En direct
Best of
Best Of
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles
Dans la peau d'une djihadiste : dernières recommandations du recruteur avant la Syrie
Publié le 14 janvier 2015
Pendant un mois, la journaliste Anna Erelle se glisse ainsi dans la peau de Mélanie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son « prétendant » – proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EI – livre le soir derrière un écran d'ordinateur à sa « future épouse ». Extrait de "Dans la peau d'une djihadiste", publié chez Robert Laffont, 2014 (1/2).
Cet auteur préfère rester anonyme pour des raisons de sécurité.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Auteur Anonyme
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cet auteur préfère rester anonyme pour des raisons de sécurité.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pendant un mois, la journaliste Anna Erelle se glisse ainsi dans la peau de Mélanie, et consacre ses journées à vérifier les confidences que son « prétendant » – proche d'Abou Bakr al-Baghdadi, le calife autoproclamé de l'EI – livre le soir derrière un écran d'ordinateur à sa « future épouse ». Extrait de "Dans la peau d'une djihadiste", publié chez Robert Laffont, 2014 (1/2).

Je m’habille en Mélanie, et envoie sur Skype à Bilel mon nouveau numéro local. Charly se marre. Il m’observe, cigarette aux lèvres, en train de m’affairer sur les derniers détails et mes petits rituels, comme vérifier avant de la retirer si ma bague fétiche est bien à mon majeur droit. Il s’évertue à m’appeler Mélanie, alors que maintenant il connaît mon vrai prénom. Il me dit qu’effectivement, je ne suis pas très jolie avec ce voile qui m’écrase le visage. Je subis en souriant ses gentilles moqueries qui désamorcent la pesanteur de la situation, et je pense qu’il le fait précisément pour cela.

Ça y est, Bilel appelle via vidéo sur Skype... L’adrénaline monte d’un cran. Demain, nous ne serons qu’à quelques mètres de la Syrie. Cet appel, que je crois le dernier, catalyse pour moi tout le chemin parcouru jusqu’ici. Enfin, ce travail va aboutir. Ma seule crainte sur le moment : que Charly me prenne pour une folle en assistant à mes échanges avec le terroriste. J’espère qu’il comprendra que dans l’histoire nous sommes deux : la journaliste et la marionnette. Je pousse le bouton vert en me tenant bien droite sur le lit. Bilel ne sait pas par quoi commencer, il a tant de choses à dire à Mélanie.

— Salam aleykoum, mon amour, tu es vraiment à Amsterdam ? Je ne peux pas y croire, bientôt tu seras là, je suis l’homme le plus heureux de la terre. Comme je t’aime ma femme...

Je crois n’avoir jamais vu une expression aussi heureuse sur son visage. Ses yeux brillent d’excitation. Il exulte de joie. Absolument rien ne vient trahir la sincérité de ce sentiment. Bilel est seul dans un cybercafé. Il vient de terminer le « boulot ».

— Oui, bébé, j’y suis, avec Yasmine ! Demain on prend l’avion pour Istanbul. Mais c’est chaud ici, faut pas se faire remarquer... Donne-moi vite les instructions...

Comme à son habitude, Bilel n’écoute Mélanie que d’une oreille, et enchaîne :

— Comment t’es belle ! Vas-y, raconte le voyage ! Et comment t’as fait pour payer les billets ?

— J ’ai cramé la carte bleue de ma mère et j’ai acheté nos deux billets en ligne. On a pris nos passeports, et voilà...

Je m’efforce de lui adresser un plus grand sourire pour être convaincante. Mélanie vient de tout quitter pour le retrouver et l’épouser, il faut que mon attitude soit cohérente.

— Comment t’es trop forte, ma femme ! Je suis trop fier, vous êtes de vraies lionnes ta copine et toi ! Vas-y, si t’as toujours la carte bleue achète-moi des trucs !

— T u veux quoi ?

— Bah, tu sais bien, mon amour...

Avec lui, qui saute sans crier gare des récits des têtes qu’il coupe « avec plaisir » à la drague lourde, je ne sais sincèrement pas. Une arme ? Du cash ? Des bonbons ?

— Non...

— Enfin... Du parfum ! Mais du bon, une belle marque, surtout ! Je te laisse choisir...

