement dans l’obligation de "réimprimer" sa propre monnaie, et donc de sortir de la zone euro.

En réponse à cette annonce de la BCE, le ministère des finances grec publiait un communiqué dans la nuit :

"Cette décision ne reflète en aucun cas des évolutions négatives dans le secteur financier du pays et intervient deux jours après sa stabilisation substantielle. Selon la Banque centrale européenne, le système bancaire grec reste suffisamment capitalisé et entièrement protégé par l'accès à l'ELA" .

"La Banque centrale européenne, en prenant et en annonçant cette décision, met la pression sur l'Euro groupe afin deconclure rapidement  un nouvel accord bénéfique entre la Grèce et ses partenaires. Le gouvernement (…) reste inébranlable dans son objectif d'un programme de salut social approuvé par le vote du peuple grec"

La pression est bien mise sur l’Euro groupe pour trouver un accord, mais la pression repose très fortement sur les épaules du gouvernement grec. L’exclusion de la Grèce de la zone euro n’est plus une hypothèse parmi d’autre, les moteurs de la fusée ont été activés. Loin d’être un acteur simplement "technocratique", la BCE, une nouvelle fois, démontre sa prise de pouvoir politique au sein de la zone euro.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

04.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

05.

Incendie en Amazonie : on vient d’inventer la politique magique !

06.

Le G7 du blabla politico-diplomatique qui ne sert à rien, sauf à permettre aux dirigeants de se parler et ça, c’est primordial

07.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

04.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

03.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

04.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Benvoyons
- 05/02/2015 - 18:24
vangog - 05/02/2015 - 17:21 vent de gogues en plein rêve assis
sur son trône à la couleur du FN.
superliberal
- 05/02/2015 - 17:25
Laxisme + Socialisme = Faillite
Ceci dit socialisme et laxisme sont des synonymes...les Grecs paieront leur dette à l'€ près comme les Espagnols, les Français et même les Allemands. C'est sûr qu'avec les guignols qu'ils viennent d'élire ça ne va pas s'arranger. Avant ils avaient des corrompus maintenant ils ont des incompétents, un peu comme chez nous quoi mais en pire.
S'ils n'ont pas fait faillite c'est grâce à l'Europe...
vangog
- 05/02/2015 - 17:21
@Paulquiroulenamassepasmousse Plus de fonctionnaires
qu'il n'y en a en France, après les politiques UMPS, ce n'est pas possible!... non, le FN veut une meilleure répartition des compétences et une réorganisation de la fonction publique autour des seules fonctions régaliennes: la mine d'économies à creuser est plus riche que vous n'auriez pu l'imaginer dans vos rêves les plus fous...au niveau du mille-feuille concu par la démagogie UMPS, les économies seront puissantes, elles-aussi! Seuls subsisteront les échelons de proximité, communes et départements, alors que disparaitront toutes les entités surnuméraires inefficaces et dépensières, Communautés de communes, Régions, grandes Métropoles, U.E...Cela ne sera pas "plus de fonctionnaires, avec le FN", mais "des fonctionnaires enfin efficaces, avec le FN!"...le rêve de tout Français lucide...