En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 22 min 20 sec
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 1 heure 13 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 1 heure 57 min
décryptage > Politique
2022

Les Français tous prêts à la bataille retour Macron Le Pen… ou majoritairement orphelins de la politique…?

il y a 2 heures 24 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 12 heures 38 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 13 heures 51 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 16 heures 25 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 17 heures 32 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 18 heures 50 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 19 heures 57 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 55 min 38 sec
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 1 heure 34 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 2 heures 15 min
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 11 heures 53 min
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 13 heures 23 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 15 heures 56 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 16 heures 57 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 18 heures 12 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 21 heures 7 min
© Reuters
Les candidats en manque de motivation ?
© Reuters
Les candidats en manque de motivation ?
S'il vous plaît, dessine-moi des candidats

S.O.S. partis politiques en manque de candidats pour les élections 2015

Publié le 05 janvier 2015
Le député PS Christophe Borgel, secrétaire chargé des élections au sein du parti, a reconnu que "les candidats ne se bousculaient pas au portillon" pour les élections départementales de mars prochain.
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Bouillaud est professeur de sciences politiques à l’Institut d’études politiques de Grenoble depuis 1999. Il est spécialiste à la fois de la vie politique italienne, et de la vie politique européenne, en particulier sous l’angle des partis.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le député PS Christophe Borgel, secrétaire chargé des élections au sein du parti, a reconnu que "les candidats ne se bousculaient pas au portillon" pour les élections départementales de mars prochain.

Atlantico : Le PS peine à trouver des candidats à inscrire sur ses listes pour les élections départementales. Comment expliquer ce manque de vocations ?

Christophe Bouillaud : Apparemment, cette information dont la presse s’est fait l’écho concerne tout particulièrement les circonscriptions électorales où le candidat PS dispose a priori d’une très faible chance de l’emporter, y compris en temps habituel. Il est sans doute difficile d’afficher une "candidature de témoignage" avec la "foi du charbonnier" au profit d’un parti dont la popularité est faible dans l’opinion, et dont certains militants ne partagent sans doute pas tous les choix gouvernementaux. S’il existe un manque de vocations, cela correspondrait bien aux bruits qui courent sur l’hémorragie militante du PS. La base du PS, pour ce qu’il en demeure, reste sans doute plus à gauche dans ses orientations politiques que ne l’est la politique gouvernementale actuelle. En 2011, Manuel Valls n’avait rassemblé qu’un peu plus de 5% des sympathisants du PS et du PRG sur son nom. Il est aujourd’hui chef du gouvernement, et son principal ministre, Emmanuel Macron, peut être décrit au mieux comme un "techno de gauche", cela ne fait sans doute pas rêver le militant de base et ne lui donne pas envie d’affronter l’ire de ses concitoyens.

D'autres partis sont-ils en mal de candidats ? Et au contraire, quels sont les partis pour lesquels les candidats se bousculent au portillon ?

Traditionnellement, les petits partis, surtout s’ils sont émergents, ont plus de mal à trouver des candidats que les grands partis installés et institués. C’est à la fois une question de nombre de militants disponibles pour s’engager dans une candidature, d’implantation déjà là en termes d’élus, et aussi d’organisation pour sélectionner en interne et présenter administrativement la candidature. Je doute que l’UMP et l’UDI aient beaucoup de mal à trouver des candidats vu le contexte porteur pour eux. Ils risquent même d’avoir plus d’aspirants que de postes de candidats à offrir.

A ses débuts, le Front national connaissait également un problème de candidats, ce qui ne semble plus être le cas aujourd'hui. Comment expliquer l'inversion de cette tendance ?

Depuis sa création, en 1972, le FN n’a jamais réussi à être présent partout et toujours lors des élections. Son implantation locale a été longue et difficile, et elle a même connu des reculs (par exemple suite aux scissions des années 1990). Comme l’a montré l’exemple des municipales du printemps 2014, le FN réussit désormais à constituer des listes dans beaucoup plus d’endroits qu’auparavant. Il reste que, parfois, ses candidats par leur comportement privé ou public lui causent des soucis (comme cette candidate affichant sur des photos Facebook d’elle-même des symboles nazis à ses côtés). Pour les élections départementales, il faut trouver moins de monde qu’aux municipales, donc le FN devrait réussir à couvrir tout le territoire métropolitain. Par contre, l’une des difficultés pour le FN comme pour les autres partis va être de présenter des "couples" présentables de candidats. Le FN reste tout de même un parti de militants masculins, il va falloir trouver à chaque fois une femme prête à s’afficher FN lors de cette élection pour constituer le binôme. En même temps, tous les partis sans exception vont être confrontés à cette nouveauté, et je parierais d’ailleurs que cela donnera lieu à des appariements qui feront sourire les électeurs informés.  Ce mode de scrutin majoritaire à deux tours avec une liste réduite à deux noms constitue une bizarrerie qui devrait faire date.

Au-delà de la conjoncture, dans quelle mesure peut-on imputer ce manque de candidats à la crise du politique ?

