En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
décryptage > Economie
Visions critiques

Critiques intelligentes de la nouvelle finance

il y a 12 min 7 sec
décryptage > Défense
Manipulation ?

Affaire d’espionnage russe en Haute Savoie, qui manipule qui ?

il y a 41 min 24 sec
décryptage > Economie
Mauvais résultats

Les mauvais chiffres de l’industrie réveillent les craintes sur la croissance allemande

il y a 56 min 52 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

« Jamais autant de gens n’auront dû autant à si peu ! »

il y a 1 heure 8 min
décryptage > Europe
L’Union fait les faibles

Meurtre de Daphné Caruana : Malte ou le révélateur d’une certaine faillite (morale) européenne

il y a 1 heure 44 min
décryptage > Politique
Vers quelle direction ?

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Divisés
Retraites : un Français sur deux a une image positive du mouvement de contestation
il y a 17 heures 28 min
pépite vidéo > Media
Le beauf final
Marquinhos papa : le PSG dénonce les propos "immatures et blessants" de Guy Roux
il y a 18 heures 48 min
light > Insolite
Erreur de la banque
Quasi-émeute à Marseille face à un distributeur de billet qui distribuait le double de la somme demandée
il y a 20 heures 23 min
Sain et sauf
L'aventurier Mike Horn a été sauvé en Arctique
il y a 21 heures 17 min
décryptage > Faits divers
Voulez-vous mourir comme lui ?

Yann-Arthus Bertrand prépare son décès ! Il a chez lui un "cercueil biodégradable". Son corps l'est également

il y a 37 min 14 sec
décryptage > Style de vie
Développement personnel

Et si les routines du matin n’étaient pas vraiment la recette pour une vie épanouie

il y a 46 min 43 sec
décryptage > Economie
Mauvaise idée ?

« Reprendre » la dette des hôpitaux, après celle de la SNCF, par l’État : c’est pour la faire… reprendre de plus belle ?

il y a 1 heure 3 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Faut-il avoir peur des applications que nous chargeons sur nos smartphones ?
il y a 1 heure 30 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

il y a 1 heure 59 min
pépites > France
Galère
Grève : les perturbations prévues ce lundi
il y a 15 heures 43 min
pépite vidéo > International
Noir de monde
Hong Kong : 800.000 manifestants lors du défilé marquant les six mois de la contestation
il y a 18 heures 27 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Neuf exoterres sur dix autour d'étoiles doubles seraient propices à la vie ; Exobiologie : ce microorganisme préfère les météorites à la Terre
il y a 19 heures 52 min
pépites > France
Jusqu'au boutisme
Philippe Martinez : "Nous tiendrons jusqu'au retrait" de la réforme des retraites
il y a 20 heures 53 min
pépites > Santé
Générosité
Téléthon : la collecte atteint 74,6 millions d'euros
il y a 21 heures 40 min
© Reuters
L'annonce du retrait de Jean-Louis Borloo à la course à la présidentielle rebat les cartes au centre.
© Reuters
L'annonce du retrait de Jean-Louis Borloo à la course à la présidentielle rebat les cartes au centre.
Centre en retrait

Et si Jean-Louis Borloo rebondissait à la Mairie de Paris en 2014 ?

Publié le 04 octobre 2011
L'annonce du retrait de Jean-Louis Borloo à la course à la présidentielle rebat les cartes au centre. L'occasion pour ses concurrents de ressortir de l'ombre : François Bayrou était au 20H lundi soir, Hervé Morin sur RTL ce mardi matin. Mais de quoi l'avenir des centristes sera fait ?
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Valence enseigne l'histoire contemporaine à Sciences-Po Paris depuis 2005. Ses recherches portent sur l'histoire de la France depuis 1945, en particulier sous l'angle des rapports entre haute fonction publique et pouvoir politique. Témoin engagé...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'annonce du retrait de Jean-Louis Borloo à la course à la présidentielle rebat les cartes au centre. L'occasion pour ses concurrents de ressortir de l'ombre : François Bayrou était au 20H lundi soir, Hervé Morin sur RTL ce mardi matin. Mais de quoi l'avenir des centristes sera fait ?

Atlantico : Que pensez-vous de la prestation au 20H ce lundi soir de François Bayrou, suite au retrait de la course à la présidentielle annoncé dimanche par Jean-Louis Borloo ?

David Valence : François Bayrou s’est montré relativement habile. Sans ouvrir trop explicitement les bras aux amis de Jean-Louis Borloo (c’est trop tôt), il a cherché à offrir un fort contraste avec le président du Parti radical. Sur ce mode : « lui hésite, puis renâcle devant l’obstacle ; moi, je suis et ai toujours été déterminé à l’affronter ».

 

Quid des chances de François Bayrou à la présidentielle ? Alors que personne n’en parle, il oscille dans les sondages entre 6 et 10%. Est-ce à dire qu’il obtiendra un score forcément supérieur à cela ?

