En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Impôt sur les hauts revenus

Le ballon d'essai du gouvernement pour taxer les riches

Publié le 05 août 2011
Selon les Echos, la majorité voudrait mettre en place un impôt de 1 à 2% pour les ménages dont le revenu fiscal dépasse 1 million d'euros. Une goutte d'eau de 300 millions d'euros dans la réduction des déficits, qui annonce une tendance bien plus nette à l'augmentation de fiscalité des plus riches.
Jean-Hervé Lorenzi est économiste.Président du Cercle des économistes, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le fabuleux destin d'une puissance intermédiaire (Grasset, 2011). Son dernier livre s'intitule Un monde de violences, l'...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Hervé Lorenzi
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Hervé Lorenzi est économiste.Président du Cercle des économistes, il est l'auteur de nombreux ouvrages dont Le fabuleux destin d'une puissance intermédiaire (Grasset, 2011). Son dernier livre s'intitule Un monde de violences, l'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon les Echos, la majorité voudrait mettre en place un impôt de 1 à 2% pour les ménages dont le revenu fiscal dépasse 1 million d'euros. Une goutte d'eau de 300 millions d'euros dans la réduction des déficits, qui annonce une tendance bien plus nette à l'augmentation de fiscalité des plus riches.

Atlantico : Que pensez-vous des modalités prévues pour ce nouvel impôt (taux faible, assiette large qui inclue les revenus salariaux et patrimoniaux) ?

C'est ce qui va se passer dans tous les pays du monde. Nous sommes confrontés à une crise d'endettement majeure, et il va bien falloir d'une manière ou d'une autre transférer de l'argent entre les créanciers et les débiteurs, entre les contribuables et les Etats, que ce soit sous forme d'augmentation des impôts ou d'inflation.

Cette augmentation des impôts était donc prévisible, mais tout dépend des modalités. Pour l'instant, les pistes de réflexion avancées par le gouvernement sont plus ou moins neutre, mais il est difficile de les commenter tant que ce ne seront pas des décisions.

Quant à la question de savoir si les revenus du capital doivent être intégrés ou non, le débat n'a rien de nouveau, puisque la CSG (Cotisation Sociale Généralisée) les intègre déjà, contrairement aux cotisations salariales. On se dirige aujourd'hui plutôt vers une fiscalité intégrant les deux.

 

Cette annonce a donc été surestimée ?

Non, mais ce n'est pas le jour et la nuit. Aujourd'hui, les revenus du capital et du travail sont déjà taxés. Il s'agit simplement de les rééquilibrer un peu. Il n'y rien d'exceptionnel dans cette affaire !

Cette annonce s'inscrit dans la logique d'une tendance mondiale à la réduction de la dette, qui passe forcément par la réduction des déficits ET l'augmentation des impôts. Cette annonce ne représente pas grand chose en elle-même, c'est une façon de tester des pistes afin de savoir jusqu'où les détenteurs du capital peuvent accepter une taxation. Nous ne sommes aujourd'hui que dans la première phase d'évolution de la société. Si les décisions gouvernementales majeures portaient sur 300 millions d'euros [ce que devrait rapporter ce nouvel impôt, ndlr], ce ne serait pas la peine de faire une pleine page dans Les Echos...

 

Que serait donc selon vous la réforme fiscale idéale ?

C'est très compliqué, il faut regarder de près et prendre du temps pour le préparer. Ce qui est certain, en France comme partout dans le monde, c'est que la fiscalité des revenus les plus élevés sera augmentée.

Il faut en tout cas que la fiscalité porte à la fois sur le travail et sur le capital : un rééquilibrage en faveur du capital va donc inéluctablement avoir lieu. Le problème auquel nous sommes confrontés n'est posé que depuis un mois : nous ne sommes donc qu'au début d'un processus, car une réforme fiscale ne se fait pas en quelques semaines.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

02.

Seniors : cette méthode qui vous permet de profiter pleinement de votre retraite

03.

Une suggestion pour Greta Thunberg : et si pour sauver la planète, on guillotinait les riches ?

04.

Carlos Ghosn : enfin un ami, Francis Ford Coppola !

05.

Arrêt de l’enquête dans les maternités de Fukushima : un non-lieu sanitaire pour le nucléaire ?

06.

Les épargnants français, bipolaires ?

07.

Tempête dans les bénitiers : qui de Salvini ou du pape est le plus catholique ?

01.

Une taxe pour les exilés fiscaux lors de leur départ?

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Pourquoi vous devriez éviter le régime keto

04.

Laeticia Hallyday boit dans la mer (mais pas la tasse) ; Voici trouve Macron très beau en maillot, Point de Vue trouve Brigitte mirifique ; Tout sur le mariage de Jenifer sauf des photos ; Crise de libido royale pour William et Kate

05.

Services secrets turcs : les hommes des basses œuvres du président Erdogan

06.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

G7 à Biarritz : ces inégalités croissantes dans les pays occidentaux dont les progressistes ne veulent pas entendre parler

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

05.

Rencontres diplomatiques : Boris Johnson pourrait-il profiter du désaccord entre Paris et Berlin sur le Brexit ?

06.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
NOVY12
- 06/08/2011 - 08:22
Taxons les oeuvres d'art si chères aux socialistes !!
Taxe sur la plus value à la vente + ISF
Manuman
- 05/08/2011 - 15:56
car effectivement
pendant ce temps, ce sont effectivement les travailleurs et les investisseurs "durables le mot à la mode" qui casquent pour la somme astronomique de ces microbénéfices rapides
Manuman
- 05/08/2011 - 15:54
taxe des transactions suite...
Les mouvement rapides des valeurs se soldent toujours par un écrêtage en faveur de ces parasites. En physique quand on a un phénomène rapide à maîtriser/éradiquer, on met des filtres.. Il faut donc appliquer la même chose ici, filtrer la haute fréquence pour encourager le long terme. Sans doutes que cela n'arrangera pas ceux qui peuvent mettre çà en place...