En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Les relations entre les Français et l'Islam restent compliquées.
Choc des cultures

La France, les musulmans, l’islam : état des lieux d’une relation sous tension

Publié le 10 janvier 2015
Alors que la France est frappée par des actions terroristes historiques, un tiers des Français déclare se méfier de l'islam. Amalgames, incompréhensions et craintes : les relations avec les musulmans restent très compliquées.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Philippe d'Iribarne
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'école X-Mines, Philippe d'Iribarne est directeur de recherche au Cnrs, spécialisé dans la diversité des cultures politiques. Auteur de quatorze ouvrages, dont L'islam devant la démocratie (Gallimard, 2013), il a notamment...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la France est frappée par des actions terroristes historiques, un tiers des Français déclare se méfier de l'islam. Amalgames, incompréhensions et craintes : les relations avec les musulmans restent très compliquées.

Atlantico : Où en sont les relations entre les Français et l'islam ?

Jérôme Fourquet : L'enracinement de l'islam en France, eu égard au dynamisme démographique de la population issue de l'immigration et au réveil identitaire qui fait qu'on s'affiche plus musulman qu'avant, fait que la question de la visibilité de l'islam dans la société française suscite un certain nombre d'inquiétudes, d'angoisses et de crispations.

Lire également : 66% des Français considèrent que les musulmans vivent paisiblement en France et que seuls des islamistes radicaux représentent une menace

Les Français ont-ils de plus en plus peur de l'islam ?

Jérôme Fourquet : Une étude Ifop pour Fondapol de 2010 sur la France des classes moyennes montre que selon 71% des Français l'islam progresse trop. En 2012, 43% de nos concitoyens indiquaient que la présence de la communauté musulmane était une menace pour l'identité de notre pays. Les scores sont ici plus élevés que ceux d'aujourd'hui sur la menace sécuritaire. Il ne faut donc pas faire d'amalgames mais on ne peut pas affirmer qu'il n'y a pas de problème quant à la visibilité de l'islam dans notre société aujourd'hui.

Philippe d'Iribarne : Tout ce que les médias annoncent chaque jour à propos de ce qui se passe dans les pays musulmans entre Boko Haram, l'Afghanistan, le Pakistan et autres n'est pas de nature à donner une vision positive et sympathique de l'islam. Il me semble, en regardant les sondages, que les avis sont plutôt négatifs, notamment à propos du voile. La tendance générale est à la dégradation de l'image de l'islam chez les Français.

Lire également : Charlie Hebdo : qui est l’ennemi ? Ce qu’il faut comprendre de l’islam pour sortir de la grande confusion intellectuelle ambiante

Qu'est-ce qui pose problème ? Est-ce uniquement la peur du terrorisme ?

Jérôme Fourquet : Il y a eu par exemple des débats très vifs à la suite de l'affaire du fast-food hallal de Roubaix ou sur la question du voile. On voit que de manière répétée et fréquente, la manifestation des signes religieux musulmans dans l'espace public suscite de vives polémiques. Nous avons dans nos enquêtes de nombreux Français qui s'opposent à cette visibilité.

Dans un vieux pays laïc comme la France, les problèmes liés à l'expression du religieux dans l'espace public ont été réglés depuis très longtemps. Déjà en 1905, la séparation de l'Eglise et de l'Etat ne s'était pas passée paisiblement. Ce problème était depuis réglé et aujourd'hui il se repose. La République doit réaffirmer un certain nombre de règles. Il y a aussi les droits des femmes et la question du voile, qui ont trait à des valeurs auxquelles la France est attachée, et des problèmes dans les hôpitaux avec des femmes qui ne veulent être auscultées ou soignées que par des femmes. La France n'était pas habituée à ce genre de tensions qui bousculent les traditions.

