En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Polémique
Europe Ecologie Les Verts condamne fermement les propos de Roger Hallam, le cofondateur d'Extinction Rebellion, sur l'Holocauste
il y a 16 min 18 sec
light > Science
Phénomène assez rare
Une pluie d’étoiles filantes devrait être visible dans la nuit du jeudi 21 au vendredi 22 novembre 2019
il y a 1 heure 41 min
Méthode d'avenir
Coldplay arrête ses tournées pour des raisons environnementales
il y a 4 heures 15 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 20 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Pechkoff, le manchot magnifique" de Guillemette de Sairigné : un héros de légende endormi réveillé par la plus noble des biographes

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Santé
Plan palliatif

Cette liberté que la France ne se décide toujours pas à accorder à ses hôpitaux

il y a 8 heures 15 min
décryptage > Culture
Vive la liberté !

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

il y a 10 heures 13 min
décryptage > France
Culture

Repeignez-moi donc ces statues blanches que je ne saurais voir : l’antiracisme en pleine crise d’intolérance

il y a 11 heures 12 min
décryptage > Economie
Réalité des chiffres

Hôpitaux, retraites ou inégalités : la fiscalité, ce verrou français qui étrangle toute vraie réforme.

il y a 12 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Hong-Kong s’enflamme, sa jumelle historique, Singapour, récupère les flux de capitaux et redoute la contagion…

il y a 12 heures 47 min
pépites > International
Séisme politique et judiciaire
Israël : le Premier ministre Benjamin Netanyahu a été mis en examen pour "corruption", "fraude" et "abus de confiance"
il y a 59 min 10 sec
pépites > France
Climat
Pierre de Bousquet de Florian, le coordinateur national du renseignement, estime que le "degré de violence" est inédit en France
il y a 2 heures 20 min
pépites > Politique
Manifestations
Mouvement du 5 décembre : Emmanuel Macron va alléger son agenda international et n'ira pas à la COP25
il y a 4 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Picasso, tableaux magiques" : la magie des signes

il y a 7 heures 33 min
décryptage > France
Immobilier

Michel Platero : "si on veut faire baisser les prix de l’immobilier, il faut décorréler la propriété du bâti de celle du foncier"

il y a 7 heures 57 min
pépite vidéo > Politique
Réformes
Retraites, hôpital : Edouard Philippe s'est confié sur France Inter sur les dossiers sensibles de cette fin d'année
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Stratégie de défense

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

il y a 10 heures 47 min
décryptage > Politique
Le Macron nouveau est arrivé

Le nouvel entre-deux stratégique d’Emmanuel Macron

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Société
Protection de l'enfance

Parents dangereux : ces violences contre les enfants dont on parle si peu

il y a 12 heures 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès
il y a 13 heures 5 min
© Reuters
Le séminaire gouvernemental a lieu ce vendredi
© Reuters
Le séminaire gouvernemental a lieu ce vendredi
La politique des œillères

Séminaire gouvernemental : comment François Hollande s’interdit d’atteindre ses objectifs en ignorant le problème n°1 de l’économie française

Publié le 01 août 2014
Au lieu d'un conseil des ministres lundi, le gouvernement se retrouve en séminaire ce vendredi 1er août pour préparer les deux grands dossiers de la rentrée : les assises de l'investissement et l'apprentissage. Malheureusement le travail des ministres ne donnera lieu qu'à des déclarations sans conséquences notables tant que la politique macroéconomique européenne n'aura pas été réorientée.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Au lieu d'un conseil des ministres lundi, le gouvernement se retrouve en séminaire ce vendredi 1er août pour préparer les deux grands dossiers de la rentrée : les assises de l'investissement et l'apprentissage. Malheureusement le travail des ministres ne donnera lieu qu'à des déclarations sans conséquences notables tant que la politique macroéconomique européenne n'aura pas été réorientée.

