En direct
Best of
Best of du 28 novembre au 4 décembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

02.

Macron skie français

03.

Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie

04.

Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable

05.

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

06.

Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café

07.

Loi de Dieu ou loi de la République ? Ce que Jean-Luc Mélenchon feint de ne pas comprendre sur la différence entre l’islam politique et les autres religions

01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

01.

Valéry Giscard d’Estaing, le plus grand président de la Ve République après De Gaulle

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Socle citoyen : l’Assemblée nationale vote pour l’exploration d’un revenu universel qui ne dit pas son nom mais demeure une très bonne idée

04.

Covid-19 : Et si la première cible à convaincre de l’efficacité du vaccin étaient les médecins et soignants eux-mêmes ?

05.

Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger

06.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Qui veut risquer sa vie la sauvera (Mémoires)" de Jean-Pierre Chevènement : heureux qui comme Chevènement a eu plusieurs vies dans sa vie en maintenant la même trajectoire. Un panorama exhaustif de l’histoire de notre pays de 1962 à 2019

il y a 8 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Rachel et les siens" de Metin Arditi : un roman superbe et, évidemment, bouleversant, La Palestine, Israël, le XXe siècle...

il y a 9 heures 29 min
pépites > Politique
Brut.
Emmanuel Macron : « Je n'ai pas de problème à répéter le terme de violences policières mais je le déconstruis »
il y a 13 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand les bracelets se noient dans le marc de raisin et quand les tortues ont l’accent italien : c’est l’actualité décembriste des montres
il y a 15 heures 24 min
light > Loisirs
Bingo
La popularité croissante de “All I Want for Christmas is You” montre que l'industrie de la musique valorise les vieilles chansons
il y a 17 heures 56 min
light > Insolite
Bizarre
Trois étranges monolithes métalliques de 3 m de haut sont apparus aux Etats-Unis et en Roumanie
il y a 19 heures 59 min
light > Social
Convivial et efficace
Une recherche en psychologie montre l'intérêt des discussions devant la machine à café
il y a 20 heures 27 min
pépites > Economie
Coronavirus
Le Fonds de solidarité universel s'arrêtera le 31 décembre annonce Bruno Le Maire
il y a 21 heures 10 min
décryptage > France
Vive nous

Macron skie français

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Société
Placements privilégiés

Record de cagnotte pour l’EuroMillions : et au fait, voilà ce que font les vrais riches quand ils ont 200 millions devant eux

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes puissantes" de Léa Salamé : curiosité et plaisir à la lecture des aveux (en toute honnêteté…) de 12 personnalités féminines, découvrir leur force intérieure, leur parcours, leur influence

il y a 8 heures 58 min
pépite vidéo > Politique
Interview
Retrouvez l’intégralité de l’entretien d’Emmanuel Macron accordé à Brut
il y a 10 heures 29 min
pépites > International
Rebondissement
Ziad Takieddine a été arrêté au Liban
il y a 15 heures 3 min
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : qui de Londres ou de Bruxelles (et de Paris...) prend le plus grand risque dans le bras de fer ?

il y a 16 heures 52 min
décryptage > France
Article 24

Police, manifestants et libertés publiques : les images de violence servent-elles la Vérité... ou de munitions aux combattants de nos guerres idéologiques ?

il y a 19 heures 51 min
pépite vidéo > Economie
Commerçants face à la crise
Nouveau calendrier : Bruno Le Maire confirme le report des soldes d'hiver au 20 janvier prochain
il y a 20 heures 19 min
rendez-vous > Religion
Géopolitico-scanner
Pour une Charte de l'Islam de France : la primauté des lois françaises sur la charia n'est pas négociable
il y a 21 heures 4 min
pépites > Economie
Voyage moins cher
La SNCF envisage de plafonner le prix des billets de TGV en seconde classe
il y a 21 heures 23 min
pépites > Politique
Scandale
Dominique Strauss-Kahn annonce la sortie d'un documentaire sur sa vie à l'automne 2021
il y a 21 heures 37 min
décryptage > Science
Espace

ClearSpace-1 : l’opération anti-débris spatiaux qui sauvera nos satellites (et nos GPS)

il y a 21 heures 55 min
A vos prévisions !

La nouvelle "crise finale" du capitalisme

Publié le 12 août 2011
La fin du capitalisme est annoncée tous les trente ans. Fabio Rafael Fiallo, économiste et écrivain, revient pour Atlantico sur les prédictions erronées de beaucoup d'économistes qui promettent une "crise finale" du capitalisme depuis plus d'un siècle.
Fabio Rafael Fiallo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fabio Rafael Fiallo est économiste et écrivain, ancien fonctionnaire à la CNUCED (Conférence des Nations Unies sur le commerce et le développement). Il est diplômé d’économie politique de l’université Johns Hopkins (Baltimore).  Son dernier ouvrage,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fin du capitalisme est annoncée tous les trente ans. Fabio Rafael Fiallo, économiste et écrivain, revient pour Atlantico sur les prédictions erronées de beaucoup d'économistes qui promettent une "crise finale" du capitalisme depuis plus d'un siècle.

Au début des années 50, une secte qui croyait en l'existence d'ovnis annonça que le monde toucherait à sa fin le 21 décembre 1954, ajoutant aussitôt que des ovnis viendraient chercher ses membres pour les sauver du cataclysme. Finalement, les soucoupes volantes n'arrivèrent pas avant la date fatidique, pas plus, d'ailleurs, que le monde ne disparut. Au lieu d'admettre l'échec de leur prophétie, les membres de la secte prétendirent que, certes, ils s'étaient trompés de date, mais que l'événement annoncé aurait tout de même lieu ultérieurement.

