En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
La quartier de Barbès à Paris.
Zone de non-droit
Far West dans le 18ème arrondissement de Paris : quand la police craque dans des quartiers qu'elle ne contrôle plus
Publié le 23 juillet 2014
Samedi 19 juillet dans le quartier de Barbès une manifestation pro-palestinienne - pourtant interdite par le ministère de l’Intérieur- a dégénéré. Des scènes de guerre opposant police et manifestants ont eu lieu. Pour la seule compagnie CRS n° 31, 34 de ses membres, soit la moitié de l’effectif, ont été fortement contusionnés. Déjà le 2 juillet, 2 à 300 personnes avaient caillassé les forces de l’ordre, dans une indifférence quasi générale. La violence s'installe-t-elle à Paris ? Retour dans le deuxième volet de notre série sur cette incroyable journée au cours de laquelle deux policiers ont failli perdre la vie.
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samedi 19 juillet dans le quartier de Barbès une manifestation pro-palestinienne - pourtant interdite par le ministère de l’Intérieur- a dégénéré. Des scènes de guerre opposant police et manifestants ont eu lieu. Pour la seule compagnie CRS n° 31, 34 de ses membres, soit la moitié de l’effectif, ont été fortement contusionnés. Déjà le 2 juillet, 2 à 300 personnes avaient caillassé les forces de l’ordre, dans une indifférence quasi générale. La violence s'installe-t-elle à Paris ? Retour dans le deuxième volet de notre série sur cette incroyable journée au cours de laquelle deux policiers ont failli perdre la vie.

Pour lire le premier volet, cliquez ici

 

Il nous manque 150 policiers…Stop. Nous avons le sentiment d’être abandonnés par notre hiérarchie… Stop. Nous en avons assez de voir que moins de 20% des interpellés seulement soient déférés au Parquet… Stop  Nous en avons assez de nous faire insulter et agresser… Stop… Tel est à coup sûr le télégramme qu’aimerait envoyer plus d’un fonctionnaire au Préfet de Police ou au ministre de l’Intérieur. Il ne s’agit là pas d’une fiction, mais bien d’une réalité. Accablante. Que personne ne peut contester. Elle existe dans l’un des arrondissements les plus sensibles de la capitale, le 18ème. Là où se trouve l’un des commissariats centraux les plus importants de Paris avec ses 500 fonctionnaires. Là où, au début du mois de juillet, se sont produits de graves incidents dans cette Zone de sécurité prioritaire (ZSP) située entre la Porte de la Chapelle, Barbès et la station de métro Château Rouge. Autant d’incidents quasi occultés par la hiérarchie policière… sans doute pour ne pas affoler la population. Dans le 18ème arrondissement, entre 30 et 40 personnes sont interpellées chaque jour. Pour trafic de stupéfiants, recel, vente à la sauvette, bagarre à l’arme blanche, conduite sans permis et en état d’ivresse, vol à la portière, parfois même pour exercice illégal de la médecine… Bien souvent, ces clients, souvent jeunes- 15 -16 ans - sont rapidement relâchés pour revenir dans les locaux du commissariat central ou de l’antenne située à la Goutte d’Or. Tel est le cas de ce jeune garçon de 15 ans, haut comme trois pommes, dealer bien connu qui gagne entre 600 et 1 000 euros par jour. Périodiquement, il fait un tour au 79 rue de Clignancourt, siège du commissariat. Mais le trop plein est tel que l’on ferme le commissariat pendant quelques heures, le temps de conduire les interrogatoires et de rédiger les procédures. De quoi évidemment donner le blues à ces flics qui pourtant, ne ménagent pas leur temps pour chasser le délinquant et montrer qu’ils n’ont qu’un souci, faire leur travail, assurer le calme et la tranquillité sur la voie publique.