Atlantico : Ce vendredi 1er août, le gouvernement se réunit en séminaire afin de préparer les deux grands dossiers de l'automne dont l'apprentissage fait partie. Lors de sa conférence sociale qui s'est clôturée le 8 juillet 2014, le gouvernement avait en effet déjà rappelé son objectif d'atteindre les 500 000 apprentis en 2017, contre 415 000 aujourd'hui. Alors que l'apprentissage est souvent considéré comme un moyen efficace d'insertion des jeunes sur le marché du travail, faut-il se réjouir de ces annonces ? 

Nicolas Goetzmann : Le cas de l’apprentissage est traité par l’exécutif dans un plan plus général de lutte contre le chômage des jeunes. Malgré une volonté d’aller de l’avant sur ce sujet les chiffres n’ont pas été bons pour 2013 avec une baisse de 3% des effectifs par rapport à 2012, pour atteindre 415 000 personnes. Plus problématique encore, les entrées sont en baisse de 8%. Le chiffre avancé de 500 000 apprentis à horizon 2017 semble donc s’éloigner de plus en plus.

Malheureusement les secteurs qui ont le plus recours à ce type de dispositifs, comme la construction, sont fortement impactés par la crise et n’ont pas de perspectives de croissance. Ils ne sont donc pas dans une logique d’embauche, sous quelque forme que ce soit. Et ce malgré les avantages fiscaux octroyés. Le Medef a par ailleurs demandé le "0 charge" pour que l’apprentissage soit réellement attractif.

Mais cet objectif de 500 000 apprentis avait déjà été promis par Jean Louis Borloo en 2005, et à ce moment-là, leur nombre était de 350 000, contre 420 000 en 1995. Ce chiffre stagne donc depuis 20 ans. Alors on peut saluer l’objectif, mais faute de demande supplémentaire de la part des entreprises, il n’y a pas beaucoup de raisons de le voir se réaliser tout seul.

D'aucuns dressent fréquemment le parallèle avec l'Allemagne où les apprentis sont plus nombreux et le chômage des jeunes moins élevé. Les recettes allemandes pour lutter contre le chômage des jeunes peuvent-elles s'appliquer à la situation française ?

Lorsque l’Allemagne traversait sa période de vaches maigres, à la fin des années 90 et au début des années 2000, le système d’apprentissage était fortement remis en cause. Il était considéré comme trop coûteux par les entreprises. Et maintenant que la croissance est revenue, l’apprentissage allemand est revenu à la mode. Car ce n’est pas l’apprentissage qui fait la croissance, c’est la croissance qui fait l’emploi des jeunes. De la même façon, le Japon a un taux de chômage des jeunes qui atteint 5.9%, c’est-à-dire encore bien inférieur au taux allemand (7.9%). Et le Japon ne dispose d’aucun dispositif de cette sorte. Concernant le chômage des jeunes, l’apprentissage est une aide, pas une solution.

Ensuite, il y a évidemment une dimension culturelle qui est très différente entre la France et l’Allemagne. La "fierté" de l’ouvrier qualifié de l’industrie allemande ne trouve pas d’écho en France. Et l’intérêt des jeunes ne se porte pas naturellement dans cette voie. On peut le contester, le regretter, mais on peut aussi en prendre acte.

Les assisses de l’investissement qui se dérouleront à l'automne ont pour objectif "d'adapter tous les dispositifs de financement en faveur de l’économie réelle". Peut-on espérer que l'investissement permette de relancer l'économie réelle comme le laissent entendre les objectifs de ces assises ? 

Depuis l’année 2008 l’investissement a totalement stagné en France, affichant même une légère baisse de 0.7% sur un total de 6 années. La situation est donc simplement désastreuse. Même si les administrations publiques ont vu leurs investissements progresser de 8% sur cette période, du côté des ménages la contraction approche les 10%. Les entreprises non financières sont restées totalement neutres, avec une baisse de -0.44%. Il y a donc bien urgence à voir les niveaux d’investissement se redresser. Mais ce qui peut paraître étonnant c’est que l’exécutif constate cette situation tout en pensant la résoudre en investissant plus, mais sans se préoccuper réellement des causes.