Deux choses ont joué en faveur de François Bayrou ces dernières semaines. Les hésitations de Jean-Louis Borloo, d’abord : elles le font apparaître, lui, comme un leader solide, déterminé, ferme dans ses intentions.

Le second élément qui joue en sa faveur est l’éclatement d’ « affaires » (Karachi, Bettencourt notamment) qui semblent, pour le grand public, accréditer l’idée qu’existent, entre le pouvoir politique et certains « intermédiaires » peu scrupuleux, des rapports de complicité assez choquants. Or, François Bayrou a dès longtemps enfourché le cheval de la moralisation de la vie publique. Il est considéré comme un homme probe, entêté mais scrupuleux.

Certes, il ne rééditera pas son opération de 2007 (18%), mais il peut très bien finir à 10%. Compte tenu de ce qu’a été son isolement, notamment au lendemain des catastrophiques régionales de 2010 pour le Modem, ce serait inespéré.

 

Et Hervé Morin ou Dominique de Villepin : ont-ils leurs chances après le retrait de Jean-Louis Borloo ?

Dominique de Villepin a mis son mouvement politique, et donc sa candidature, en sommeil. Ses soutiens se résument presque aujourd’hui au député Jean-Pierre Grand et à l’ancienne ministre Brigitte Girardin. Où sont ses légions ?

Quant à Hervé Morin, son potentiel est bien moindre que celui de Borloo avant la décision de dimanche. Les sondages ne lui sont guère favorables. Sa notoriété reste faible. Hors de milieux très politisés, beaucoup d’électeurs de droite connaissent à peine le nom d’Hervé Morin. Par ailleurs, il a été membre du gouvernement de François Fillon, comme Jean-Louis Borloo. Et est donc solidaire de la politique menée de 2007 à 2010. Pis ! Là où Borloo incarnait alors, au gouvernement, quelque chose de différent, de plus social, de plus écologiste, Hervé Morin n’a pas réussi à incarner quoi que ce soit.

Son seul avantage est de pouvoir compter sur un mouvement mieux implanté dans le pays qu’on ne le dit –le Nouveau Centre-. Mais ses troupes sont elles-mêmes partagées sur l’utilité de sa candidature…

 

Et Jean-Louis Borloo ? Comment peut-on expliquer qu’il soit allé aussi loin pour finalement renoncer ?

Jean-Louis Bourlanges, a récemment publié, dans la revue Pouvoirs, un article qui répond en partie à votre question. Il est consacré à Ceux qui n’y vont pas. C’est-à-dire aux personnalités qui renoncent à être candida(e)s à l’élection présidentielle, alors qu’elles l’ont un peu envisagé. Jean-Louis Bourlanges y consacre de longues lignes à ces candidats potentiels qu’il désigne sous le nom de « mandataires » : des hommes que beaucoup attendent, dans lesquels beaucoup  placent leurs espoirs, mais à qui il manque un rien de détermination ou d’esprit de sacrifice pour l’être. Quand on regarde l’interview  de Jean-Louis Borloo au 20H de dimanche, on ne peut qu’être frappé par son expression de soulagement. Comme s’il était sorti d’une nasse où son tempérament le dissuadait de se laisser enfermer.

Je pense qu’il a pris conscience, au fur et à mesure de la pré-campagne, que cette présidentielle allait être tout particulièrement dure. Peut-être qu’il ne s’est pas senti prêt à cette violence, à ces attaques, comme l’explique le maire de Valenciennes Dominique Riquet.

La deuxième explication, c’est qu’il a été soumis par ses « amis » centristes à une série d’épreuves et de chausse-trappes qui l’ont assez vite lassé...

Ce qui surprend c’est le timing, au début de l’automne, alors que rien n’annonçait une telle précipitation. D’autant plus qu’apparemment beaucoup des soutiens de Jean-Louis Borloo n’étaient même pas au courant.

 

Peut-on imaginer que l’Elysée est derrière tout ça, qu’il y aurait un accord officieux ?

Contrairement à ce que pensent beaucoup de gens, le retrait de Borloo n’avantage pas forcément l’Elysée. Des pressions se sont exercées sur lui, c’est certain, qui peuvent être de plusieurs ordres. Mais elles étaient, à mon sens, inspirées par un mauvais calcul. Les sondages montraient très nettement  que la candidature de Jean-Louis Borloo n’était pas susceptible de « mordre » sur l’électorat de Nicolas Sarkozy.  

Jean-Louis Borloo aurait attiré à lui un électorat urbain, de classes moyennes voire supérieures, très diplômées : un électorat plutôt profilé à gauche. Il aurait probablement privé les socialistes de nombreux suffrages au premier tour. On s’apercevra assez vite que sa non-candidature n’avantage pas plus que ça l’UMP.

 

Où vont donc aller ces voix qui devaient porter sur Jean-Louis Borloo ?

Je pense qu’une partie de cet électorat tenté par Borloo ira vers François Bayrou, qui paraît en être le réceptacle le plus naturel.

Le PS profitera également de ce retrait, plus encore si François Hollande est son candidat.

