En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
© Reuters
Bonnes feuilles

2011 : quand Nicolas Sarkozy redoutait déjà une scission de la frange centriste de l'UMP

Publié le 14 septembre 2014
Témoignage de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Maxime Tandonnet sur les coulisses du quinquennat. Extrait de "Au cœur du volcan - Carnets de l'Elysée, 2007-2012", publié chez Flammarion (2/2).
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Témoignage de l'ancien conseiller de Nicolas Sarkozy Maxime Tandonnet sur les coulisses du quinquennat. Extrait de "Au cœur du volcan - Carnets de l'Elysée, 2007-2012", publié chez Flammarion (2/2).

Nouvelle réception des députés proches du chef de l'État. Le président redoute plus que tout une scission de l'UMP dont la frange centriste pourrait se rallier à une candidature à la présidentielle de Jean-Louis Borloo. Les élections cantonales viennent d'avoir lieu 1, marquées par une nouvelle poussée du Front national en nombre de voix, même si celui-ci ne l'emporte que dans une infime poignée de cantons.

Une fois n'est pas coutume, la séance débute par une question, posée par un député de Paris, Bernard Debré : «Quand vas-tu annoncer ta candidature ? On l'attend pour se mettre en ordre de marche ! — Ah, s'amuse le président, on va croire que je me suis fait poser la question ! En tout cas c'est l'occasion pour moi de dire quelques mots de politique…» Suit un long monologue qui ressemble en tout point à celui tenu le mois précédent par lequel il semble, comme bien souvent, chercher à se rassurer lui-même. « Qu'attendent les Français ? Que je fasse mon travail et certainement pas que je sois candidat. La division conduit à nulle part. Nous gagnerons ensemble ou vous perdrez chacun dans votre coin ! En 2005, qui a transcendé la déchirure entre “la France du oui et la France du non 1” ? C'est moi ! Est-ce que vous savez ce qu'est une présidentielle ? Entre les deux tours, en 2007, je n'ai pas passé un coup de fil parce que les Français détestent qu'on leur donne des consignes de vote ! C'est la raison pour laquelle j'ai tenu une position sur le Front national qui m'est reprochée2. Arrêtons de donner des leçons de morale à propos de ce parti, les Français ont horreur de ça ! Et restons unis ! Nous n'allons pas recommencer la guerre UDF-RPR, Giscard-Chirac ! J'ai moi-même été ultraminoritaire dans ma famille politique. De 1995 à 2002, j'étais sifflé dans les meetings ! Est-ce que vous m'avez vu faire scission ? On ne quitte pas sa famille politique, on ne la détruit pas, on ne construit rien sur la division ! Je sais bien que tout ce que je vous dis sera répété ! Alors dites à Jean-Louis3 que je suis son ami ! Moi, la situation je la sens bien4 ! Je connais tellement le pays ! Le promeneur au bord du champ qui regarde au loin le paysan labourer, il ne voit rien en réalité ! Il n'a aucune idée de ce que représente son travail ! J'ai pris une décision très dure, une décision qui m'a coûté sur le plan affectif : celle de me séparer de mon meilleur ami. Brice Hortefeux compte à mes yeux comme un frère. On est ensemble depuis qu'il a seize ans et moi dix-neuf ! Vous croyez que ça a été facile de lui dire : “Prépare-toi à faire autre chose ?” Et pourtant, c'était mon devoir ! La presse l'avait relégué dans un coin qui avait fini par l'inhiber. Vous croyez vraiment qu'en France, il va se trouver une majorité pour voter l'abrogation des lois Sarkozy sur la sécurité ? Pour revenir sur ma politique de maîtrise de l'immigration ? Pour croire qu'on peut se payer le luxe de retourner à la retraite à soixante ans et aux 35 heures ? Je serais fort étonné que 2012 marque une envie de socialisme. On me dit : “Il faut que les Français soient fiers de leur pays !” Ils le sont quand ils voient nos avions qui volent vers Benghazi ! Ou quand nous ramenons la paix en Côte d'Ivoire en évitant à 22 millions d'hommes un bain de sang1 ! Ah si je devais tous les jours tenir compte de ce qui s'écrit sur moi, des pronostics des sondages, il y a longtemps que le cortège du cimetière se serait formé derrière mon corbillard ! Pourquoi encore tous ces livres, tous ces articles, ces “unes”, toutes ces émissions. Les gens se demandent : “Mais comment se fait-il qu'il tienne encore ? C'est extravagant !” Sur les retraites, tout le monde disait : “Voilà, c'est mai 1968 !” Mais dès le lendemain, plus rien ! Plus un entrefilet ! Le débat sur la laïcité2 ? On était des racistes contre les musulmans ! Nous étions à jeter ! Le vendredi suivant, fini ! Plus rien ! Ah, il y a eu un débat ? Ah bon ! Vous comprenez ce que je veux dire ? »

Sarkozy parle comme un chef d'équipe, un tribun, improvisant, s'exprimant sans la moindre note, alternant les phases de confidences murmurées dans le micro, les envolées lyriques et les pointes de colère. Chaque phrase est prononcée sur le mode d'une exclamation. Le naturel de son propos se manifeste par des successions de légers bafouillis à moitié volontaires, censés traduire la familiarité de l'échange et la passion qui l'anime. Les observations s'enchaînent au fil de sa pensée. Il part à chaque fois d'un constat, d'une idée et livre le fond de sa pensée sous la forme d'une longue digression. À la fois simple et professoral, il donne une nouvelle leçon à ses amis politiques. Que ressentent les députés présents : sans doute un mélange de fascination et d'exaspération. Sarkozy le voit-il ? Pas sûr…

Je sens bien la situation » est la phrase clé de son intervention : est-il sincère où pratique-t‑il devant ses troupes la méthode Coué ? Je ne sais que penser. Il me semble, comme à mes collègues et à beaucoup de parlementaires, qu'il sous-estime la difficulté de sa position et l'ampleur de son rejet dans une partie de l'opinion. Cette habitude de convier les parlementaires de la majorité à l'Élysée – qui remonte d'ailleurs, sous d'autres formes, à ses deux prédécesseurs1 –, me paraît contestable au regard de son rôle « d'arbitre », prévu par la Constitution. Un jour, cela lui sera reproché.

Extrait de "Au coeur du volcan - Carnets de l'Elysée, 2007-2012", de Maxime Tandonnet, publié chez Flammarion, 2014. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

02.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

03.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

04.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

05.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

06.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

07.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

Et toute honte bue, François de Rugy limogea sa chef de cabinet…

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires