En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 14 heures 30 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 19 heures 26 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 22 heures 35 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 22 heures 47 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 22 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 11 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 16 heures 42 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 17 heures 35 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 19 heures 21 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 21 heures 15 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 22 heures 40 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 22 heures 58 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 23 heures 2 sec
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 12 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 14 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Nicolas Sarkozy : dans les coulisses d’un retour qui ne s'est pas du tout passé comme prévu

Publié le 18 octobre 2014
Comment revenir quand on vous a congédié ? Depuis que Nicolas Sarkozy a rendu les clés de l'Elysée, pas une semaine n'est passée sans que cette question de l'obsède. Une chose est sure, c'est que son retour dans l'arène politique ne s'est pas passé comme prévu. Extrait de "C'était pas le plan", de Philippe Cohen et Laureline Dupont, publié chez Fayard (1/2).
Philippe Cohen, disparu en 2013, était journaliste. Il est l'auteur de Protéger ou disparaître (Gallimard, 2000), La face cachée du Monde (avec Pierre Péan, Mille et une nuits, 2003), BHL, une biographie (Fayard, 2005), Le Pen. Une histoire...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laureline Dupont est journaliste politique au Point.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Cohen
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Cohen, disparu en 2013, était journaliste. Il est l'auteur de Protéger ou disparaître (Gallimard, 2000), La face cachée du Monde (avec Pierre Péan, Mille et une nuits, 2003), BHL, une biographie (Fayard, 2005), Le Pen. Une histoire...
Voir la bio
Laureline Dupont
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laureline Dupont est journaliste politique au Point.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Comment revenir quand on vous a congédié ? Depuis que Nicolas Sarkozy a rendu les clés de l'Elysée, pas une semaine n'est passée sans que cette question de l'obsède. Une chose est sure, c'est que son retour dans l'arène politique ne s'est pas passé comme prévu. Extrait de "C'était pas le plan", de Philippe Cohen et Laureline Dupont, publié chez Fayard (1/2).

Il faut dire que, depuis le 6 mai 2012, son plan paraissait bien ficelé. De sa disparition – très temporaire – des écrans télé à sa réapparition graduée, il avait, pensait-il, édifie les fondations d’un retour gagnant. L’année 2014 serait celle de l’élan, de la reprise progressive d’une parole publique avant le grand saut, courant 2015, au plus tard début 2016. Avec sa tribune fleuve consacrée a l’Europe et publiée dans Le Point (1) le 22 mai, soit trois jours avant le scrutin européen, il se targuait d’avoir réussi un joli coup : 100 000 exemplaires du Point écoulés en cinq jours – « Je fais vendre », avait fanfaronné l’orgueilleux, ravi. Cette fois-ci, pas question de se plaindre d’une profession qui vend sur son dos.

Le 25 mai 2014, le séisme annonce, le raz de marée frontiste s’est abattu sur la France, ravageur pour la droite, davantage pour la gauche, et annonciateur d’un scénario catastrophe pour la prochaine présidentielle. « En 2017, nous aurons un duel François Hollande-Marine Le Pen », ont prédit les Cassandre le soir des élections européennes. Qui a droite pour renverser la barque ? Pour épargner à la France cet effrayant affrontement ? Qui ? Au simple énoncé de cette question, Sarkozy, ce soir-là, dans la loge de sa femme en concert à Tel-Aviv, avait souri, candide. Tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles. Personne n’avait prophétisé le surgissement dans l’actualité de trois syllabes bouleversantes qui abattraient le scénario sarkozyste et rebattraient toutes les cartes du jeu à l’UMP, et même au-delà à droite… Bygmalion. En février 2014, Le Point avait jeté un premier pavé dans la mare en accusant la société de communication, proche de Jean-François Copé, d’avoir surfacturé des meetings de Sarkozy-candidat. Au mois de mai, c’est au tour de Libération de pointer des événements fantômes rémunérés à des prix astronomiques. « Cette maudite affaire Bygmalion ! » peste Sarkozy, avec ses conséquences : les soupçons de « dérapages financiers » pesant sur sa campagne 2012. Personne non plus n’avait anticipé la démission de Jean-François Copé de la tête du parti et l’organisation d’un scrutin à l’automne 2014 pour élire un nouveau chef UMPiste. Les stratèges, même les plus clairvoyants, ne sont pas devins.

Nicolas Sarkozy n’a pas tout à fait tranché la question de son retour – et de ses conditions – que soudain le contexte l’y contraint. Il a veillé à rester les deux pieds en dehors du marigot politicien, à se tailler un costume d’homme providentiel depuis plus de deux ans, et voilà que de sombres affaires de gros sous lui imposent de rassembler ses forces pour replonger la tête la première dans le bourbier UMPiste. Et tout ça pour sauvegarder ses chances de renaissance. Quel paradoxe ! « Tout a basculé d’un coup, c’était pas du tout le plan, admet en chuchotant Nadine Morano. L’idée la plus intelligente aurait été de faire débarquer un ou une sarkozyste à la présidence de l’UMP, mais la façon dont Copé s’est fait jeter a tout changé. Le parti est devenu indispensable et incontournable. Tout ça l’a obligé à changer sa stratégie. » Lui qui avait maintes fois prévenu plusieurs de ses visiteurs d’un « Quand je vais revenir, ça sera stratosphérique ! » n’imaginait pas à quel point.

Ils avaient tout prévu. Tout ? Sauf ce retour inattendu par la case UMP. Il rechigne, mais il sait qu’il n’a plus le choix. La recomposition politique commence maintenant. Au lendemain du scrutin européen qui a sacré pour la première fois le FN grand gagnant d’une élection, déboussolant la gauche et glaçant la droite. Au lendemain du limogeage du chef UMP qui a laissé le mouvement décapité, désorienté, au bord de l’implosion. Au lendemain d’une longue séquence ahurissante, rythmée par les scandales à gauche du remaniement inopiné au livre de Valérie Trierweiler, en passant par la « phobie administrative » de Thomas Thévenoud –, qui a déconcerté et écœuré bon nombre de citoyens. Par un étrange concours de circonstances, son destin savamment calculé finit de basculer dans la nuit du 1er au 2 juillet 2014 lorsqu’il s’engouffre dans la grosse berline sombre qui l’attend devant l’Office anti-corruption de la Police judiciaire de Nanterre. Les juges Claire Thépaut et Patricia Simon, « ces deux dames » comme ils les appellent lors de son interview télévisée du lendemain, ont décidé de le mettre en examen dans l’affaire des écoutes judiciaires pour « corruption active », « trafic d’influence », « recel de violation du secret professionnel ». C’en est trop. Il faut réagir. Clamer son innocence face caméra et préparer un retour devenu inévitable. Lutter contre la justice, son injustice. Occuper le terrain. Et infléchir cette côte de popularité qui n’en finit plus de baisser. Sûr d’être soutenu et adulé hier, le voici, depuis le début de l’été 2014, sali par le scandale et à la merci de dirigeants UMP prêts à tout pour l’empêcher de revenir. Bombant le torse pour faire valoir leur stature toute neuve de « candidentiable » à l’élection présidentielle. Si Sarkozy veut garder une main sur le parti, une place dans le cœur des militants, et une chance pour 2017, il doit se résoudre à rappliquer prestement.

Extrait de "C'était pas le plan", de Philippe Cohen et Laureline Dupont, publié chez Fayard, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

06.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 19/10/2014 - 11:23
Il faut lire, bien sur :
5 milliards d'intérêts de la dette.......par AN
Vincennes
- 19/10/2014 - 11:10
Tout à ait OK avec Anguerrand, ci-dessus, auquel j'ajoute :
"le PS n'en finit pas de mettre son échec sur le dos de Sarko"..... difficile d'admettre que l'origine de la dette remonte à leur précédent Président de la république PS = Mitterand car, en regardant de très près les chiffres : 665 milliards à son départ (110 à son arrivée) avec des intérêts de sa dette qui, depuis, se sont rajoutés aux dépenses des suivants (actuellement 5 milliards d'intérêts, tout dette confondue) mais, bien sur, plus facile de mettre TOUT sur le dos de Sarko et ses, soit disant 600 millards......... DONT les deux crises TB gérées par Sarko (voir le décompte de D.MIGAUD Cour des comptes, qui, LUI, fait le distinguo entre la dette/ Sarko et les deux crises.....mais ça chut....il ne faut surtout pas en parler !!!!
Anguerrand
- 19/10/2014 - 08:32
Hollande 0,4% NS 1,7%
Le PS n'en finit pas de mettre son échec sur le dos de NS. Pourtant la dernière année l'augmentation du PIB sous NS était de 1,7% / an quand on se traine à 0,4% depuis l'arrivée du gros nain. NS commençait pourtant au diminuer les déficits après la crise de 2007 et ceci sans les 35 milliards d'impôts et taxes que nous ont fait subir les socialos, alors les socialos cherchez l'erreur tout seuls en oubliant le passé. Les années à venir nous prédisent un 0,4% pour les années Hollande, ce n'est pas comme ça que l'on va s'en sortir!...