Enfin, une frange se reportera vers Nicolas Sarkozy ou s’abstiendra. Mais je ne crois pas à une hausse massive des intentions de vote en faveur du chef de l’Etat suite à ce retrait…

 

Peut-on faire une analogie entre ce renoncement de Jean-Louis Borloo et celui de Jacques Delors avant l’élection présidentielle de 1995. Ces deux annonces avaient le même caractère très personnel…

Oui, parce qu’ils avaient tous les deux l’impression de ne pas être soutenus totalement par leur famille politique. Et que ces deux hommes très estimés, respectés, étaient des marginaux au sein de leur « camp », par formation et par tempérament. Des free riders, en somme !

Jean-Louis Borloo n’a pas le goût des appareils, pas plus que Jacques Delors ne l’avait. Comme lui, il aime à travailler sur des dossiers, des projets, et répugne aux chicayas, aux calculs, aux intrigues qui sont, aussi, une part de la politique.

 

Le retrait de Jean-Louis Borloo ne symbolise-t-il pas l’échec du centre à exister politiquement ?

L’erreur de Borloo est peut-être d’avoir voulu faire deux choses à la fois : à savoir, se présenter à la présidentielle et organiser un mouvement autour de lui. L’expérience prouve qu’il vaut mieux créer un parti après l’élection présidentielle : pensez à l’UMP ! Il est plus facile de structurer des énergies que des appareils dans la perspective d’une présidentielle. Particulièrement dans une famille politique où le poids des individualités est très fort, et dont les nuances font tout le charme.

Jean-Louis Borloo s’est donc épuisé à courir à la fois le lièvre de l’union des centres et celui de sa propre candidature. Il s’y est épuisé.

Reste un espace politique aujourd’hui vierge : celui d’une droite modérée, d’un centre droit « raisonnable ». Il finira forcément par être occupé, car la nature a horreur du vide.

 

Cela ne signifie donc pas, selon vous, qu’en dehors des « grands partis », il n’est point de salut ?

Les élections présidentielles diffèrent profondément les unes des autres. J’incline à penser que nous allons vers un scrutin très bipolarisé, où le débat sera surtout structuré autour du candidat socialiste et du président sortant.

2012 ressemblera peut-être plus à 1974 ou à 1981 qu’à 1995 ou 2002, pour être clair.

 

A quoi cela est-il dû ?

A la personnalité de Nicolas Sarkozy qui suscite le débat, y compris au sein de la majorité, à une gauche qui « a faim » car elle n’a pas exercé le pouvoir au niveau national depuis longtemps.

La crise pèse aussi en faveur d’une bipolarisation accrue : d’ailleurs Jean-Louis Borloo l’a évoquée comme une raison de son retrait. Il a dit ne pas vouloir, dans un tel contexte, ajouter de la confusion à une situation déjà complexe.

 

Jean-Louis Borloo est-il mort politiquement ?

Je ne crois pas. Il a un avenir politique : pas celui d’un rassembleur ni d’un homme d’appareil, mais plutôt d’un catalyseur d’énergies. Il pourrait prendre toute sa part dans des défis que la droite classique ne pourra pas relever sans un « supplément d’âme ». Comme celui de la reprise de l’Hôtel de Ville de Paris en 2014…


A lire : David Valence a publié sur son blog "trop libre", un article sur le sujet :
Un carnaval Démocratique

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Miss Univers : Maëva Coucke chute pendant le défilé en maillot de bain

03.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

04.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

05.

Étrange : un acte vraisemblablement terroriste aux États-Unis qui ne fait pas de bruit

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

07.

Boycotts pub : bien pire que l’activisme des Sleeping Giants, la lâcheté des marques qui cèdent à la pression

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

06.

PISA : l’école primaire, cette machine à fabriquer de l’échec

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

03.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

04.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
oicaros
- 05/10/2011 - 15:44
Retour du Paon béarnais
Ce qui est désolant dans l'affaire c'est que l'abandon de Borloo va nous ramener Bayrou, le paon vaniteux. Il est tellement vaniteux qu'il n'a pas compris, ne veut pas savoir, que les 18% qu'il a fait aux dernières présidentielles c'était un refus de Ségolène. La preuve aux législatives, quelques jours plus tard, il est revenu à son étiage naturel, 5-6% et "ses" électeurs sont retournés dans leur
cappucino
- 05/10/2011 - 13:03
Borloo rebondit...
il doit faire parti de la famille des kangourous avec dans sa poche ventrale yama rade (la faire valoir) qui montre parfois sa tête pour regarder si le temps lui permet de sortir.
porticcio
- 05/10/2011 - 07:30
Vincennes mais sur l’hippodrome politique, Rama s’en sortira
Au finish, donc d'’une courte et jolie tête, elle s’en sortira.
Elle a la chance d’être populaire et ça, ça ne s’explique pas !
C’est un plaisir pour l’oreille aussi de l’entendre si douée sur i>TELE dans l’émission "Think Tank" chaque semaine.
Et puis, quelqu’un qui aime Jean Ferrat aura toujours mon affection voire mon indulgence si besoin.