En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
L'euro a perdu 10% face au dollar depuis le début de l'année.
Sans surprise
Pourquoi il ne suffira pas d’une baisse de l’euro pour relancer la croissance en Europe
Publié le 27 septembre 2014
L’euro n’a pas cessé de baisser : près de 10 % depuis le début de l’année. Mario Draghi, le président de la BCE si contesté, a baissé les taux d’intérêt et est prêt à racheter de la dette comme n’importe quelle banque centrale occidentale. Jamais la politique monétaire n’a été aussi accommodante… et pourtant il ne se passe strictement rien sur le front de l’économie.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L’euro n’a pas cessé de baisser : près de 10 % depuis le début de l’année. Mario Draghi, le président de la BCE si contesté, a baissé les taux d’intérêt et est prêt à racheter de la dette comme n’importe quelle banque centrale occidentale. Jamais la politique monétaire n’a été aussi accommodante… et pourtant il ne se passe strictement rien sur le front de l’économie.

C’est quand même un comble ... La banque centrale européenne a fait tout ce que les militants du monétarisme a tout crin réclamaient… Des Arnaud Montebourg aux écologistes, en passant par les experts de l’extrême gauche (Jacques Généreux) et les tribuns de l’extrême droite, tous les nostalgiques du Keynésianisme. En gros, et pendant plus d’un an, le raisonnement des français bienpensants étaient simple : l’économie française est en panne parce qu’il n y a pas de demande… Elle est en panne parce que la Banque centrale européenne applique les directives "idiotes" de Maastricht… et elle organise la rigueur, l’austérité sous la coupe de l’Allemagne.

D’ailleurs, regardez ce qui se passe aux USA ou en Grande Bretagne, la croissance est repartie… croissance, investissement, emplois. Tout est reparti parce que la Reserve fédérale et la Banque d’Angleterre ont fait fonctionner "la planche à billets."

Ce discours a convaincu beaucoup de Français parce qu'il nous exonérait de faire les efforts de restructuration. Du coup, les partis politiques et les syndicats n’ont pas cessé de crier sur l’Allemagne, sur Merkel, sur Mario Draghi... le festival des bouc-émissaires. A tel point que François Hollande et même Manuel Valls se sont mis à crier aussi. Curieusement, Bercy, depuis le départ de Montebourg est resté discret sur ce dossier. Emmanuel Macron, Michel Sapin sont resté prudents. Ils connaissent la musique. Ils ont eu raison.

1e point, il se trouve que pour plein de raisons, l’euro a baissé de près de 10% depuis le début de l’année. 10% c’est énorme. L’euro vaut aujourd’hui 1,27 euro pour un dollar. Il a baissé parce que l’économie européenne a piqué du nez (pas de croissance), il a baissé parce que l’économie américaine va bien, il  a baissé parce que les taux d’intérêt de la BCE n’ont jamais été aussi bas, à 0,15%. Il a baissé enfin parce que Mario Draghi a commencé à ouvrir les robinets de la création monétaire en rachetant de la dette.

2e point, la BCE a fait depuis trois mois plus que ce que faisait la Réserve fédérale. Mario Draghi ne l’a pas crié sur les toits, mais il a bravé les Allemands qui, un peu perdus dans leurs statistiques de croissance, ont fait semblant d’accepter ce changement de braquet. Mario Draghi a fait le Job. Il ne peut pas en faire plus.

3e point, cette politique monétaire newlook n’a strictement rien changé au niveau de l’activité. Certes les exportateurs ne s’en plaignent pas. Cette baisse de l’euro représente un ballon d’oxygène, mais comme la balance extérieure française est déficitaire, les inconvénients sur le renchérissement des importations pèsent très lourds sur les consommateurs... l’energie, les importations en provenance de Chine, d’Inde ou d’Afrique coûtent plus cher. Normal, la France n’a plus d’industrie.

4e point, pourquoi la machine ne redémarre pas ? Tout le monde l’espérait. La machine ne redémarre pas parce qu'’une dépréciation monétaire doit être violente et importante pour produire des effets. Par ailleurs, elle ne peut fonctionner que si l’économie se mettait en position de compétitivité. On retombe sur les fondamentaux français. Que le gouvernement fasse les réformes de structures, qu' il améliore la compétitivité, les coûts (baisse des charges), qu' il dynamise l’innovation et l’offre en général, qu' il baisse les frais généraux, et les dépenses publiques et ça redémarrera.

Sans politique structurelle, la politique monétaire ne sert à rien. Au mieux, elle sert à tirer un feu d’artifice, mais au fond, tout dépend du travail, de la quantité de travail, de la productivité et du talent des chefs d’entreprise. De leur liberté de travailler, de respirer.

La meilleur preuve est la reprise américaine : les emplois ont été générés par des baisses de salaires et d’actifs, par des baisses de charges et d’impôts et surtout par une baisse importante de l’energie (les gaz de schiste). La politique monétaire a accompagné  cette lame de fond et a surtout alimenté la spéculation financière. Idem en Grande Bretagne.

On en revient toujours à la case départ. La BCE a fait son  job, les gouvernements n’ont pas fait le leur, le gouvernement français a refusé les reformes. Il n’a rien fait pour améliorer la solidarité européenne. Il a tout fait pour éviter de remplir ses engagements.

L’économie fonctionne à la confiance. Les acteurs n’ont plus confiance en la France.   
 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Ces risques malheureusement ultra prévisibles liés au retour de l’encadrement des loyers à Paris
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 27/09/2014 - 19:45
Pauvre MLP
Son programme économique sombre, elle qui affirmait qu'il suffisait de faire baisser la monnaie voire de faire un retour au franc, et tout irait mieux. La preuve que son programme était bien fantaisiste, les solutions simplistes ne sont pas forcément efficaces. Les énarques du FN devront revoir leur copie.
vangog
- 27/09/2014 - 15:04
Le FN réclame une politique structurelle, en plus de la maitrise
monétaire! Les deux ne fonctionnent pas l'un sans l'autre. Sans stratégie de développement industriel, nos déficits commerciaux vont s'aggraver et le renchérissement des importations lié à toute dévaluation pèsera plus que des exportations en état de faiblesse structurelle. En rachetant les dettes pourries de la social-démagogie, Dragghi donne un signal ultra-négatif aux banques: inutiles pour elles de prêter à l'économie privée et productive, puisque les prêts aux collectivités, organismes sociaux et structures semi-monopolistiques sont garantis en dernier recours par la BCE, qui va bientôt aussi renflouer les dettes de l'Argentine...vive la social-démagogie... et mort à notre industrie Européenne!...
2bout
- 27/09/2014 - 11:11
Mr Sylvestre,
Ni un problème de confiance, ni un problème de gaz de schiste, ni un problème de salaires trop haut (au contraire), on ne remplit pas un seau percé.