En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
Barbès, nouveau lieu où la violence s'installe ?
Terreau de feu
Jours tranquilles à Barbès : quand le quartier n’est pas en feu, marché aux voleurs, drogue et vols à la portière animent le 18ème arrondissement
Publié le 23 juillet 2014
Samedi 19 juillet dans le quartier de Barbès une manifestation pro-palestinienne - pourtant interdite par le ministère de l’Intérieur - a dégénéré. Des scènes de guerre opposant police et manifestants ont eu lieu. Pour la seule compagnie CRS n°31, 34 de ses membres, soit la moitié de l’effectif, ont été fortement contusionnés. Déjà le 2 juillet, 2 à 300 personnes avaient caillassé les forces de l’ordre, dans une indifférence quasi générale. Ce qui témoigne de la violence de l’affrontement ce 19 juillet entre 15h40 et 18h25. La violence s’installerait-elle à Barbès ? Premier volet.
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Gaetner est journaliste d'investigation chez Atlantico. Il a été journaliste aux Echos, à la Vie française, au Point et de 1986 à 2009, rédacteur en chef adjoint à L'Express, chargé de l'investigation.Il est l'auteur de La...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Samedi 19 juillet dans le quartier de Barbès une manifestation pro-palestinienne - pourtant interdite par le ministère de l’Intérieur - a dégénéré. Des scènes de guerre opposant police et manifestants ont eu lieu. Pour la seule compagnie CRS n°31, 34 de ses membres, soit la moitié de l’effectif, ont été fortement contusionnés. Déjà le 2 juillet, 2 à 300 personnes avaient caillassé les forces de l’ordre, dans une indifférence quasi générale. Ce qui témoigne de la violence de l’affrontement ce 19 juillet entre 15h40 et 18h25. La violence s’installerait-elle à Barbès ? Premier volet.
  • Pour la seule journée du 1er juillet, une vingtaine de "vols à la portière" a été recensée à Barbès dans le 18e arrondissement de la capitale.
  • On trouve tout au "Marché aux voleurs" : des survêtements Lacoste à 20 euros et vélos Décathlon à 50 euros
  • A la station de métro Château Rouge, on trouve du crack…  A 10 ou 20 euros le pochon. Payable en… ticket restaurant !

 

Sur le boulevard de La Chapelle, pour la seule journée du 1 er juillet, une vingtaine de "vols à la portière" a été recensée. Le principe est simple : un premier individu se poste à un feu rouge. Guette une voiture conduite par une seule personne et hop ! un complice ouvre la porte avant droite pour saisir un sac imprudemment posé sur le siège. Parfois, c’est le conducteur – plutôt la conductrice – d’un scooter qui se voit délester d’un objet… Cette mésaventure, une jeune femme en a fait les frais. Arrêtée à un feu rouge avec son scooter, un sac à main sur ses genoux laissant apparaître des écouteurs blancs d’un Iphone, elle ne pouvait que susciter des convoitises… Ce qui est arrivé, quand selon le rapport de police, "un individu, vêtu d’un jean bleu, d’un sweat à capuche et d’une sacoche noire", a alerté un complice sur l’aubaine. Ce dernier a fait ni une ni deux : il s’est emparé de l'Iphone. Hélas, pour eux, la police veillait. Ils ont été pris en flagrant délit. Ils sont SDF. Tous deux disent être nés à Tunis et déclarent ne pas avoir de pièce d’identité. Pas moyen de vérifier. Celle qu’il donne atteste qu’ils sont, comme on dit, inconnus des services de police. Ils ne risquent rien. Jusqu’à une prochaine interpellation. A peu près au même moment, non loin de là, près de la Place Caplat, la conductrice d’un véhicule utilitaire rouge, est bloquée dans la circulation.

Un jeune homme, T Shirt et Short noir le surveille depuis quelques minutes. Quand, subitement, il ouvre la portière avant droite, et s’empare violemment d’un objet qui se trouve sur la conductrice…Puis, il prend la fuite. Direction : la rue de la Goutte d’Or. Les policiers, qui étaient en planque, courent après l’auteur du forfait. Non sans mal, ils le rattrapent. Le saisissent par le bras. L’homme met la main dans son short, en sort une chaîne en métal jaune et la lance dans la foule. Il se débat. Tente de prendre la fuite. Les policiers ne le lâchent pas. La foule grossit. Très énervée. Le délinquant demande qu’elle l’aide. Et le libère. Une centaine d’individus commence à charger la dizaine de policiers présents. Qui ont droit à des projectiles. Un individu lance une bouteille contre un brigadier. Un miracle si elle rase son visage avant d’éclater. L’individu en question, parvient à prendre la fuite, sans être interpellé. Mais il est identifié par un policier. Sans doute, est-il familier du lancer de bouteilles contre la maréchaussée. Des renforts arrivent. Le calme revient. Quant à l’agresseur à la voiture rouge, un SDF de 17 ans, sans papier d’identité, il fera un petit tour au commissariat avant d’être relâcher et de retrouver la rue et des victimes potentielles…

 

Il est environ 19 heures ce 1 er juillet. Comme chaque jour, l’animation s’intensifie à quelques mètres de la Place Caplat. C’est là que s’est installé le "Marché aux Voleurs". Comme son nom l’indique, on n’y trouve que de la marchandise obtenue dans des conditions louches. Soustraites à autrui frauduleusement. Ici, on trouve des "marchands" originaires du Maghreb, de l’Afrique subsaharienne et depuis peu de Tchétchénie ou de Géorgie. Ce petit monde cohabite en bonne intelligence. En tout, on compte deux ou trois centaines de "marchands" qui proposent des produits à des prix défiant toute concurrence. C’est ainsi que pour 20 euros, on peut s’offrir un survêtement Lacoste, qui dans le commerce coûte dix fois plus ! Pour 50 euros ce sera un vélo Décathlon. Pour 5 ou 6 euros, une mère de famille pourra acheter un paquet de 100 couche-bébés… déjà offertes gracieusement par le Secours populaire français !