Je suis toujours réticent à cette idée de "crise du politique", comme si nos contemporains n’avaient plus envie de se diriger eux-mêmes à travers un processus démocratique, comme si les Français n’attendaient que de s’en remettre à un chef omniscient. S’il existe une crise du politique, c’est d’une part, parce que les citoyens ont le sentiment que les politiques économiques et sociales ne sont plus du ressort de l’Etat national, que, du coup, droite ou gauche, c’est du pareil au même, avec les mêmes résultats décevants au fil des décennies. Il n’y a plus de choix en somme, et rien ne semble s’améliorer au fil des alternances (chômage, pouvoir d’achat, etc.). S’il existe une crise du politique, c’est aussi parce que les hommes et les femmes politiques sont de plus en plus au fil des décennies des "professionnels de la politique" cherchant à faire carrière sur la durée et ne montrant pas en plus un grand sens éthique à l’occasion, surtout pour les plus connus d’entre eux. Avec la libre disposition des informations sur le passé proche grâce à Internet, tout le monde peut désormais constater de visu les reniements des uns et des autres. Je dis une chose en 2011, je fais le contraire en 2014. J’abandonne la politique en 2012, je reviens sur scène en 2014. Toute cohérence se perd en route. Trop de théâtre tue le théâtre. Les Français  s’interrogent du coup sur la qualité de l’engagement des politiques les plus en vue. Au niveau d’une élection départementale, ces éléments jouent sans doute moins dans la mesure même où, pour certains électeurs au moins (ruraux par exemple), le rôle du département, dans la vie économique ou la vie quotidienne, reste important, et où les élus à ce niveau sont un peu moins professionnalisés ou surtout paraissent plus liés à des enjeux locaux bien identifiables.

De manière plus générale, si les candidats ne se pressent pas, est-ce parce que les représentants politiques du parti se sont trop éloignés de leur base militante ?

Non, cela ne vaut pas pour tous les partis, loin de là – en quoi les propos de N. Sarkozy sont-ils éloignés de ce que veut entendre la base de l’UMP ? Idem pour M. Le Pen et les militants du FN -, mais cela semble une bonne explication pour la difficulté éventuelle du PS à trouver des candidats. C’est difficile d’apparaître comme le défenseur local d’une cause si l’on n’y croit pas vraiment soi-même. Toute l’activité de F. Hollande ces derniers temps semble d’ailleurs s’orienter vers le cœur de l’électorat de gauche pour lui prouver que, tout de même, il a fait une politique de gauche depuis 2012. Il cherche à remobiliser son camp en jouant sur la corde identitaire. On verra si cela aura eu un effet lors des élections départementales.

Y a-t-il déjà eu des précédents dans l'histoire et quelles conclusions peut-on en tirer ?

En fait, il est rare qu’un camp de grande importance se trouve sans candidats. L’exemple qui me vient à l’esprit, c’est le cas de la droite après 1945. Une grande partie des élus de droite ou du centre d’avant 1939 avait sombré dans la Collaboration avec l’Occupant. Dans les années d’immédiat après-guerre, ces élus ne peuvent plus se présenter aux élections, mais, quelques années après, s’ils ont encore l’âge de le faire, ils reviennent discrètement dans le jeu électoral. En l’occurrence, ce précédent tendrait à prouver qu’en France, un grand camp politique ne meurt jamais. La gauche, entrainée vers le fond par le PS actuel, va sans doute subir une belle déroute aux départementales, selon toutes les prévisions disponibles, mais, dans quelques années, le tissu militant de cette même gauche se sera ranimé, et l’on trouvera bien des volontaires pour aller à la reconquête. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

02.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

03.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

04.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

"Ok Boomer" : mais quel monde nous préparent les Millennials en mal de rupture avec les héritiers de mai 68 ?

07.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

05.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
borissm
- 05/01/2015 - 21:38
@ réactions
Réactions : toutes excellentes !
@Van Gog, très juste. Oui, la gauche est morte (du moins celle qui nous accable de sa médiocrité depuis tant d'années. (Qui se souvient que Pierre Mauroy, Maire de Lille, avait refusé de serrer la main de De Gaulle ? Un nain face à un géant. Mauroy, pauvre type). Oui, le PS a tout et n'en a rien fait (suprise ?). Il ne peut plus dire que c'est la faute à l'autre. Oui, les media se sont disqualifiés (grâce à internet)
@Pourquoipas31 : les ambitieux pour eux-mêmes ne manquent pas, vous avez raison. Mais ne confondez pas bizarre avec buzard. Et @bjorn borg : parfaitement, pourquoi pas ?
Bien à vous trois.
bjorn borg
- 05/01/2015 - 15:25
pourquoi
ne pas, aussi, imposer la parité entre hétéro et homo? Oui, tant qu'à mettre le bordel, pourquoi pas?
Pourquoi-pas31
- 05/01/2015 - 13:12
Mais non, ne vous desesperez pas Monsieur BORGEL
Vous avez dans votre entourage plein de petits Maires ambitieux, prêt à tous et à se présenter pour satisfaire leur égo démeusuré. Des petits dictateurs en puissance prets à prendre la relève, b izard, vous avez dit b izard ?