En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
La Banque nationale suisse a décidé d’en finir avec sa politique de relance.
Petit-suisse-ide économique

Les clés pour comprendre la tempête sur le franc suisse et ce que cela nous apprend sur la fragilité de l’euro

Publié le 19 janvier 2015
Alors que le niveau du franc suisse était resté parfaitement stable par rapport à l’euro depuis septembre 2011, la Banque nationale suisse a décidé d’en finir avec sa politique de relance. Les conséquences furent immédiates avec une hausse de 15% de la valeur du franc et une cascade de révisions à la baisse pour la croissance du pays.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le niveau du franc suisse était resté parfaitement stable par rapport à l’euro depuis septembre 2011, la Banque nationale suisse a décidé d’en finir avec sa politique de relance. Les conséquences furent immédiates avec une hausse de 15% de la valeur du franc et une cascade de révisions à la baisse pour la croissance du pays.

Au mois de septembre 2011, alors que l’économie suisse subissait les méfaits du délitement progressif de la zone euro, et voyait sa monnaie, le franc suisse, progresser à un rythme insoutenable pour le pays, la Banque nationale suisse avait alors choisi de se battre. En établissant un cours plafond de 1.20 franc suisse pour un euro, et en indiquant que la banque centrale helvétique créerait autant de monnaie que cela est nécessaire pour que cette limite ne soit pas franchie, la BNS (Banque Nationale Suisse) bloquait toute spéculation. De facto, cette décision faisait de la BNS une planche à billets.

Les résultats ont été au rendez-vous. Depuis cette date, la limite n’aura jamais été franchie, et l’économie suisse a pu continuer de prospérer. En décembre 2014, le chômage atteint 3.4% de la population active, une performance enviable au regard de la configuration économique mondiale. Puis, ce jeudi 15 janvier, l’autorité monétaire suisse a pris la décision d’en finir avec ce lien qui l’unissait à la zone euro. Cette décision, qui fut une surprise totale pour les marchés financiers, peine pourtant à trouver de solides justifications.

Mais c’est la forte baisse de l’euro par rapport au dollar, entraînant le franc suisse dans sa chute, et la probable mise en place d’un assouplissement quantitatif par la Banque centrale européenne le 22 janvier prochain, qui ont eu raison de cet arrimage contre nature. La Banque nationale suisse a préféré abandonner le cavalier euro en cours de route, lui préférant un ralentissement économique immédiat à un risque de surchauffe pour les mois à venir, risque pourtant largement improbable.

En effet, si la BNS, réputée pour son rigorisme budgétaire, avait l’air de s’encanailler en liant son destin à la celui de la Banque centrale européenne, elle a désormais choisi de retrouver son indépendance. Cette décision, aussi incroyable que cela puisse paraître, trouve son origine dans une crainte que la BCE puisse aller trop loin.

Dans la seconde qui a suivi l’annonce, les marchés financiers se sont précipités sur la proie. Le franc suisse s’envola pour finir par s’établir à un niveau de quasi parité avec la monnaie unique, le vendredi 16 janvier. Soit une progression de plus de 15% en une seule journée. A l’inverse, le SMI, indice regroupant les plus grandes valeurs suisses décrochait d’environ 15% en deux jours.

Dès le matin du 16 janvier ; le géant bancaire suisse UBS accusait le coup en révisant ses prévisions de croissance fortement à la baisse pour le pays. Alors que la croissance 2015 était anticipée à un niveau de 1.8%, la révision réduit ce chiffre à un niveau de 0.5%. La pilule est aussi difficile à avaler pour l’année 2016 puisque la banque abaisse sa prévision de 1.7% à 1.1%. A titre ce comparaison, l’économie suisse avait pu progresser entre 1.9 et 2% au titre de l’année 2014. Le constat est amer. Concernant le niveau de chômage, la situation est identique, et les prévisions sont ici révisées à la hausse. Alors que la banque attendait un taux de chômage de 3.1% pour le pays à la fin 2015, UBS s’attend désormais à un niveau de 3.8%.

Ces révisions ont deux causes principales. La première, et la plus importante, est qu’en lâchant son taux de change de 1.20 CHF pour un euro, la Banque nationale suisse procède à une contraction de sa politique monétaire qui se traduit par une immédiate restriction de demande intérieure. Cette politique monétaire "souple" avait notamment eu pour effet de faire grossir le bilan de la BNS dans des proportions importantes, celui représentant aujourd’hui près de 85% du PIB du pays. La seconde est que la forte hausse du franc suisse ne pourra rester sans effet sur le niveau des exportations du pays. Une telle hausse, aussi vive et aussi forte, aura des effets sur les importateurs de produits suisses.

Suite à cette décision, l'euro a pu librement continuer sa chute  pour en arriver à un niveau inédit depuis plus de 10 années : 1.14 USD. L’anticipation de plus en plus forte d’une intervention de la BCE lors de sa prochaine réunion continue de produire ses effets. Mais la Suisse ne devrait pas gagner au change, elle vient de choisir la stagnation économique, et ce, de façon totalement délibérée.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

02.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

03.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

04.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

05.

Les épargnants français, bipolaires ?

06.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

07.

Le général iranien Qassem Souleimani, maître de guerre sur le front syro-irakien

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
essentimo
- 19/01/2015 - 22:37
Franc suisse
La Suisse a démontré depuis longtemps qu'elle savait gérer son économie. Elle ne veut pas subir les dérives des autres.