En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Reuters
Le gouvernement fait une erreur de diagnostic économique.
C'est grave docteur ?
La lourde erreur de diagnostic économique qui plombe la zone euro
Publié le 20 juin 2014
La Banque centrale européenne et le gouvernement s’accordent sur un point : les entreprises n’ont pas accès au crédit et il faut remédier à cette situation. Pourtant, une telle vision est réductrice de la crise actuelle que traverse l’Europe. La confusion règne autour de la politique monétaire européenne au moment même où le FMI réclame une intervention plus forte de la BCE, sur le modèle américain de l’assouplissement quantitatif.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Banque centrale européenne et le gouvernement s’accordent sur un point : les entreprises n’ont pas accès au crédit et il faut remédier à cette situation. Pourtant, une telle vision est réductrice de la crise actuelle que traverse l’Europe. La confusion règne autour de la politique monétaire européenne au moment même où le FMI réclame une intervention plus forte de la BCE, sur le modèle américain de l’assouplissement quantitatif.

Le diagnostic du Gouvernement : les banques ne prêtent pas

Le mardi 10 juin 2014, Arnaud Montebourg  déclarait : "Il est nécessaire que la France décide de se passer de son système bancaire". La vision ici défendue par le ministre de l’Economie est que le secteur financier français serait coupable de ne pas prêter suffisamment aux entreprises, et notamment aux plus petites d’entre elles. Cette carence de financement serait la cause du marasme économique actuel. La question posée est essentielle, si ce n’est véritablement déterminante.

La semaine passée, la Banque centrale européenne annonçait (notamment) la mise en place d’un nouveau plan de soutien à l’économie, baptisé TLTRO (Targeted Long Term Refinancing Operations). Ce plan vise à offrir des conditions attractives au secteur financier si celui-ci veut bien se résoudre à prêter aux entreprises non financières. Autrement dit, à " l’économie réelle ". Cette action de la BCE a été saluée aussi bien par Arnaud Montebourg, Michel Sapin, Manuel Valls que par François Hollande. Une mesure qui rejoint la phrase précitée d’Arnaud Montebourg du mardi 10 juin, car elle vise à augmenter l’offre de crédit disponible aux entreprises. Ce qui est donc ici pointé par tous est un problème d’accès au crédit, c’est-à-dire d’offre de crédit.

Une telle vision est pourtant à prendre avec des pincettes. Car il s’agit peut-être d’une cause fondamentale de l’incapacité de l’Europe à sortir de la crise. Une confusion entre deux notions : monnaie et crédit.

>>> A lire également en deuxième partie de cet article: LTRO 0 - QE 1 : pourquoi c’est d’un quantitative easing de la BCE dont nous avons vraiment besoin

Des agents économiques qui cherchent à réduire leurs dépenses

La situation économique européenne traduit une volonté collective de "faire attention", de réduire ses dépenses, de baisser les coûts et les salaires etc. c’est-à-dire une volonté "d’économiser". Que ce soit pour les Etats, pour les banques, pour les entreprises, ou pour les ménages, chacun y va de son plan d’austérité.

Monsieur X avait l’habitude d’aller au restaurant du coin pour son déjeuner. Mais le contexte économique est morose. Il craint pour l’avenir et décide de ne plus dépenser cet argent. Par cette action, Monsieur X réduit ses dépenses. Son incertitude face à l’avenir le pousse à un faire un choix. Ce qu’il ne veut pas, c’est dépenser. Mais il s’agit ici d’une définition négative qui ne renseigne que sur ce qu’il ne veut pas. Et que veut Monsieur X ? Garder son argent. Et "garder son argent", cela se traduit en termes économiques en une "hausse de la demande de monnaie". Une baisse de dépenses est donc la conséquence d’une hausse de la demande de monnaie. Une situation  qui se reflète sur l’ensemble de la zone euro.

Ce phénomène permet de citer l’économiste américain Leland Yeager qui indiquait dès les années 50 : "Une dépression est un excès de demande de monnaie, dans le sens que le public souhaite détenir plus de monnaie qu’il n’en existe." (A cash balance interpretation of depression. Leland Yeager ).

En partant d’un tel constat, quel sera le comportement d’agents économiques qui souhaitent "détenir plus de monnaie qu’il n’en existe" ? Comme cela est dit précédemment, la première conséquence sera de réaliser le maximum d’économies, de couper dans les dépenses. Une deuxième solution serait de contracter un crédit. Mais dans la réalité, il est assez rare de croiser le cas d’une personne qui emprunte dans le seul but de " détenir de la monnaie ", c’est-à-dire dans le but de ne pas dépenser le montant emprunté.

Voilà pourquoi une augmentation de l’offre de crédit comme elle est demandée par Arnaud Montebourg,  et exaucée la semaine passée par la BCE, ne permet pas de résoudre les problèmes actuels de l’économie européenne. En effet, augmenter l’offre de crédit pourrait être logique si les acteurs économiques manifestaient une réelle volonté d’emprunter plus. Or, les agents économiques ont pour habitude d’emprunter pour consommer ou investir, et non, encore une fois,  pour répondre à un besoin de " détenir plus de monnaie ". Une hausse de la demande de crédit ne découle tout simplement pas du même phénomène économique qu’une hausse de la demande de monnaie.

Plus de crédits : une réponse inadaptée au contexte

Ainsi, l’augmentation de l’offre de crédit pourrait bien être une réponse dans une économie dominée par la volonté de consommer plus et d’investir plus, mais le contexte actuel ne ressemble manifestement pas à cette hypothèse. Il reste à rappeler qu’entre le premier trimestre 2008 et le premier trimestre 2014 ; la croissance totale de la zone euro est toujours négative de -2.6%. Aux Etats-Unis, le "trou" de la crise a été comblé depuis le 2e trimestre 2011. Pour le contexte actuel, et comme le rappelait le Sentix Group Research en début de semaine passée : "Il s’agit de la seconde baisse consécutive pour la zone euro. Les investisseurs jugent la situation actuelle comme étant bien pire que lors des mois précédents. Leurs prévisions à 6 mois sont également à la baisse." Le 5 juin dernier, la dégradation par la BCE des anticipations de croissance en zone euro  à 1% pour 2014 enfonce le clou. Le sentiment dominant ressemble bien plus à une volonté de réduire les dépenses qu’à l’euphorie. Il s’agit là de la différence cruciale entre un contexte de hausse de la demande de monnaie et un contexte de hausse de la demande de crédit.

En augmentant l’offre de crédit, l’Europe donne à boire à un âne qui n’a pas soif. Bien entendu, il peut exister des cas ou les petites et les moyennes entreprises sont bloquées dans leurs projets, dans leur volonté d’embaucher, pour se développer, mais il n’est pas soutenable de prétendre qu’il s’agit d’un phénomène global et dominant dans l’Europe actuelle. Une meilleure offre de crédit permet de soulager les entreprises confrontées à une telle situation, mais ne traite en rien le problème majeur de la demande de monnaie. Si l’Europe offre à la crise une réponse par le "crédit", les Etats Unis, entre autres, ont opté pour une réponse par la "monnaie". Le pays a en effet procédé à une augmentation de la quantité de monnaie disponible à travers différentes actions menées par sa banque centrale.  Et ce, de façon prioritaire.

Les résultats sur l’économie réelle

En agissant de la sorte, le sentiment des acteurs économiques a basculé aux Etats Unis. Au cours de la crise, la volonté dominante était de tout "économiser", de licencier, de tailler dans les dépenses,  et traduisait ainsi une même "préférence pour la monnaie" que celle que nous connaissons dans l’Europe actuelle. Mais la FED est venue répondre à cette demande en donnant à l’économie ce dont elle avait besoin : une augmentation de la quantité de monnaie. Parce que les marchés financiers sont une machine à anticiper, une telle action de colmatage a été immédiatement prise en compte : puisque la cause du marasme se dissipe, les agents économiques n’ont plus de raison de réduire leurs dépenses. Les révisions à la hausse des anticipations de croissance se succèdent, et l’économie repart.

La comparaison entre la technique mise en place aux Etats Unis et celle mise en place en Europe peut se résumer à l’observation de la croissance du PIB à prix courants (en tenant compte de l’inflation) depuis 2008, aujourd’hui plus de 10 points séparent les deux zones.