Je suis consternée. Il se parfume avant de tuer de sang-froid ? En Afghanistan, notamment, on parfume les morts avant de les enterrer dans un linge blanc à même la terre. Bilel a fait ses armes dans ce pays, il y a quelques années...

— Une belle marque... Qu’est-ce que tu aimes ?

— J’adore Égoïste de Chanel, ou un beau parfum Dior. Mais je te laisse choisir... Mashallah.

— Autre chose ?

— Fais-moi la surprise...

— OK, bébé... On peut parler de demain ? Yasmine est un peu en stress, ça la rassurerait qu’on sache comment ça va se passer une fois que la maman vient nous chercher...

— A h ouais, c’est vrai... Je t’explique, en fait quand vous arrivez à Istanbul, tu rachètes un autre téléphone. Et tu jettes celui d’Amsterdam. Surtout tu paies en liquide, pas avec la carte de ta mère ! Faut pas que les keufs vous retracent...

— OK. Ensuite, la maman nous attendra où ?.

— Non, mais en fait y aura personne pour vous... Tu vas acheter deux nouveaux billets pour voler à travers le pays, en voiture c’est trop long.

— Comment ça ? Il n’y aura personne à notre arrivée ? Tu me l’avais promis !

— Non, mais c’est bon, t’es une grande fille, ma femme, nan ? Y a des dizaines d’Européens qui font ça toutes les semaines juste pour espérer intégrer nos rangs ! Allez, ma lionne !

À cet instant, je n’ai pas besoin de beaucoup me forcer pour que l’angoisse transperce dans la voix de Mélanie.

— Mais tu ne m’avais pas du tout dit ça, Bilel... On en a parlé plein de fois... Tu insistais, et moi aussi, pour qu’une femme nous prenne en charge. Tu me parlais de cette maman avec qui nous serions en sécurité. Combien de fois tu m’as dit : « R ien n’est plus important que ta protection. »

Son ton se durcit légèrement.

— Écoute-moi. Tu vas te taire deux minutes et me laisser parler. Tu n’as presque rien à faire. Une fois à l’aéroport d’Istanbul, tu achètes deux billets pour Urfa. Ça ne coûte rien, genre 50 euros chacun. Tu ne prends que des allers. Tu les paies bien en liquide, hein ? Sinon je te les paie, c’est pas un souci. Tu tires tout le cash dont t’as besoin maintenant et après tu jettes la CB et le téléphone hollandais.

Urfa ? Mais c’est du suicide, d’aller là-bas ! La ville turque se situe à peu près à la même distance de la Syrie que Kilis. À ce détail près que l’EI la contrôle entièrement ! S’y rendre, c’est être déjà en Syrie...

Extrait de "Dans la peau d'une djihadiste", publié chez Robert Laffont, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
02.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
03.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
04.
Une attaque informatique d'une ampleur inédite frappe Internet
05.
Au tableau : Christophe Castaner mal à l’aise après une question d’un élève
06.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
07.
Assurance chômage, santé, retraite : l’agonie des systèmes paritaires de protection sociale s’accélère...
01.
Cette bombe politique qui se cache dans les sondages sur la remontée de LREM et l’essoufflement des Gilets jaunes
02.
Statistiques du ministère de l’intérieur : Christophe Castaner ou l’imagination au pouvoir
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Etat providence, immigration et Gilets jaunes : l’étude américaine explosive qui révèle la nature du dilemme politique français
05.
Charlotte Casiraghi & Dimitri se marient (enfin) Charlotte Gainsbourg (enfin) heureuse; Justin Bieber & Hailey Baldwin n'ont pas consommé leur mariage; David Hallyday & Laura Smet ne se quittent plus, les princes William & Harry ne se kiffent plus
06.
Le mystérieux contrat de 7,2 millions d'euros décroché par Alexandre Benalla
01.
Agression contre Finkielkraut : certains Gilets jaunes voudraient que les Juifs portent l'étoile jaune
02.
Auto-positionnement politique des Français : le sondage qui montre l’ampleur de la crise existentielle vécue par la droite
03.
5 indicateurs de la (faible) culture démocratique du gouvernement
04.
Ces lourdes erreurs politiques qui fragilisent la lutte contre l’antisémitisme
05.
Antisémitisme: voilà pourquoi je n'irai pas manifester le 19 février
06.
Pour Marlène Schiappa, il y a "une convergence idéologique" entre "la Manif pour tous et les terroristes islamistes"
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires