En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

07.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

ça vient d'être publié
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 2 heures 11 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 2 heures 51 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 3 heures 35 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 4 heures 7 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 4 heures 38 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 5 heures 13 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 19 heures 13 min
light > Santé
santé publique
L'Etat de New York interdit les cigarettes électroniques aromatisées
il y a 19 heures 42 min
pépites > Religion
sondage
L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France
il y a 21 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": "Catamount, la Justice des Corbeaux" de Benjamin Blasco-Martinez

il y a 22 heures 59 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 3 heures 15 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 4 heures 23 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 5 heures 1 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 18 heures 56 min
décryptage > International
élections israéliennes

Ces noeuds gordiens que devra trancher le système politique israélien après l’échec de Benjamin Netanyahu

il y a 19 heures 31 min
light > Justice
Mystérieuse affaire
Ils abandonnent leur fille adoptive et déménagent au Canada
il y a 20 heures 29 sec
décryptage > Justice
Enquête virage

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

il y a 21 heures 23 min
décryptage > Economie
projet d'innovation

Les banques et les assurances vont dégager 5 milliards d'euros d’investissement pour les start-up

il y a 23 heures 10 min
Suite à un piratage informatique, Jennifer Lawrence s'est retrouvée en photo nue sur le Net.
Suite à un piratage informatique, Jennifer Lawrence s'est retrouvée en photo nue sur le Net.
Domaine privé

"Un crime sexuel" : Jennifer Lawrence a raison, il est plus que temps que le droit s’empare de la question des photos de nu piratées sur Internet

Publié le 09 octobre 2014
Jennifer Lawrence, dont des photos intimes avaient été publiées à son insu sur internet, s'est récemment exprimée sur le sujet. Pour elle, il s'agit d'un véritable "crime sexuel", bien que les cadres juridiques américains et français n'aillent pas (encore ?) dans son sens.
Etienne Drouard est avocat spécialisé en droit de l’informatique et des réseaux de communication électronique. Ancien membre de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), ses activités portent sur l’ensemble des débats de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Drouard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Etienne Drouard est avocat spécialisé en droit de l’informatique et des réseaux de communication électronique. Ancien membre de la CNIL (Commission nationale de l'informatique et des libertés), ses activités portent sur l’ensemble des débats de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jennifer Lawrence, dont des photos intimes avaient été publiées à son insu sur internet, s'est récemment exprimée sur le sujet. Pour elle, il s'agit d'un véritable "crime sexuel", bien que les cadres juridiques américains et français n'aillent pas (encore ?) dans son sens.

Atlantico : Dans un entretien accordé à Vanity Fair, Jennifer Lawrence est revenue sur la publication de ses photos intimes sur internet, en qualifiant cet acte de "crime sexuel". En droit américain comme en droit français, ce terme est-il vraiment abusif ?

Etienne Drouard : Il me paraît légitime qu’en tant que victime, Jennifer Lawrence évoque la notion de crime sexuel pour commenter l’immensité du préjudice -irréparable- qu’elle ressent et subit.

En droit américain, les notions de "sexual offence" ou de "sexual crime" peuvent, selon les circonstances, viser des faits de nature différente, qui vont de la diffusion illicite de contenus à caractère sexuel, aux attouchements non consentis ou au viol. En droit français, les délits et les crimes liés à la sexualité d’une personne majeure -ou entre personnes majeures-, visent l’atteinte physique (attouchements, viol) et/ou morale (harcèlement sexuel ou moral et préjudice moral) à l’intégrité du corps et la négation de la volonté de la victime.

La représentation ou la diffusion illicite de contenus à caractère sexuel ou pornographique mettant en scène une personne majeure, relève, en France, de délits et non de crimes. On peut attribuer la discussion juridique entre les "crimes" évoqués par Jennifer Lawrence et les "délits" réprimés par le droit français, à une différence de traduction entre l’anglais et le français pour qualifier juridiquement des infractions pénales comparables de part et d’autre de l’Atlantique.

Seule l’efficacité de la réponse -pénale et sociétale- compte.

Elle évoque notamment le fait que des tiers ait pu disposer de son corps à son insu. Pourquoi le cadre juridique français n’est-il pas au même diapason que son équivalent américain ?