Lire également : L’islam face à la modernité : les raisons théologiques et historiques pour comprendre pourquoi les musulmans ont tant de mal à faire évoluer leur religion

Philippe d'Iribarne : Il y a deux niveaux : le terrorisme, qui représente très peu de gens, et ce que l'on voit dans les Etats dominés par l'islam. Le fait qu'il se soit passé en Tunisie des choses qui dans les pays occidentaux paraîtraient ordinaires et que l'on considère comme aussi remarquables, par exemple la liberté de la presse ou religieuse, est un bon indice de notre vision de ces pays musulmans. Même la presse de gauche rapporte régulièrement le manque de démocratie dans les pays musulmans. 
 
Admettons que l'on oublie le terrorisme et que l'on ne considère que la pratique des Etats, même sans ça il y a la conviction que l'on n'a pas envie que cela se passe comme ça chez nous.
 

Les actes terroristes encouragent-ils cette tendance ?

Philippe d'Iribarne : Tout cela intervient alors que le livre de Michel Houellebecq est déjà sorti, totalement indépendamment des événements récents. Cela montre bien que derrière ces réactions négatives par rapport à l'islam c'est plus le manque de démocratie, de liberté de la presse, de liberté religieuse ou de droit des femmes qui pose problème que le terrorisme.
 

Comment évolue la situation ?

Jérôme Fourquet : Jusqu'en 2001, 30% des Français étaient d'accord pour l'édification de mosquées dans leur pays. Il y a eu un basculement progressif après les événements du 11 septembre, et en 2012 ils n'étaient plus que 18% à y être favorables. Il y a donc à la fois le contexte géopolitique international, avec la menace sécuritaire et le réveil identitaire, et des revendications nouvellées qui font que les contentieux se multiplient. Aujourd'hui, quand on regarde les slogans du Front National, les "on est chez nous", cela signifie que ces personnes veulent vivre selon leurs valeurs et leurs coutumes sans se soucier des autres. On peut malgré tout percevoir une évolution dans les représentations : dans les années 80 des mouvements comme le FN voulaient mettre les immigrés dehors, mais une prise de conscience progressive s'est faite, que cette population avait maintenant une descendance et qu'il n'était plus question de la faire partir. 
 

La distinction entre islam et islamisme est-elle de plus en plus confuse ? 

Philippe d'Iribarne : Entre les islamistes organisés et les musulmans qui réprouvent leur action, il y a une fraction de la population pour qui, "quand même, ce que ces gens font c'est pas mal qu'ils le fassent" même si eux ne sont pas prêts à passer à l'acte. Il n'y a pas une frontière nette et précise entre les islamistes et les gens l'on pourrait qualifier de "convertis à l'occident". La majorité des gens de confession musulmane en France sont convertis à l'occident mais ceux qui en rajoutent sur les interdits religieux, sur le Hallal, sur la burqa, inquiètent les Français, qui y sont très sensibles. Là, on n'est pas dans le terrorisme, et cela nourrit pourtant la polémique. 
 

Comment expliquez-vous qu'en 2013, 73% des Français ont affirmé que l'islam était une religion moins tolérante que les autres ?

Philippe d'Iribarne : Quand on regarde le classement de la liberté de la presse de Reporters sans Frontières, on ne peut être que d'accord avec cette opinion. Et à la vue des derniers sondages, on a l'impression que les choses se dégradent. Ce qui peut peut-être améliorer les choses, c'est l'évolution de la Tunisie, qui est de nature à donner le sentiment qu'il n'y a pas de fatalité dans les rapports de l'islam avec la démocratie. Les Tunisiens revendiquent la pluralité de leurs origines. Si l'on voyait deux ou trois pays qui suivaient ce chemin je suis prêt à parier que cela ferait évoluer les représentations relatives à l'islam.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

BCE : pourquoi l’équipe de Christine Lagarde pourrait cruellement manquer d’économistes

05.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

07.

RugyGate : les mécanismes de notre sadisme collectif

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

04.

