En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© Reuters
Pierre Bergé, actionnaire du Monde
Deux poids, deux mesures
“Connard !” Et Pierre Bergé insultait publiquement ses journalistes sans que personne ne trouve rien à y redire…
Publié le 14 décembre 2014
Pierre Bergé attaque ouvertement certains journalistes du Monde, dont il est pourtant actionnaire. Dernier en date, Denis Cosnard, traité sur Twitter de... "connard". Peu de monde pour s'indigner, là où Bernard Arnault ou Serge Dassault auraient été soumis à un déluge de critiques s'ils s'en étaient pris de la sorte à des membre de la rédaction des Echos ou du Figaro.
Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Dormann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Dormann a été journaliste dans la presse financière et trésorier d'un parti politique. Depuis 18 ans, il est associé d'un cabinet de consultants indépendants, spécialisé en gestion de risques et en crédit aux entreprises. Il est...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Bergé attaque ouvertement certains journalistes du Monde, dont il est pourtant actionnaire. Dernier en date, Denis Cosnard, traité sur Twitter de... "connard". Peu de monde pour s'indigner, là où Bernard Arnault ou Serge Dassault auraient été soumis à un déluge de critiques s'ils s'en étaient pris de la sorte à des membre de la rédaction des Echos ou du Figaro.

Depuis le rachat du Monde par le trio Bergé-Niel-Pigasse, le temps où Pierre Bergé flattait la rédaction du journal est révolu. A l’époque de l’appel d’offre, il n’hésitait pas à déclarer mielleusement : « je trouve que le Monde a une équipe de journalistes formidables. Peut-être souffre-t-il de ne pas en avoir assez…». Depuis ce jour, Pierre Bergé redévoile progressivement son vrai visage, ou pour paraphraser la célèbre citation de Tristant Bernard : « L’homme est toujours sincère. Il a changé de sincérité, voilà  tout. »

En mai 2011, Pierre Bergé avait une première fois légèrement « corrigé  son appréciation » sur « l’équipe de journalistes formidables » du quotidien, ayant été irrité par un article sur François Mitterrand : « Cet article immonde, à charge, digne d’un brûlot d’extrême droite, est une honte, il n’aurait jamais dû être publié… Je le prends en outre comme un acte anti-Bergé pour marquer l’indépendance du journal contre un actionnaire. Je regrette de m’être embarqué dans cette aventure. Payer sans avoir de pouvoirs est une drôle de formule à laquelle j’aurais dû réfléchir ! Je considère que contrairement à ce que j’ai voulu et à ce qu’ils prétendent, les journalistes du Monde ne sont pas libres mais prisonniers de leurs idéologies, de leurs règlements de compte, et de leur mauvaise foi. Tout cela est très grave. »

Par la suite, à l’occasion de la Manif pour Tous,  le copropriétaire « nuancé » du journal, est visé par une plainte déposée pour incitation à commettre un acte de terrorisme, (ayant retweeté le message: "Vous me direz, si une bombe explose le 24 mars sur les Champs à cause de la Manif pour tous, c'est pas moi qui vais pleurer.",) (). Cela ne l’empêche pas de menacer l’emploi des salariés du Monde coupables à ses yeux de pensée trop « déviante », et de tweeter de nouveau, menaçant : « Profondément scandalisé que le journal Le Monde ait publié une publicité pour #lamanifpourtous contraire aux valeurs de ce journal », « Cette pub dans #LeMonde est tout simplement une honte et ceux qui l’ont acceptée ne sont pas dignes de travailler dans ce journal. À suivre ».

Au cas où ces menaces individualisées sur l’emploi n’auraient pas suffi, notre actionnaire – toujours « très respectueux de l’indépendance des rédactions » et ayant signé toutes les chartes  déontologiques pour gogos – ne va pas hésiter pas à étendre sa menace à toute la rédaction de La Vie, si celle-ci s’entêtait à publier des éditoriaux défavorables au mariage pour tous. Un chantage confirmé par Les Echos : « Ce dernier aurait même menacé d’ « abandonner » « La Vie » si de telles prises de positions devaient se reproduire, sous-entendant qu’il pourrait, à titre personnel, solliciter la mise en vente du titre. »

Sachant cela, doit-on, s’étonner que notre multirécidiviste du « coup de sang » en soit désormais au stade de l’injure publique, envers certains de ses salariés ? En effet, après avoir éreinté un critique littéraire du Monde, d’un nouveau tweet cinglant (le « pauvre Chevillard que personne ne lit »), le voici qui, ces jours-ci, en traite un autre de « connard », usant d’un pitoyable jeu de mot sur son patronyme (Denis Cosnard).

Mais le mal est plus profond que de simples dérapages incontrôlés d’un propriétaire de presse vieillissant. La réalité est que la presse s’est complétement politisée depuis plusieurs années, au lieu de se concentrer sur son métier d’information. Du coup, la voici complétement déboussolée par ces attaques venant d’un patron de gauche, deux termes, par définition antagonistes dans son esprit.

Il suffit de lire le commentaire que Daniel Schneidermann, fondateur d'@rrêt sur images, fait de cette affaire, pour réaliser que ces capitalistes de gauche bénéficient d’une inlassable complaisance : « Ces nouveaux actionnaires de presse diffèrent des oligarques plus traditionnels (Boussac, Dassault, Bouygues, Arnault, Pinault), qui se lançaient dans la presse pour la neutraliser, ou disposer d’un instrument de pression sur leurs concurrents ou sur l’Etat. Pourquoi se sont-ils acheté ces étranges entreprises, dont l’objet consiste théoriquement à éclairer les citoyens sur les grands enjeux politiques, géopolitiques ou environnementaux, et qui touchent pour cela de grasses subventions publiques ? On ne sait pas bien, et sans doute eux non plus ». Ainsi, donc, Bernard Arnault ou Serge Dassault seraient les méchants capitalistes  de droite, n’ayant investi dans la presse que pour disposer d’un moyen de pression sur l’Etat. Si d’aventure l’un d’entre eux s’avisait de traiter de « connard » l’un de ses journalistes, la riposte serait l’arrêt instantané des rotatives, la grève générale, l’exigence d’excuses publiques immédiates. Mais dans le cas de Pierre Bergé, rien de tel. Au nom de sa « liberté d’expression », celui-ci jouit d’une quasi immunité médiatique qui l’autorise à manquer de respect à des salariés, à en menacer, et en insulter d’autres ; le tout sans conséquence aucune, puisqu’il tient le chéquier, mais de la main gauche... A en croire Daniel Schneidermann, son achat du Monde n’est qu’un simple « défi d’esthètes, pour se désennuyer, par caprice, parce que c’est rigolo ».

Faut-il être aveugle pour ne pas voir que la soi-disant appartenance à la gauche ne constitue pas un brevet de désintéressement et de vertu ? Fallait-il être sourd pour ne pas entendre cet aveu de Pierre Bergé, mécène de la candidate Ségolène Royal, interrogé, en mars 2010, sur les raisons de ses investissements dans la presse, et répondant avec clarté : « J’ai une espèce d’engagement politique, donc je souhaite d’une certaine manière peser sur le politique, peser sur l’opinion. Avec des modestes moyens, peut-être, mais méfions-nous des modestes moyens ! Et figurez- vous, je n’entends pas être tout à fait absent de l’élection présidentielle prochaine. » (Club Business Challenges-SFR, interview de Pierre Bergé) ? A moins qu’occulter ces réalités ne soit, là aussi, un choix politique, venant de journalistes préférant défendre leurs opinions à l’informer leurs lecteurs.

Pierre Bergé, président du conseil de Surveillance du groupe Le Monde, traite publiquement l’un de ses journalistes de « connard » ? La société des journalistes du Monde réagit vivement déclarant haut et fort : « cette intervention nous choque » ! De quoi empêcher Pierre Berger de dormir, à coup sûr…

Pauvre presse d’information, qui s’est vendue à des capitalistes politisés, que les rédactions pensaient être des « compagnons de route », qui les sauveraient des griffes des méchants capitalistes Lagardère, Dassault et autres Bernard Arnault. Ces rédactions se réveillent aujourd’hui, sans comprendre ce qui leur arrive. Elles sont « shocked », crient-elles poliment, à moins que ce ne soit de l’humour. Pour Pierre Deproges, « l'humour anglais souligne avec amertume et désespoir l'absurdité du monde ». Savait-il, en disant cela, qu’il aurait pu malheureusement écrire du Monde avec une majuscule ?

(Pour en savoir plus, nouvelle édition enrichie de l’enquête  « Ils ont acheté la presse », Benjamin Dormann, sortie le 19 décembre 2014, éditions Picollec)

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
02.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
05.
La Chine détient-elle une arme nucléaire en étant capable de bloquer l’approvisionnement des Etats-Unis en terres rares ?
06.
SOS médecins : les hebdos au chevet de l'Europe ; Bellamy laisse Nicolas Sarkozy de marbre et atomise Dupont-Aignan ; L'ami milliardaire qui finance Francis Lalanne ; Valls souffre, le PS meurt (selon lui)
07.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
05.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
06.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
Commentaires (21)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 12/01/2015 - 10:37
Pourquoi utiliser NOS Impôts pour verser des SUBVENTIONS
à la pelle à ds journaux alors qu'ils ont de si RICHES actionnaires ?? BERGE/NIELS/PIGASSE......tous copains d'Hollande qui prétend, lui, ne pas aimer les riches......si on le croit pas, il nous en racontera une autre
evans94
- 29/12/2014 - 11:48
On lui doit quand même...
le mariage pour tous...en échange du financement partiel de la campagne du culbuto !!! Bizarre, personne ne demande des comptes !!!
evans94
- 29/12/2014 - 11:46
Milliardaire...de gauche !!! LOL
expliquez-moi comment cela est-il possible ....

Au secours Jaurès reviens...VITE