Son ressenti est parfaitement compréhensible, mais, en droit, les tiers ont disposé de l’image de son corps, pas de son corps lui-même.

Le droit français ne considère pas, à ce jour, la diffusion illicite d’un contenu de nature sexuelle, comme une infraction de nature sexuelle et corporelle, mais plutôt comme une infraction aux droits de la personnalité. On considère ce type de contenu sous l’angle du préjudice moral, mais pas sous l’angle d’un préjudice corporel touchant à la sexualité de la victime -ou de l’auteur.

>> Lire également en deuxième partie d'article : Comment savoir si vos photos et données sont vraiment en sécurité sur votre smartphone

Cela ne veut pas dire que le droit français est moins protecteur que le droit américain. Bien au contraire. Les limites à la liberté d’expression sont bien plus dures en France qu’aux Etats-Unis et les atteintes aux droits de la personnalité, même si elles ne constituent "que" des délits et non des "crimes" dans ce domaine précis en France, n’en sont pas moins lourdement sanctionnées par le droit pénal français, qu’il s’agisse d’atteintes au droit à la vie privée, à la confidentialité des données personnelles, à l’image, à la considération, à la dignité, à l’honneur.

Le retard américain dans ce domaine se comble, mais n’est pas encore arrivé au stade d’une loi fédérale. C’est le constat douloureux que peux faire Jennifer Lawrence aux Etats-unis.

Le phénomène de "revenge porn" ou "involuntary porn" touche quasi-exclusivement des victimes féminines, dont les ex-partenaires diffusent des photographies intimes pour leur porter préjudice. Le seul terrain juridique permettant, dans tous les Etats américains, une riposte de la victime de ce phénomène, est la violation d’un copyright. Il s’agit alors de prouver, sur le terrain de la propriété intellectuelle, que la diffusion des contenus serait illicite parce qu’elle a été réalisée sans l’autorisation de l’auteur du contenu -et à condition que cet auteur ne soit pas l’ex-partenaire lui-même.

Après la Californie -qui a adopté une loi spécifique contre le "revenge porn" fin 2013-, douze autres Etats américains ont à ce jour adopté des législations comparables pour punir la diffusion de contenus à caractère pornographique sans le consentement de la personne représentée : l’Arizona, le Colorado, le Delaware, la Géorgie, Hawaii, l’Idaho, le Maryland, l’Etat de New York, la Pennsylvanie, l’Utah, la Virginie et le Wisconsin.

Ces différences entre le droit américain et le droit français s’expliquent par l’histoire et la culture juridique de la liberté d’expression (garantie par les Constitutions américaine et française) et de la vie privée (qui n’est pas un droit fondamental inscrit dans la Constitution américaine).

Le fait de qualifier ces infractions de "crimes sexuels" pourrait-il avoir une incidence bénéfique sur leur nombre ?

La qualification de "crime sexuel" pourrait donner à réfléchir, non seulement au législateur, mais aussi aux auteurs de ce type de diffusion. Chaque voyeur et chaque relayeur de ces contenus pourrait ainsi prendre davantage conscience de la profonde gravité de ce qu’il fait. Cette piste mérite d’être creusée, mais avec rigueur, car l’enfer est parfois pavé de bonnes intentions.

Sur le papier, le droit français est rigoureux et sanctionne deux types de situation.

Tout d’abord, la diffusion non autorisée par la victime : l’article 226-22 du Code pénal sanctionne jusqu’à cinq ans d’emprisonnement et 300 000 € d’amende la divulgation non autorisée d’une donnée personnelle, lorsque cette divulgation porte atteinte à la considération ou à l’intimité de la vie privée.

Ensuite, la diffusion de certains contenus susceptibles d’être perçus par des mineurs : l’article 227-24 du Code pénal punit de trois ans d'emprisonnement et 75 000 € d'amende -peines maximales- le fait de fabriquer, de transporter, de diffuser ou de vendre un message susceptible d'être vu ou perçu par un mineur et qui serait à caractère violent ou pornographique ou de nature à porter gravement atteinte à la dignité humaine ou d’inciter des mineurs à se livrer à des jeux les mettant physiquement en danger.

Quels peuvent être les recours pour les victimes aujourd'hui ?