Quand Jeff Bezos affirme à ses employés qu’"Amazon fera faillite, car Amazon n’est pas immortelle"

05.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

06.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

03.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

04.

Cet autre mal Français qui se cache derrière le recul de la liberté d’expression en France

05.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (30)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
post5
- 11/01/2015 - 12:39
Définitions et questions
Vivre ensemble, ça veut dire : dans le respect de la loi du pays, uniformément, sans concession, qu'aucune communauté n'ait l'audace et l'ostentatoire d'imposer quoi que ce soit aux autres. Il existe un petit bout de France comme ça à l'Est de Madagascar. Je devrais dire il existait; il y a 25 ans, il n'y avait pas un voile, pas un foulard, pas une tenue religieuse masculine dans la rue, les femmes conduisaient de belles voitures cheveux au vent. Et puis les 'costumes', sont venus (nouveaux arrivants ?), se sont multipliés, un peu maintenant vécus comme une arrogance par les autres communautés, même si toutes continuent à se respecter. Jusqu'à quand ?

Il n'y a pas si longtemps, et c'est peut-être toujours d'actualité, dans la religion catholique, un délire mystique envoyait à l'hôpital psychiatrique.
Dans le civil toute personne dangereuse pour elle-même ou pour autrui y est internée, quelquefois d'office. Ne pourrait-il en être de même pour les repérés déviants, en alternative à la prison où en rencontrant de plus déviants qu'eux, ils n'auront aucune chance de 'se laver la tête' ?
FIGAROCB
- 11/01/2015 - 10:22
L'ISLAM !
Cette religion porte en elle tout ce que les Français détestent : inégalité entre homme et femme, le Coran précise bien qu'il "faut tuer tous les infidèles" dont nous sommes, imposer la charia à tout le monde, sinon, exécution ou soumission avec impôt spécial, nous faire "bouffer" de la viande halal, les bêtes étant tuées égorgées et sans hygiène, refus d'enfanter avec un médecin "homme", imposer ses repas à nos cantines scolaires, faire porter le voile aux femmes malgré nos lois et nos us et coutumes, attaquer nos églises, les profaner, ainsi que nos cimetières, la liste est encore longue !! Quand les autorités musulmanes des pays arabes qui ont pratiquent cette religion d'état, supprimeront tout ce qui précède, alors, là, et là seulement, nous pourrons accepter de vivre avec les musulmans. Bien entendu avec condamnation du terrorisme et aide aux pays occidentaux pour s'en débarrasser. Ce n'est pas le cas aujourd'hui ! La marche de cet après midi, oui, pour honorer toutes les victimes et les policiers et gendarmes, non, pour vivre avec les musulmans. IL FAUDRAIT LE CRIER BIEN FORT ! Par contre respect de la religion juive et des juifs, ils le méritent tout à fait.
assougoudrel
- 11/01/2015 - 09:50
Attention aux commentaires "méchants"
Hier, notre vaillant 1er ministre a demandé d'arrêter ces affreux commentaires. Ca ne peux que ceux d'Atlantico, car les autres, subventionnés par le contribuable, les suppriment de suite. Il avait l'air plus teigneux que Joe Dalton. Quand à celui de l'intérieur (qui a besoin d'un porteur de parapluie, à côté des forces de l'ordre qui n'avaient pas de porteur de pare-balles), il a annoncé que ces derniers, lors du défilé d'aujourd'hui, protégeront les personnalités. On aurait préféré entendre "protéger toutes les personnes présentes". De plus, ils ont demandé aux familles de venir avec les enfants. Ce derniers, monsieur le ministre ne sont-ils pas prioritaires? On n'a pas besoin de nous dire que les personnalités seront protégés. On les voit tous les jours, gonflés d'orgueil, suant la vanité, montrant leur "puissance" avec leurs interminables escortes, payées par le contribuable. Mme Merkel, habite un immeuble, et, pour toute protection, elle n'a qu'une voiture avec un binôme, loin de l'entrée.