En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
Zone franche
Verts mais libéraux : des Suisses revisitent l’écologie
Publié le 03 juillet 2011
Nicolas Hulot devrait s’installer à Genève : il échapperait simultanément à l’ISF et au sectarisme écologico-politique.
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers livres : Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille (Gaussen, 2018), Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016)  
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hugues Serraf est journaliste et écrivain. Ses derniers livres : Petit dictionnaire (modérément) amoureux de Marseille (Gaussen, 2018), Les heures les plus sombres de notre histoire (L'Aube, 2016)  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Hulot devrait s’installer à Genève : il échapperait simultanément à l’ISF et au sectarisme écologico-politique.

Nicolas Hulot serait né en Romandie plutôt qu'à Lille, il n’aurait aucun mal à remporter une primaire chez les Verts. Enfin, chez les Verts suisses. Ou plus précisément chez les Verts libéraux suisses. « Nous l’apprécions beaucoup et nous avions prévu de l’inviter à faire un tour à Genève s’il venait en meeting en Savoie, assure d’ailleurs Charlie Schwarz, le secrétaire général de la branche locale d’un parti qui passerait pour un ovni de ce côté-ci de la frontière. Il est tout à fait dans la ligne ! ».

Bon, à vrai dire, un écologiste libéral, c’est aussi un ovni en Suisse : le terme est associé à « l’horreur économique » avec le même enthousiasme des deux côtés du lac, même si la berge française demeure un poil plus radicale. « Comme en France, les mouvements écologistes sont nés dans les années 70, portés par des personnalités comme René Dumont, explique Schwarz. Mais ils ont été immédiatement intégrés à la gauche, de nombreux militants trotskistes ayant même pris le contrôle de certains d’entre eux ».

Toujours comme en France, des clivages ont néanmoins fini par naître entre partisans d’une écologie vécue comme l’auxiliaire obligée du parti socialiste et une autre, plus spécifiquement concentrée sur les questions d’environnement et de développement durable. « Vous devez vous souvenir des conflits Lalonde-Waechter dans les années 80, rappelle-t-il. Eh bien nous avons eu plus ou moins les mêmes, jusqu’à ce que nous en tirions les conséquences et que la mouvance écologiste se divise. D’où la création de notre parti ».

De droite et de gauche en même temps ?

S’il n’est pas « de gauche », le parti des Verts libéraux est-il pour autant « de droite » ? « Non, répond encore Schwarz. Nous refusons le slogan « ni droite ni gauche », qui ressemble un peu trop à celui du FN chez vous, car nous lui préférons « de droite ET de gauche » qui permet à l’écologie de transcender ces questions ».

De fait, le parti est avant tout un mouvement libéral au plan philosophique et milite sans ambigüité pour le respect des libertés individuelles et l’évolution vers une démocratie plus aboutie (dépénalisation du cannabis, mariage et adoption pour les homosexuels, parité entre les sexes dans les institutions…). Le thème du revenu universel est également au menu, même s’il conduit aux interrogations pratiques désormais traditionnelles : « Le revenu universel, qui permet de transformer et de simplifier tout le système d’allocations et de prestations, doit-il être offert à tout le monde, provoquant un afflux massif de « tourisme social » ? Faut-il plutôt le réserver aux seuls nationaux, introduisant ainsi une discrimination entre habitants du pays ? Nous disons plutôt qu’il pourrait être proposé aux résidents depuis plus de huit ans… »

Mais Schwarz est également un libéral au sens économique, ce qui n’en fait pas un partisan d’une planète transformée en jungle : « Les gens associent faussement le libéralisme à une forme de néolibéralisme sans régulation, et ce n’est évidemment pas là que nous nous situons. Nous sommes plutôt dans une tradition humaniste qui serait proche du centre-gauche ou des partis radicaux en France et nous croyons à la nécessité d’encadrer l’économie pour la stimuler bien sûr, mais aussi pour l’orienter dans le sens d’un développement réellement durable ».

Pastèques et concombres : quelle salade…

Mesure phare du programme des Verts libéraux helvètes : le remplacement de la TVA par une taxe sur l’utilisation des énergies fossiles. « On n’empêche pas les gens de travailler car nous ne sommes pas pour la décroissance, mais on les incite à changer de méthode ». La décroissance, effectivement, ne fait pas partie de leur vocabulaire et le développement économique est même une priorité : « La Suisse a moins souffert de la désindustrialisation que la France mais, à terme, ce sont tous les pays européens qui doivent se lancer dans ce que nous appelons les "clean-industries", soit tout ce qui concerne le recyclage et la production d’énergies renouvelables ».

Hostiles au nucléaire (ils ne demandent pas la fermeture des centrales mais leur non-renouvellement) ; promoteurs d'une agriculture de proximité sans OGM (ils ne militent pourtant pas contre les OGM dans le contexte de la recherche médicale) ; agacés par les appels aux « économies d‘énergie » et préférant parler de « fin du gaspillage » (on peut conserver son mode de vie en consommant mieux)… Ils n’en exigent pas moins de l’État qu’il soit bien géré, que ses budgets soient à l’équilibre et que le travail soit fiscalement favorisé plutôt que découragé par des effets de seuil…

« C’est sur ce genre de dossier que nous avons un souci avec les écolos traditionnels, qui ont décidé une fois pour toute que la défense de l’environnement était de gauche au sens étroit, explique encore Schwarz. Ici, on parle du combat des pastèques et des concombres : les pastèques sont vertes à l’extérieur et rouges à l’intérieur, les concombres sont verts de partout. Nous, nous préférons le concombre même si ça fait peur aux gens, ces temps-ci… »

Hé hé, Hulot, manifestement, tient lui aussi davantage du concombre que de la pastèque ― même son aura de star de la télé ne lui ayant pas fait prendre le melon. C’est dire. Et si la Norvège brise son rêve politique, il lui restera toujours l’option suisse. Il n’y a pas d’ISF (je rigole, on peut rigoler, non ?) et on a le droit d’y être écologiste sans couper les ponts avec le reste de la société. Ça ferait presque envie.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Achille Supertramp
- 30/06/2011 - 21:18
.
Moi j'ai du mal à comprendre comment être libérale et dire écologiste ? (Borloo à bien essayer en France et on a vu le résultat)
Nico Pedia
- 30/06/2011 - 13:17
Tout ça pour dire que...
avec les écolos français le dialogue n'est pas très ouvert. C'est dommage parce que comme leur nom l'indique ce devrait être les mieux placés pour en parler. Mais comme ils sont un peu radical c'est pas évident évident...
Nico Pedia
- 30/06/2011 - 13:11
Le concombre ça fait parti de la famille des courges...
et la pastèque c'est "l'aliment des dieux"...
Si on pense à "Eva" ça fait rêver http://www.centerblog.net/people/119278-3310099-eva-mendes- "Suédoise" aussi http://www.toobusiness.com/portail/conseil/loisirs/suedoise.htm ça donne envi d'en manger (de la pastèque des dieux) mais en fait si on ouvre les yeux on se rencontre que ce n'est qu'un vulgaire melon pas mûr...dégueulasse!