Rien ne sera jamais aussi efficace que la compassion des internautes et leur contribution au nettoyage du web lorsque se développe un mouvement de solidarité avec une victime, qui entraîne la création de multiples contenus destinés à repousser très loin dans les résultats des moteurs de recherche, les contenus pornographiques illicites. J’ignore si Jennifer Lawrence va bénéficier de cette réaction collective de soutien. Je le lui souhaite, comme une contrepartie positive de sa célébrité. Ce qui lui est arrivé peut arriver à n’importe qui aujourd’hui -célébrité ou anonyme- et cause des troubles personnels graves, de réclusion et de honte pour la victime.

L’un des premiers cas similaires sur le web s’est produit en France en 2007, lors de la diffusion de photographies intimes de Laure Manaudou. En 72 heures, des milliers de site Internet qui se faisaient passer pour des relayeurs des photographies de la championne -elle n’avait pas 20 ans !- diffusaient des photographies et textes de soutien pour appeler au boycott des clichés intimes de Laure Manaudou. Ce cas d’école, qui fut accompagné par des avocats qui pensaient autrement (Didier Poulmaire, Olivier Menant -qu’ils soient cités au moins une fois !-), a transformé la manière dont les juristes croyaient détenir une solution judiciaire à ces phénomènes.

Pour tenter d’être efficace à bref délai, il faut lutter sur le web par le web, en utilisant les mêmes procédés que les auteurs et diffuseurs de contenus illicites, sans renoncer à l’action judiciaire.

Les recours juridiques doivent être utilisés pour apporter une réponse de la société, incarnée et garantie par l’Etat. On peut tous regretter que la durée d’une procédure pénale, ainsi que le coût et l’incertitude liés à l’identification des diffuseurs d’un contenu illicite. On peut aussi se lamenter des limites de l’application du droit français hors de nos frontières. Ces contraintes dissuadent la plupart des victimes de croire en la justice. Elles ont besoin d’une reconnaissance rapide, même sans efficacité miraculeuse, de leur statut de victime. Le temps est le facteur-clé.

Toutefois, je ne crois pas qu’il faille en toutes circonstances durcir la législation applicable en France. La coopération judiciaire doit être plus profonde et plus rapide, le signalement des infractions plus massif, la collaboration avec des associations plus fluide, etc. La priorité devrait être donnée à l’efficacité des collaborations entre les pouvoirs publics et avec les acteurs privés, plutôt qu’aux larges consensus parlementaires qui ajoutent du papier à du papier, sans ressources supplémentaires.

Je regrette que l’intervention du Parlement et des medias se complaise trop souvent à discréditer l’action des juges pour tenter de les remplacer par des mécanismes expéditifs et aléatoires. On peut toujours envisager de durcir les peines, voire de passer d’une répression d’un délit à celle d’un crime. Mais les textes qui prévoient, y compris sans intervention judiciaire, le blocage des sites internet, ont largement démontré que rien n’est simple sur le web, quels que soient l’arsenal répressif et la légitimité des luttes qu’il s’agit de mener : contre la pédopornographie, l’apologie du terrorisme, etc.

Il me paraît préférable de mener plusieurs stratégies complémentaires : la voi(e)x du web, la voie judiciaire et la voie associative.

Sur ce dernier point, je donnerais pour exemple -parmi de nombreux autres- un site internet gratuit créé par un de mes associés et ami à Seattle, David Bateman, grand spécialiste de la lutte contre la cyber-délinquance. Le site www.cyberrightsproject.com qu’il a ouvert récemment est animé par des dizaines d’avocats de notre cabinet qui interviennent gratuitement ("pro bono") aux Etats-Unis, devant les tribunaux américains, afin d’obtenir la suppression de contenus de "revenge porn". Nous travaillons depuis quelques semaines à l’ouverture d’un volet français sur ce site. J’espère que ce type de démarche, qui allie l’institution judiciaire et l’intervention non lucrative de professionnels chevronnés-, rencontrera le soutien des pouvoirs publics français.

Plus ce type d’initiative se multipliera, plus les victimes auront accès au droit.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

Viol des hommes : cette indéniable réalité, encore trop peu considérée

03.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

04.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

07.

Grève à la RATP : le métro parisien a été déserté par les utilisateurs

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

06.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

"Le communisme est l’avenir de l’humanité"… Eh oui on a lu ça !

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires