En direct
Best of
Best of du 5 au 11 janvier
En direct
Quai Branly
« Attirer les publics qui ont peur des musées »
Publié le 04 juillet 2011
Le musée du quai Branly a cinq ans. Bien plus qu'un réceptacle de l'art africain, il ambitionne d'être une porte d'entrée vers l'ensemble des cultures non-européennes. Son directeur Stéphane Martin nous explique sa démarche de main tendue vers des populations habituellement hermétiques aux musées, afin de décomplexer leurs rapports à la culture.
Stéphane Martin est magistrat à la Cour des Comptes. Directeur du Musée du quai Branly, il est également membre du Conseil International des Musées (ICOM).Il est l'auteur de Musée du quai Branly : là où dialoguent les cultures (Gallimard, juin 2011).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Martin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stéphane Martin est magistrat à la Cour des Comptes. Directeur du Musée du quai Branly, il est également membre du Conseil International des Musées (ICOM).Il est l'auteur de Musée du quai Branly : là où dialoguent les cultures (Gallimard, juin 2011).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le musée du quai Branly a cinq ans. Bien plus qu'un réceptacle de l'art africain, il ambitionne d'être une porte d'entrée vers l'ensemble des cultures non-européennes. Son directeur Stéphane Martin nous explique sa démarche de main tendue vers des populations habituellement hermétiques aux musées, afin de décomplexer leurs rapports à la culture.

Atlantico : Quel est le public du quai Branly ?

Stéphane Martin : Notre public est assez hétéroclite, entre celui du Centre Pompidou et de la Cité des Sciences : on a beaucoup d'enfants et de scolaires, d'habitués des musées, assez peu de touristes par rapport aux autres musées (autour de 30 %), mais surtout beaucoup de gens qui n'avaient pas l'habitude de venir au musée, mais viennent désormais régulièrement au quai Branly. En effet, nous essayons d'aller au devant de publics qui peuvent se sentir intimidés par un musée.

Cela se fait d'une part grâce à des actions au musée lui-même, avec les activités dans les jardins, dont l'accès est gratuit toute l'année, qui sont une première étape pour attirer un public effrayé ; cette année, nous abordons par exemple le thème du nomadisme.

D'autre part, nous allons à l'extérieur, comme à Montreuil, où nous avons monté chaque weekend pendant un mois des activités festives et informatives, afin de distribuer des invitations à aller voir le musée, en offrant la prise en charge du transport et de la visite.

Le lundi 4 juillet, nous organisons par exemple une journée avec la fondation Total dédiée à une quarantaine d'associations qui se consacrent au "public du champ social" (Emmaüs, Entraide et Espoir, Association des Femmes Maliennes de Montreuil...), en recevant toute la journée des relais pour établir des passerelles entre le musée et leurs adhérents.


Les nouveaux publics sont donc à la fois au sein du musée et à l'extérieur...

Absolument. Nous avons par exemple développé des expositions en Corrèze et préparons d'autres projets en région, car nous sommes convaincus qu'en dépit d'une implantation à Paris, un établissement public est au service de toute la France.

Pour l'année prochaine, nous avons par ailleurs commandé à des artistes de différents continents des sortes de containers qui présenteront les éléments symboliques de la culture des quatre continents (hors Europe) et seront installés pendant quelques semaines dans les zones où habitent des gens qui ne vont habituellement pas souvent au musée, afin de les décomplexer en les incitant à venir au quai Branly.

L'idée n'est pas d'offrir une ombre un peu pâle du vrai musée, mais de les faire venir ces publics au quai Branly. D'ailleurs, notre musée présente cette particularité : 40 % de son public français est originaire de Paris intra-muros.


Cela s'inscrit-il dans les principes fondateurs du musée ?

Oui. Contrairement à ce que l'on a pu dire, le quai Branly ne se résume pas à un musée d'art africain qui n'existerait que parce que Jacques Chirac appréciait cet art précis.

Le point de départ du quai Branly est davantage un geste social et diplomatique : Paris passe pour une ville-musée, mais la quasi-totalité de ces musées parlent de la même chose, c'est dire du bassin méditerranéen et du monde judéo-chrétien depuis l'Antiquité. La fonction du musée est de montrer que les huit dixièmes de l'humanité qui ne vivent pas dans cette région ont aussi contribué dans tous les domaines à la création et à la pensée.

Cette mission est très vaste, et nous essayons de la mener à bien auprès d'autres publics que ceux qui ont la chance d'être déjà bien informés sur la vie culturelle parisienne.


Quelles sont les perspectives du musée pour les cinq prochaines années ?

Notre objectif est moins d'augmenter notre fréquentation que d'avoir de vrais usagers, fidèles au musée. Le chiffre qui me fait le plus plaisir, c'est le nombre de gens qui reviennent à Branly. Je souhaite que le plus grand nombre de visiteurs puissent balayer leurs préjugés et regarder les cultures non-européennes avec la même gourmandise que leur propre culture.

J'espère que dans les cinq prochaines années, nous continuerons à nous fondre dans le paysage culturel parisien, et qu'il deviendra aussi naturel de venir au quai Branly que d'allumer sa télévision ou d'ouvrir son journal. J'aimerais que nous devenions l'outil de la population pour regarder à tout moment ce qu'il se passe ailleurs que dans notre propre pays.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
05.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
07.
Attentat de Strasbourg : la vérité émerge sur la cas de Mehdi Chekatt
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Alerte Rouge : après la Chine, Donald Trump entend s’attaquer à l’Europe et voilà pourquoi la France serait bien inspirée de réagir au plus vite
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
03.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
04.
Marine Le Pen : vent en poupe mais… tigre de papier ?
05.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
06.
Oui, il y a “des gens en situation de pauvreté qui déconnent”. Mais voilà pourquoi la question et la solution sont largement ailleurs
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Pas d'autres commentaires