Cette histoire inspira le psychologue américain Leon Festinger pour énoncer sa théorie de la « dissonance cognitive », laquelle traite de la difficulté qu'éprouve un groupe d'individus quand ils doivent reconnaître que leurs convictions les plus profondes ne correspondent pas à la réalité. [1]

La gauche, en particulier l'aile radicale de celle-ci, a elle aussi un problème de dissonance cognitive. Il concerne sa critique du capitalisme et remonte à la prophétie de Marx selon laquelle le capitalisme conduirait à la paupérisation de la classe ouvrière. Cela pousserait le prolétariat, ajoutait Marx, à se rebeller jusqu'à provoquer une crise finale du système.

Les faits ont cependant porté un démenti à la prophétie. Tout au long du XXe siècle, le niveau de vie de la classe ouvrière dans les pays industrialisés eut tendance à s'élever. Si bien que, au lieu de vouloir détruire le capitalisme, les ouvriers cherchèrent à accroître leur pouvoir d'achat et à améliorer leurs conditions de vie au sein de la société de consommation que le capitalisme avait créée.

Les adeptes de la crise finale ne désarmèrent pas pour autant et revinrent à la charge dans les années 70, quand la stagflation (hausse du chômage et inflation à la fois) sévissait sur l'économie mondiale. En ce temps-là, on trouvait partout des articles de journaux expliquant pourquoi et comment le capitalisme venait d'entrer dans sa « crise finale ».

Seulement voilà, leur rêve partit à nouveau en fumée. D'abord, la stagflation parvint à être jugulée par le biais de taux d'intérêt élevés, décidés par le président de la Réserve fédérale Paul Volcker, et de politiques dites de l'offre (« supply-side ») de Ronald Reagan et Margaret Thatcher. Ces dernières encourageaient les investissements et les embauches au moyen de baisses d'impôts et se trouvaient aux antipodes des politiques keynésiennes de relance, lesquelles n'arrivaient pas à sortir l'économie mondiale de la stagflation.

Le spectre de la mondialisation

Plus important encore, arriva à la même époque un phénomène majeur qui consolida le capitalisme aux quatre coins du globe : la mondialisation de l'économie. En fin de compte, au lieu du capitalisme, ce fut le socialisme qui s'effondra comme un château de cartes à la fin des années 80. La nouvelle donne parvint-elle à persuader les adeptes de la « crise finale » de surmonter leur dissonance cognitive en abandonnant leur vaticination ? Eh bien, non. Pour preuve : Leonardo Boff, figure emblématique du marxisme latino-américain des années 60 et 70, vient de proclamer que le capitalisme est entré dans une « crise terminale » - se gardant tout de même de préciser ce par quoi il serait remplacé. [2] Et l'assertion de Leonardo Boff n'est qu'un échantillon du rêve, bien répandu au sein d'une certaine gauche, d'en découdre avec le capitalisme.

Or, en réalité, si la crise actuelle marque la fin de quelque chose, ce n'est pas celle du capitalisme, mais des derniers bastions de l'interventionnisme d'Etat inspiré de la vision économique de la gauche, à savoir :

a)      La politique de crédits faciles et de taux d'intérêt bas promue, d'abord par la loi Community Reinvestment Act de Jimmy Carter (1977), puis par Bill Clinton et par le président de la Réserve Fédérale nommé par ce dernier, c'est-à-dire Alan Greenspan. C'est cette politique-là qui a abouti à la crise des subprimes.

b)      Les plans de relance keynésiens menés à leur paroxysme par l'administration Obama, qui a dépensé des centaines de milliards de dollars dans un plan étatique de stimulation de la croissance (« stimulus package »), lequel n'a eu l'impact escompté ni sur la croissance économique ni sur le taux de
chômage.

c)      L'Etat providence bâti côté européen, lequel, par les ressources qu'il draine et les rigidités du
marché du travail qu'il entretient, n'est pas étranger, tant s'en faut, aux délocalisations industrielles, à la fuite des capitaux et aux niveaux insoutenables de dette souveraine qui plombent l'Europe d'aujourd'hui.

Aussi la solution du problème ne saurait venir de la disparition du capitalisme, mais de la mise en place de politiques économiques réactives aux signaux du marché (« market-friendly ») – comme celles qui firent leurs preuves dans la lutte contre la stagflation des années 80.

Rien dans ce monde n'a vocation à durer éternellement, et le capitalisme ne saurait être une exception. Il n'empêche, ce qui de toute vraisemblance devra quitter bien avant lui la face de la terre - par épuisement et discrédit - c'est la manie de pronostiquer des « crises finales » qui ne s'accomplissent jamais.

--------------------------------------------------------------------------------
[1] Festinger L. (1957), A theory of cognitive dissonance.

[2] "Is the crisis of
capitalism terminal?" - leonardoBOFF.com, 26 juin 2011.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (85)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
L'Impertinent
- 15/08/2011 - 20:03
@caod44
La monarchie n'est pas un système économique mais un régime politique. Par ailleurs, on pouvait prédire sa chute, puisqu'il existait un régime de substitution: la démocratie, qui par ailleurs fonctionnait déjà en Amérique. Quant au capitalisme, où est aujourd'hui le système alternatif? Retourner aux nationalisations, et à la planification, et aux expropriations?
caod4444
- 15/08/2011 - 19:14
Je suppose que
ceux qui prédisaient la fin de la monarchie en France devait être eux aussi "dissonnant" ...Article nul car trop court, juste pour balncer 2 ou trois arguments. Quick and dirty ...
Aie
- 15/08/2011 - 03:14
le prochain capitalisme débridé
la chine et l'inde