En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© DR
Un discours inspiré de Pétain ?
Vichy saison 2

Vœux présidentiels : quand Hollande s’inspire du "discours du vent mauvais" du maréchal Pétain

Publié le 01 janvier 2015
Certes, Paris 2014 n’est pas Vichy 1941. Mais les ressemblances sont là.
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certes, Paris 2014 n’est pas Vichy 1941. Mais les ressemblances sont là.

Pétain, le 12 août 1941

De plusieurs régions de France, je sens se lever depuis quelques semaines un vent mauvais. L’inquiétude gagne les esprits, le doute s’empare des âmes. […] Dans une atmosphère de faux bruits et d’intrigues, les forces de redressement se découragent. Les uns se sentent trahis, d’autres se croient abandonnés.

Hollande, le 31 décembre 2014

Je mènerai jusqu’au bout le combat contre les conservatismes, et ils sont nombreux, contre les populismes, et ils sont dangereux. Devant les menaces qui montent, qui s’appellent terrorisme, communautarisme, fondamentalisme, ce n’est pas en nous divisant, en stigmatisant une religion, en cédant à la peur que nous nous protégerons.

La plupart des discours de Pétain sont dus à la plume inspirée et talentueuse d’Emmanuel Berl. Pour celui dit du « vent mauvais », ce n’est pas sûr. Mais on y retrouve le même souffle. Tous les discours de François Hollande ont été écrits par une plume mièvre et besogneuse qui a choisi – on ne peut que l’approuver – de rester anonyme. Mais c’est sans conteste l’esprit du 12 août 1941 qui a soufflé sur l’ Élysée en ce 31 décembre 2014.

Ainsi, François Hollande s’est désolé du vent mauvais du « dénigrement » dû, sans-aucun doute, à des intrigues et à des faux bruits. Il a demandé aux Français de ne pas se laisser tenter par les sirènes de la « nostalgie », les dites sirènes étant sans doute incarnées par les partisans de l’Ancien Régime (sarkozyste). En même temps, comme son illustre prédécesseur de 1941, il a trouvé des accents mâles pour barrer la route au découragement et à l’abandon.

La France est un grand pays, a-t-il dit, dont les succès doivent rendre fiers. Une des premières puissances économiques mondiales… Et surtout, a-t-il souligné, elle a été honorée en 2014 par deux Prix Nobel. L’un de littérature, l’autre d’économie !! Ce qui, soyons-en sûrs, a redonné du courage et de l’espoir à 3,5 millions de chômeurs et à quelques millions de pauvres…

En conséquence de quoi, l’Élysée envisage de leur offrir à tous les livres de Modiano et de Tirole. Ils pourront les lire pendant qu’ils feront la queue devant les agences de Pôle Emploi. Ne dénigrons quand même pas trop François Hollande. Il aurait pu prendre exemple sur le discours de Churchill en mai 1940 : « Je vous promets du sang, de la peine, des larmes et de la sueur ». Mais le président a courageusement préféré un bon vieux discours français. Car M. Hollande est un patriote.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

03.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

04.

4 millions de dollars : c'est ce que gagne chaque heure la famille la plus riche du monde

05.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

06.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

07.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

06.

Brexit / élections italiennes : l’automne à risque qui attend l’Europe

Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gémap
- 01/01/2015 - 19:49
@Haddock
Je pense comme vous mais j'évite de le regarder et de l'écouter.
cloette
- 01/01/2015 - 18:58
@Haddock
Non, vous n'êtes pas seul .....
Haddock36
- 01/01/2015 - 18:30
Celui que nous aimons haïr
J'aimerais savoir s'il existe d'autres cas semblables au mien; peut-être est-ce pathologique, sans doute s'agit-il d'une sorte de fascination morbide; j'écoute les interventions de Hollande pour me délecter dans la haine de ce dernier. Tout chez lui me répugne, tant sa tête, ses postures, son propos sonnent faux. C'est le néant qui s'est fait chair. Il faudrait tenir compte de mon cas, qui n'est sans doute pas isolé, dans les calculs d'audimat.