Car si une entreprise investit, c’est qu’elle y a intérêt. Et quel est l’intérêt d’investir dans une économie sans croissance ? S’il n’y a pas de retour sur investissement prévisible, la question ne se pose même pas. Elle ne se pose d’ailleurs plus. Aussi longtemps que les perspectives de croissance seront aussi faibles, il n’y a pas de raison de voir les entreprises se précipiter. La question est donc bien plus de créer les conditions propices à l’investissement plutôt que de pousser les acteurs économiques dans une voie sans issue.

Du côté de l’Etat, les pouvoirs publics peuvent toujours tenter de porter des projets d’infrastructure, ce qui peut avoir du sens. Mais dans la logique actuelle de baisse de dépenses, le sujet est largement compromis.

Au regard de l'ordre du jour de ce séminaire, les priorités du gouvernement vous semblent-elles être les bonnes ? 

Encore une fois, l’apprentissage est un complément pour fluidifier l’insertion des jeunes dans l’emploi. Et la question de l’investissement est évidement importante. Mais ces deux points restent simplement subalternes par rapport à l’enjeu réel de cette rentrée. Car ces deux cas sont aujourd’hui une source de déception pour une seule et même raison; il n’y a pas de croissance. Et il n’y a pas de perspectives d’en avoir beaucoup plus dans les années à venir. La cause est le manque de croissance dont le chômage des jeunes et le manque d’investissement ne sont que des conséquences.

L’exécutif ne peut pas se contenter de traiter les sujets secondaires avant d’avoir mené une réelle réorientation de la politique macroéconomique européenne. L’Europe est plongée dans l’acceptation structurelle d’une croissance 0 qu’elle a choisie toute seule. Cette croissance 0 n’est pas une fatalité, elle est le fruit de 20 ans de décisions sur la politique européenne. Un mandat de stabilité des prix pour la BCE couplé avec des règles strictes en matière de déficits est en soi une promesse de croissance 0. Aussi longtemps que cette absurdité ne sera pas abandonnée, la croissance restera ce qu’elle est en Europe. Et le gouvernement pourra à nouveau organiser des assises de l’investissement, un Grenelle du truc, ou une commission bidule, il n’en restera pas grand-chose.

Quels sont autres chantiers qui mériteraient l'attention du gouvernement ? Sont-ils suffisamment investis ? 

Le chantier européen. Et non, l’exécutif n’est pas suffisamment investi. Parce qu’il est actuellement trop faible et que les conséquences d’un tel chantier sont trop lourdes à porter. Il ne s’agit pas de revenir sur les règles des déficits au sens de Maastricht. Les Etats-Unis viennent de prouver en 2013 qu’il était possible de baisser ses dépenses sans impacter la croissance, mais à la condition qu’une relance monétaire soit mise en place. Le pouvoir monétaire est donc capable d’absorber intégralement les efforts faits par le pouvoir budgétaire en relançant la croissance. Il s’agit donc pour François Hollande d’aller renégocier le mandat de la BCE pour qu’elle puisse agir de la même façon, ce qui est bien entendu inimaginable aujourd’hui. En moins de deux ans, le Président est devenu politiquement inaudible à l’échelon de la zone euro, il paraît donc un peu fragile pour négocier le plus gros dossier européen. Mais le mode de gestion de l’euro est une catastrophe économique et sociale qu’il faudra remettre en cause un jour ou l’autre. Et bien entendu, pour pouvoir négocier un nouveau mandat tout en étant crédible, il faut être prêt à en affronter les conséquences. Et là, nous sommes bien loin des assises de l’apprentissage.

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

02.

Alerte au déficit : ce que personne n’ose vraiment rappeler sur les hypothèses de travail du Conseil d’orientation des retraites

03.

Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée

04.

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

05.

Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

07.

LREM voudrait (a)battre Pécresse en Ile-de-France ; Macron, le décideur solitaire ; L'Express enquête sur le danger des militants armés de l'ultra-droite ; Rachida Dati s'exempte du logo LR ; Valeurs actuelles dézingue la "machine infernale" de Barthès

01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Ségolène Royal pourra-t-elle échapper à une saisine du Parquet national financier ?