En effet, bon nombre de mères généralement de Guinée s’adressent à cette association qui les dépannent ici de couches, là de lait. Quoi d’autre encore ? Des téléphones portables. Des brosses à dents électriques. Des bijoux. Et bien sûr, on trouve les inévitables sacs Louis Vuitton contrefaits. C’est dire qu’on s’affaire beaucoup au marché aux voleurs… Et que l’on n’y rencontre des gens qui ne sont pas nécessairement dans le besoin. On a déjà vu le propriétaire d’une rutilante Jaguar charger pas mal de camelote…D’où viennent-ils tous ces marchands ? Très souvent de la banlieue parisienne, principalement, de la Seine-Saint-Denis, du Val d’Oise et de l’Essonne… Etrange marché en vérité que celui de la Place Caplat. Et dangereux aussi. D’abord parce que règne ici une zone de non droit inacceptable où prospèrent tous les trafics. Ensuite parce que ce marché contamine tout un quartier au bord de l’explosion à chaque fois que les forces de l’ordre interviennent. Enfin parce que ce marché a pris un essor inquiétant avec l’arrivée du printemps arabe en Tunisie, Libye et Syrie et qu’il n’est pas rare d’entendre quelques slogans – comme ces "Vive ben Laden", très éloignés de la conception républicaine qui doit prévaloir en France. Si le "Marché aux voleurs" devrait constituer une des préoccupations majeures des pouvoirs publics, il en est une autre tout aussi inquiétante : le trafic de crack à la station de métro Château Rouge… Chaque jour, des dealers généralement originaires de Guinée et parfois du Sénégal livrent leur dose à des clients qui vivent dans le métro. C’est ainsi que ces vendeurs d’un genre particulier, ayant toujours 7 ou 8 pochons de crack dans la bouche enveloppés dans des restes de sac poubelle, vendent leur marchandise. A un prix raisonnable : 10 à 20 euros, le pochon à des individus totalement out ! Ici, ce sont les gendarmes –2 équipes de 3 à 4 – qui surveillent la ligne. Toujours prêts à surprendre un dealer en flagrant délit de transaction.

Seulement voilà : comme du côté de Barbès-La Chapelle, les interpellations suscitent souvent réprobation et colère des voyageurs du métro. Mais quand un gendarme en explique les raisons, là les usagers se taisent. Comme un signe d’approbation ! Cette activité souterraine, dont le coup de feu se situe entre 18 et 20 heures, entraîne souvent des coupures de courant sur la ligne, certains consommateurs voire dealers ayant tendance à se réfugier le long des rails. Ce trafic est si important qu’il n’est pas rare de sentir le crack à la sortie de la station de métro Château-Rouge, ce qui n’est pas forcément conseillé pour les bébés qui se promènent en poussette avec leurs mamans ! Toujours non loin du métro, un autre va et vient troubler, surtout en fin d’après- midi, la voie publique : c’est celui des prostituées nigérianes – on en dénombrerait environ 80- qui se livrent au racolage. Après un rituel petit tour au commissariat, elles sont relâchées et reprennent leur travail… Ainsi se passe la vie quotidienne dans ce quartier de Paris. Avec ses codes. Ses coutumes. Pas vraiment conformes à la loi. Les patrons des magasins de sports aux alentours ne le démentiront pas. Eux qui souvent, assistent, impuissants, aux vols de survêtements de marque ou de chaussures de sport. Pas davantage de démentis du côté des quelques pharmacies dévalisées de produits de toutes sortes –laits pour bébés, couches- par des femmes Tchéchènes qui camouflent leurs larcins sous des robes très amples…Aujourd’hui, le 18ème arrondissement semble chaque jour au bord de l’embrasement. Le climat y est tendu. Cet après-midi du 20 juillet doit être un avertissement pour les pouvoirs publics. Grâce au sang- froid et à l’excellent travail des policiers de terrain et des gradés de la police, le pire a pu être évité. Hélas ! Chaque jour, alors que leur mission est difficile à accomplir sur l’ensemble du territoire, ils sont trop souvent montrés du doigt. L’opinion comprend mal que des individus interpellés se retrouvent dans la nature. A l’antenne de la Goutte d’Or, on a vu un délinquant revenir 17 fois en un laps de temps très court ! La Justice se doit impérativement de réagir et de sanctionner toute infraction. C’est ce qu’attendent les policiers et les citoyens.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
02.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
03.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
04.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/07/2014 - 21:23
@pale rider ce ne sont pas les manifs
qui font monter le FN (qui est plutôt faiblard dans la ville de toutes les manifs: Paris), mais la conscience pour les Français soudain lucides d'avoir très très mal votés, depuis quarante ans!
pale rider
- 22/07/2014 - 15:45
bon , rien de tel qu'une bonne manif pour
1- faire monter le fn
2- faire baisser l'immo à Paris
3- dessiller les yeux des bobos malcomprenants
4- donner un petit coup de pouce à une économie en berne via la technique dite de "la vitre cassée" chère aux keynesiens et aussi au disciple de Zorg dans le 5e élément.
finalement il a des idées GrosMou 1er , pasdbol c'est pas les bonnes .
jmpbea
- 22/07/2014 - 15:24
C'est là qu'elle va acheter ses fruits...
Pommes...bananes etc....donc pour elle, ces petits jeunes sont des gamins joueurs qui ne pensent pas à mal....pauvre France...