Encore faut-il en avoir les moyens en effectifs et que la hiérarchie fasse corps avec la troupe. Or dans le 18ème arrondissement, le courant passe mal avec le commissaire central. On le juge hautain. Peu liant avec ses hommes. Certains lui reprochant de se balader en civil sur la voie publique, pour surveiller, tel un maître d’école, les fonctionnaires de police… Ambiance ! Et comme s’ajoutent des conditions de travail déplorables doublées d’agressions émanant de bandes qui n’ont peur de rien, -  on comprend, dit Philippe Capon, le secrétaire général de l’UNSA police que la grogne monte. Et de préciser : "depuis une dizaine d’années,  on assiste à un phénomène nouveau : nombre de  petits délinquants plus ou moins jeunes, considèrent la police comme  illégitime." Ce qui s’est passé le 2 juillet dernier, dans une relative indifférence, - on espère que le ministre de l’Intérieur en a été informé - est à cet égard révélateur. Ce jour-là,  en fin d’après-midi,  deux  gardiens de la paix, en patrouille boulevard de la Chapelle sont appelés pour une bagarre au couteau qui se déroule entre sept individus au 96 boulevard de La Chapelle. Illico, ils s’y rendent. Bizarrement, il ne se passe plus rien. Sauf que 300 personnes sont regroupées place Caplat – lieu du "marché aux voleurs", nous en avons parlé - à proximité du 96. Atmosphère électrique. Une cinquantaine d’individus semble très énervée. Peut-être à cause d’un différend. Les deux policiers approchent. Aperçoivent des vendeurs à la sauvette qui présentent des vêtements de marque, des GPS, téléphones portables, et autres bijoux. A peine ont-ils décidé d’en contrôler un, que la situation se tend. L’individu se rebiffe. Sèchement. Harangue la foule. Laquelle gronde, insulte et s’approche des deux policiers. Qui se retrouvent face à une cinquantaine de personnes. Que faire ? Les deux fonctionnaires décident alors d’utiliser un produit incapacitant, tout en prenant soin  d’éviter femmes, enfants et personnes âgées… C’est alors qu’un homme d’une trentaine d’années, plutôt petit, vêtu d’un survêtement cherche le contact physique avec les fonctionnaires de police. Là, c’est trop. C’est la course contre l’agresseur. Qui zigzague entre les voitures qui passent boulevard de la Chapelle. Se dirige vers la station de métro Barbès. Avant de faire demi-tour. Bientôt, une meute de gens présente place Caplat – "le Marché aux voleurs"- se met à poursuivre les deux gardiens de la paix ! Qui eux-mêmes cherchent à attraper l’homme en survêtement… Lequel est finalement arrêté à 17 heures 05.  En sa possession, une arme blanche. On tente de le menotter. La foule grossit. Les insultes pleuvent. Les policiers finissent par être encerclés. L’un des deux fonctionnaires se voit contraint d’utiliser sa bombe lacrymogène. Une partie de la foule recule, s’armant de projectiles.  Des pavés sont lancés contre les policiers, dont l’un tient l’homme en survêtement entravé par les menottes. Une énorme boîte de conserve est à deux doigts d’atteindre un gardien.  Un individu casqué lance une matraque télescopique en direction d’un des deux policiers. C’est la matraque qu’il a perdue il y a une demi- heure… Il l’a récupère et la remet sur son ceinturon. Scène surréaliste. Quasiment inconnue à ce jour dans les rues de Paris. Les deux policiers se trouvent pris dans un piège terrible. Ils ont beau utiliser leurs produits incapacitants, rien n’y fait. La foule se trouve à quelques mètres. D’énormes pavés, des bâtons continuent de tomber. Le drame semble inévitable. L’un des gardiens décide alors de faire usage d’une GMD, en clair une grenade manuelle de désencerclement en direction du groupe d’individus le plus déterminé, qui se trouve sur le terre-plein du boulevard de La Chapelle. Il y va de leur survie, mais aussi de l’homme interpellé. Il est environ 17 heures 30. Les deux policiers, retranchés dans l’entrée d’un bar situé au 88 boulevard de La Chapelle, - demandent des renforts par radio. Très vite, ils arrivent. En tout une trentaine de fonctionnaires. Force est restée à la loi, comme on dit. Il était temps.

 

Une seule personne sera interpellée : celle qui a lancé le bâton télescopique contre l’un des policiers. Le gardien de la paix chargé de relater ces faits ahurissants, écrira dans son rapport que ses collègues ont échappé à la  mort ce 2 juillet… On reste ébahi par ces scènes qui ont secoué le quartier de Barbès-La Chapelle. Un miracle qu’aucun bain de sang n’ait été versé. Incontestablement, les deux policiers ont fait preuve, pendant des heures, d’un étonnant sang-froid. Quoiqu’il en soit, un tel évènement montre qu’un quartier de Paris éprouve toutes les peines du monde à respecter le droit, condition essentielle du vivre ensemble. Trafics en tout genre, agressions, vols, tel est son mode de vie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
02.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
03.
Montée du Brexit Party dans les sondages : Le Royaume-Uni en voie de s'enfoncer dans l'une des plus graves crises politique de son histoire
04.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
05.
La Chine est désormais le premier partenaire commercial de l’Allemagne et voilà ce que ça change pour l’Europe
06.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
07.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
01.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le Monde a découvert une nouvelle et grave pathologie : la droitisation des ados !
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
06.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Tobela
- 24/07/2014 - 12:16
Il ne faut pas exagérer !
C'est excessif stigmatiser tout le 18 ème par rapport à un mini secteur qui est encore un peu "chaud" mais en pleine évolution. Beaucoup de jeunes cadres qui travaillent et qui réussissent s'installent dans ces quartiers, où l'immobilier est encore accessible.
Il y a là une méconnaissance du devenir de ces quartiers, remember le Marais, les Halles, etc...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 23/07/2014 - 17:54
Nouvelle contribution après disparition de la première
Il est trop tard pour les regrets, les faits sont là: l'Islam est bien a 1ère religion dans notre pays, et il faudra bien s'y faire.( 6 millions de praticants contre 3 millions). C'est pour cela que les juifs quittent en masse notre pays, car personne ne peut plus leur assurer le minimum de sécurité.
Alors Marine a beau hurler elle n'a aucune solution à proposer.
La seule envisageable, la dilution au sein d'une nouvelle Europe comprenant la Russie et 700 millions de personnes partageants les mêmes valeurs.
Pessimiste actif
- 23/07/2014 - 16:55
Le moment de vérité.
Ah, la belle guerre civile qui vient...