Croissance nominale. Europe / Etats-Unis. Indice base 100 au 1er trimestre 2008.

La recette a été "plus de monnaie" et non pas "plus de crédit" comme a pu le faire la BCE. En octobre 2009, le taux de chômage en zone euro et aux Etats-Unis campait au même niveau : 10% de la population active. Les différences de politique macroéconomique ont décidé de la suite :

Taux de chômage. Europe (rouge) / Etats-Unis (bleu)

Le résultat de l’opération est que la croissance est bien revenue aux Etats-Unis, le chômage baisse, et la dépression s’est dissipée.

En Europe toujours rien, et ce alors même que l’option "crédit" avait déjà été tentée, notamment en 2012 lors de la mise à disposition de 1 000 milliards d’euros de crédit par la BCE, dans un plan nommé LTRO (Long Term Refinancing Operations).

Monnaie et crédit sont liés, mais ils ne sont pas la même chose.

>>> A lire également en deuxième partie de cet article : LTRO 0 - QE 1 : pourquoi c’est d’un quantitative easing de la BCE dont nous avons vraiment besoin

 

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 19/06/2014 - 21:20
Mille milliards de crédit à 1%
donnés aux banques par la BCE. Les banques françaises ont refusé de faire crédit à une miltitude d'entreprises saines qui avaient un carnet de commande bien rempli, les entraînant à la faillite, ce qui a engendré l'augmentation du chômage. Pourquoi la BCE ne fait pas de crédit directement aux états? N'est-ce pas le président Pompidou (que beaucoup font l'éloge) qui a permis aux banques privées de faire crédit à l'état français? Ce même Pompidou qui était actionnaire à la banque Rothchild? Tous ces présidents qui gouvernent, sont remplacés par un autre, ainsi de suite, qui ne pense qu'à eux et leurs copains, sans même réfléchir aux conséquences que leurs actes feront subir aux générations futures. Et ça continu aujourd'hui. Il meurent, viellissent ou n'ont plus leur tête et, un bébé qui vient de naître, se retrouve à devoir à l'état 30000 euros. Un Dalaï Lama à dit: "naitre est en quelque sorte un pas vers la mort". Pour moi, c'est aussi un pas vers Bercy, l'enfer fiscal.
hmrmon
- 19/06/2014 - 16:02
Monnaie versus crédit
À cause de leur longue histoire tourmentée, les Européens sont d'une nature méfiante face au crédit, (gros bon sens) ne sachant jamais trop quelle autre tuile pourrait leur tomber sur la tête et les surprendre culotte baissée, de là, cette tendance, je crois, à thésauriser au max, dès que des nuages un peu sombres apparaissent dans le ciel. Les problèmes économiques de l'Europe relèvent bien plus de sa culture méfiante face à l'avenir que de toute autre chose.
MEPHISTO
- 19/06/2014 - 15:09
Mettons tous les atouts de notre côté
Que la BCE s' inspire de la FED , qui intervient dans l 'économie AMERICAINE, en injectant des liquidités , afin de dévaluer le Dollar , en abaissant les taux d ' intérêts de prêts et de change , sur les marchés financiers mondiaux . ce qui est , en retour , profitable et bénéficiaire pour les entreprises et les exportations Outre-ATLANTIQUE. mais faudrait t-il que les pays de la zone Euro soient , en échange , vertueux en matière de dépenses publiques et de réformes structurelles adaptées à la situation de chaque ; ce qui n ' est malheureusement pas le cas de la FRANCE " version HOLLANDIENNE " de plus , la FED est indépendante des pouvoirs politiques et législatifs , tout comme la FED , mais les premiers sont ,contrairement aux seconds, visionnaires et pragmatiques. il faut donc, à BRUXELLES, du réalisme d' économistes, d 'investissements , d ' innovations et de finances pour l 'activité travail. et en aucun cas des politiques politiciens , des hauts-fonctionnaires et spéculateurs boursiers. et pour finir , mieux protéger nos frontières de SCHENGHEN , par du protectionisme EUROPEEN