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

01.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

02.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Je nique Conrad et... ceux qui l'écoutent

06.

Quel réel bilan énergétique et environnemental quand vos ados écolos imposent leurs exigences à la maison ?

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Professore
- 01/08/2014 - 15:27
Recidiviste permanent
L'auteur entonne son refrain favori qui fait de la politique monétaire européenne, prévue par les traités, la cause de tous nos maux. S'il veut démontrer que lorsqu'on dépense plus qu'on gagne, on vit mieux, ce n'est pas la peine de l'écrire. En 2009, sous le précédent quinquennat, la France avait réalisé un de ses plus grands déficits budgétaires en temps de paix.... pour un supplément de croissance estimé à 0,5% par la Cour des Comptes.
Pour l'apprentissage, je suggère à l'auteur de comparer le nombre de documents à remplir en France et en Allemagne pour accueillir un apprenti et le nombre d'organismes qui peuvent contrôler l'application de la réglementation. Le système va bientôt être étendu aux stages avec une loi qui va rendre la tâche impossible aux établissements d'enseignement supérieur. Des dizaines de milliers d'heures de travail administratif attendent chaque université.
Excellentes réflexions de Benvoyons, voir la réflexion de Ezra Suleiman "Les grandes écoles sont à la France ce qu'étaient les institutions chargées de former les cadres du parti dans les pays communistes". Il y a sans doute un lien entre l'endogamie de nos élites parisiennes et nos performances.
Benvoyons
- 01/08/2014 - 11:17
La grande différence avec l'Allemagne elle tient seulement à
l’Éducation Nationale. En Allemagne le scolaire est ouvert vers l'entreprise. Même que les enfants des écoles vont faire des décorations (des fresques dans les entreprises) pendant la partie Artistique. Cela est fait après des visites d'entreprises avec leurs profs.Vous n'allez pas voir des profs qui vont distiller dans les esprits des enfants qu'ils seront exploités.
Dans les entreprises Allemandes et bien un ouvrier avec un petit diplôme ne sera pas mis à part et l'on tient compte de ses remarques sur le poste qu'il occupe, même que si les remarques et son analyse prouvent qu'il a une bonne philosophie positive pour le progrès dans l'entreprise il va suivre un cursus interne et progresser dans la hiérarchie de l'entreprise. Car en Allemagne le diplôme n'est pas tout. Un autodidacte peut aller vers un poste de cadre sans que la hiérarchie s'en offusque, puisque cela fait partie de la vie et de la bonne santé mentale de l'entreprise. L'esprit ( l'esprit d'entreprendre, de qualité,de réussite de l'entreprise) dans l'entreprise est en permanence suivi par la les cadres.
Mais cette esprit est aussi donné dans les écoles en Allemagne.
Benvoyons
- 01/08/2014 - 10:54
Ce que les Politiques n'ont jamais compris et encore moins le FN
(est que " l’abus de pouvoir" ) Politique (encore plus par les Fonctionnaires) sur l'économie et bien ne marche jamais car le Fonctionnaire ne créé rien) la politique doit et seulement faciliter (donc les vannes de la création donc de la Liberté), accompagner, soutenir, mais ne peut et ne doit jamais DICTER. La France Fonctionnaire veut s'occuper de tout pour le simple plaisir de montrer son pouvoir. La Fonction Public ne cherche que l'imposition de leurs ÉGOS sur le peuple, sur le peuple entrepreneur, sur le marché. En fait c'est de la DICTATURE ÉTATISTE DES ÉLITES FONCTIONNAIRES. Dés que quelque chose marche et bien en France le Fonctionnaire verrouille, prend,empêche, car tu réussis. Le gros problème de nos Fonctionnaires est qu'ils confondent quant il y a des dévoiements, les CONTRÔLES nécessaires, et empêcher que cela se reproduisent. Donc si vous empêchez tout et bien vous éteignez tout, et donc plus d'économie. Mais pour nos ÉGOS Fonctionnaires cela ne peut, il faut qu'ils dominent tout avec suffisance, même si cela doit rendre la France exsangue.