En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

02.

La dette européenne s’arrache comme des petits pains. Mais il y a une très mauvaise nouvelle derrière la bonne

03.

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

04.

La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus

05.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

06.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

07.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Sublime royaume" de Yaa Gyasi : de la relation mère-fille entre science et spiritualité, un roman qui ne peut laisser indifférent

il y a 3 heures 27 min
pépites > Santé
IHU Mediterranée
Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine
il y a 5 heures 16 sec
pépites > Politique
Nouvelles mesures
Jean Castex intensifie la lutte contre la haine en ligne avec le renforcement de la plateforme Pharos et de nouvelles sanctions
il y a 7 heures 16 min
décryptage > France
Liberté d'expression

Les islamistes tuent ? Qu’à cela ne tienne, les autorités s’en prennent aux libertés publiques

il y a 11 heures 8 min
pépites > Politique
Séculier
Des ministres considèrent que plutôt que la défendre, l'Observatoire de la laïcité se concentre sur la lutte contre l'islamophobie avec des alliés pas toujours fréquentables
il y a 11 heures 39 min
Sécurité
Île-de-France : hausse importante des cambriolages de pharmacies
il y a 12 heures 17 min
décryptage > Sport
N'ayez plus honte d'être des petites natures…

Et le vilain petit secret des athlètes des épreuves d'ultra-endurance n'est pas de savoir mieux supporter la douleur

il y a 12 heures 59 min
Pollution
La Corée du nord craint que des nuages de sable venant de Chine ne soient porteurs du coronavirus
il y a 13 heures 24 min
décryptage > Environnement
Effet bénéfique ?

Si vous pensez que la pollution des villes va décroître grâce au télétravail cet hiver, vous vous trompez

il y a 13 heures 58 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

La nouvelle bataille de France

il y a 14 heures 13 min
light > Politique
"Make America Great Again"
L'expert en sécurité Victor Gevers serait parvenu à se connecter au compte Twitter de Donald Trump en devinant son mot de passe
il y a 4 heures 25 min
pépites > Société
Extension
Congé paternité : l'Assemblée nationale vote le passage à 28 jours
il y a 5 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand un gros œil surveille les minutes et quand le ricin tisse les bracelets : c’est l’actualité des montres
il y a 8 heures 12 min
décryptage > Santé
Mesures contre la Covid-19

Demi-confinement, demi-mesures et omnipotence de l’Etat : la soviétisation de la France

il y a 11 heures 31 min
pépite vidéo > Politique
Election américaine
Ultime débat : Joe Biden focalise ses attaques contre Donald Trump sur sa gestion du coronavirus
il y a 12 heures 16 min
pépites > Justice
Terrorisme
Des obstacles juridiques affaiblissent, voire paralysent, la lutte contre l’islamisme selon l’ancien secrétaire général du Conseil constitutionnel, Jean-Éric Schoettl
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Santé
Stratégie contre la Covid-19

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Santé
Inquiétudes face à la pandémie

Covid-19 : faut-il que les parents se testent lorsque leurs enfants ont (peut-être juste) un rhume ?

il y a 13 heures 37 min
pépites > Politique
Immigration
Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage
il y a 14 heures 5 sec
décryptage > Politique
Un effort SVP

Monsieur le président, pourriez vous - de temps en temps au moins - dire "France" au lieu de "République" ?

il y a 14 heures 21 min
Aux armes, consommateurs !

Créer un label "made in France" : indispensable pour savoir ce qu'on achète !

Publié le 29 septembre 2011
Un récent article publié dans Atlantico évoquait l'attachement des classes moyennes aux produits fabriqués en France. Robin Rivaton va plus loin et évoque la nécessité d'un label.
Robin Rivaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Robin Rivaton est chargé de mission d'un groupe dans le domaine des infrastructures. Il a connu plusieurs expériences en conseil financier, juridique et stratégique à Paris et à Londres.Impliqué dans vie des idées, il écrit régulièrement dans...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un récent article publié dans Atlantico évoquait l'attachement des classes moyennes aux produits fabriqués en France. Robin Rivaton va plus loin et évoque la nécessité d'un label.

Ce matin, un petit déjeuner comme les autres, et pourtant stupéfaction en attrapant une banale boîte de céréales Nestlé. S’étale sous mes yeux, une France miniature aux couleurs nationales, accolée de la mention « Fabriqué en France ». Nestlé, numéro un de l’agro-alimentaire, une multinationale de près de 96 milliards d’euros de chiffre d’affaires, verserait-il dans le protectionnisme, flattant nos bas instincts de consommateurs soucieux de défendre une production européenne[1] ?

