En direct
Best of
Best Of
En direct
À bout de souffle
L’Union européenne fait la force ? Un argument bien faiblard pour convaincre les eurosceptiques
Publié le 22 mai 2014
Avec Yves Derai
L'Europe actuelle ne constitue pas un véritable atout pour notre pays car elle ne fait que privilégier l’élargissement à l’approfondissement.
Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Derai
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Derai est éditorialiste à Atlantico. Chaque semaine, il écarte les lourds rideaux de velours des palais de la République pour nous en révéler les secrets.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Europe actuelle ne constitue pas un véritable atout pour notre pays car elle ne fait que privilégier l’élargissement à l’approfondissement.
Avec Yves Derai

Les défenseurs de la construction européenne, qu’ils soient du PS ou de l’UMP, éprouvent toutes les difficultés du monde  à emballer la campagne. Pour une raison évidente : leurs avertissements martelés sur toutes les ondes depuis un mois ressemblent furieusement à des éléments de langage préparés par les états-majors des partis, sans souffle, sans conviction. Quels sont-ils ?

 

  • Attention, si le Front national arrive en tête au soir du 25 mai, nous deviendrons la honte de l’Europe.
  • D’ailleurs, si l’on appliquait la principale proposition de Marine Le Pen, la sortie de l’Euro, nous aurions de l’inflation et, de fait, une perte de pouvoir d’achat.

 

Depuis que la présidente du FN s’est mise à l’économie, elle a pu rôder son argumentation sur ces différents points et parvient, peu ou prou, à noyer les électeurs dans un gloubiboulga de chiffres qui sèment le doute dans les esprits. Et lorsque nos europhiles militants n’agitent pas des chiffons rouges et tentent de présenter l’UE sous un jour positif, ils ressassent la même antienne : pour lutter à armes égales avec la Chine, les Etats-Unis et les pays émergents, il vaut mieux s’unir, former un bloc plus riche, démographiquement plus important, plutôt que de se replier sur soi et de vivre dans la nostalgie d’un monde où la France comptait parmi les grandes puissances politiques et économiques.

Ce dernier argument qui semble relever du bon sens est, à mon avis, très contestable. La sagesse populaire nous rappelle que parfois, "mieux vaut rester seul que mal accompagné". Cette Europe, telle qu’elle s’est construite, privilégiant l’élargissement à l’approfondissement, ne constitue pas un atout pour notre pays, lesté par des pseudos partenaires qui n’ont pas la volonté ou pire encore, pas la capacité de soutenir une véritable stratégie industrielle à l’échelle continentale.

La France, en revanche, qui possède encore quelques champions du monde, n’a aucun complexe à nourrir du fait de sa petite taille ou de son poids démographique. Rien ne nous empêche, par exemple, de développer de l’activité avec les Chinois qui ne se préoccupent jamais de savoir si leurs partenaires sont petits ou grands. Ils collaborent activement, entre autres, avec la Suisse et Israël parce que ces deux nations leurs sont complémentaires. L’Etat hébreu, qui compte parmi celles qui déposent le plus de brevets et accompagne des centaines de sociétés cotées au Nasdaq, fascine les hommes d’affaires de l’Empire du milieu pour sa capacité à innover. Nos voisins helvètes, financiers pragmatiques, multiplient les joint ventures avec les Chinois, boostant ainsi leur croissance et ne s’éternisent pas dans des débats anachroniques sur la perte de souveraineté qu’entraînerait ces investissements venus d’Asie.

En 2009, Daniel Cohn-Bendit, leader des Verts aux dernières élections européennes, avait obtenu 16,28% des voix. L’eurodéputé n’a pas réalisé ce score, historique pour son parti, sur la base de propositions écologiques révolutionnaires, il avait surtout su donner envie d’Europe par une passion et un franc-parler qui manquent cruellement à cette campagne. Cette année, Daniel Cohn-Bendit a décidé d’abandonner son mandat et de mettre sa faconde au service de la prochaine Coupe du monde au Brésil qu’il commentera pour Arte. Personne n’a pris sa place.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Mont Everest : la fonte des glaces fait apparaître de nombreux corps d'alpinistes
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Fumer du cannabis à forte concentration de THC augmenterait les risques de développer une grave maladie mentale
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
07.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
06.
De Christchurch à Utrecht : quel modèle intellectuel pour penser sereinement le grand bouleversement démographico-ethnique dans les démocraties occidentales ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 22/05/2014 - 18:03
Pas de vision, pas de frontières, pas de défense contre les
économies prédatrices, une technostructure paralysante et tatillone, une soumission couteuse aux banques et aux financiers, une guerre économique grandissante à base de dumping fiscal et social, beaucoup de social-démagogie et beaucoup trop d'erreurs (Maastricht, Schengen, circulaires travailleurs détachés etc...), l'UE était déjà très mal partie et le peuple français avait prévenu ses dirigeants en 2005.
Elle finira mal, car elle est irréformable. Il faut tout reprendre à zéro!