Un sujet de plus en plus prégnant dans la population

Selon le Credoc, en 2011, 64% des Français se déclarent prêts à payer plus cher des produits industriels fabriqués en France plutôt qu'hors d'Europe. Ce phénomène, qui touche toutes les catégories sociales à l'exception des moins de 25 ans, est d’autant plus remarquable que les Français pointent régulièrement du doigt la stagnation de leur pouvoir d'achat. Le consommateur s’affirme de plus en plus sensible à savoir quels ont été les ouvriers payés pour fabriquer le produit, dans quel Etat l’usine a payé ses impôts, et cela devient un argument de vente au même titre que la qualité gustative du produit, le prix ou l’emballage. En 2005, moins d’un sur deux (44 %) était disposé à payer ce supplément. Le phénomène s’est diffusé dans l’ensemble du corps social et s’est intensifié.

Cette enquête ne fait que confirmer une étude de la TNS Sofres, de mars 2010. Les Français s’y montrent très attachés aux produits de consommation portant la mention « Fabriqué en France ». Près de 93% d’entre eux déclarent même qu’il s’agit d’une information pouvant motiver leur décision d’achat. Alors que la part des produits fabriqués en France parmi les produits vendus dans l’Hexagone est passée de 66% à 62% entre 2001 et 2011, le consommateur commence à comprendre qu’il détient un réel pouvoir, que l’achat de marchandises importées à bon prix a une conséquence invisible, le déficit croissant de la balance commerciale, et un coût bien tangible, en terme d’emploi industriel.

La nécessité d’un label « Fabriqué en France »

Pour rendre cette décision la plus transparente possible, il est nécessaire de créer un label « Fabriqué en France ». 95 % des Français estiment important, dont 65 % très important, que les entreprises indiquent aux consommateurs si leurs produits sont fabriqués en France. Or il n’existe aucune obligation de préciser l’origine d’un produit vendu en France. La loi sanctionne uniquement l'apposition d'indications d'origine inexactes en tant que fraude.

L’Etat utilise certains critères pour vérifier les certificats d'origine, notamment la notion de transformation substantielle. Mais parfois le simple assemblage de pièces importées permet d’apposer ce label. Face à ces limites, sans parler des fraudes, des démarches volontaires ont été entreprises afin de donner une plus grande crédibilité à la marque France.

Dès 1993, l'Assemblée permanente des Chambres de Commerce et d'Industrie lançait la campagne : « Nos emplettes sont nos emplois ». Depuis mai 2010, l'association Pro France a obtenu la création d'un véritable label, appuyé sur un cahier des charges rigoureux. La mission de certification a été confiée à Bureau Veritas et a abouti à la création d'un référentiel applicable à tous types de produits s’il remplit deux conditions : au moins 50% de la valeur du produit doit avoir été acquise sur le territoire national et le lieu où il a pris ses caractéristiques essentielles est situé en France. Suite à une phase de tests de mai à septembre qui a abouti à la labellisation de cinq sociétés[2], l’initiative devrait se développer.

L’étiquetage des produits, une préoccupation partagée

Et nous ne sommes pas les seuls. Le Parlement italien a voté, en 2009 et en 2010, des projets de loi sur le « Made in Italy » tandis que la Suisse a engagé en 2009 une réforme de sa marque-pays qui devrait aboutir en 2012. Quant à l’Europe, pas moins de trois projets de règlements sont en cours d’examen pour étendre l’obligation du marquage d’origine, aujourd’hui limitée à quelques familles de produits agro-alimentaires (fruits, légumes et viande bovine).



[1] La dernière campagne de Toyota, implantée à Valenciennes dans le nord de la France, illustre aussi ce phénomène en affirmant « Toyota Yaris : Yaris fabriquée en France ».

[2] Opticiens Atol et Vuillet Vega, brasseur Kronenbourg, fabricant d’électroménager FagorBrandt, fabricant de couche Génération Plume

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ISABLEUE
- 30/09/2011 - 16:34
Simk
les agriculteurs français sont les premiers consommateurs de pesticides alors la critique des produits espagnols n'est pas la bonne;... le reste ça va...
Bagadoù
- 30/09/2011 - 13:43
La France à la traîne........
Ici en Bretagne nous avons le logo "Produit en Bretagne" depuis 1993.
Occidentale
- 29/09/2011 - 10:50
un fabriqué en France serait bienvenu
je veille à ne pas acheter asiatique mais il n'est pas tjrs évident de trouver l'origine des produits dans les informations étiquetées
1. les produits asiatiques ne sont pas fiables et de très mauvaise qualité
2. j'achète au moins européen
3. pour les produits frais j'achète de préférence local ou français jamais espagnol leurs produits exportés ne sont pas de bonne qualité