En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Je te hais, moi non plus
Le nouvel euroscepticisme français : ces anciens pro-oui qui basculent
Publié le 18 avril 2014
Avec
De l'UMP Laurent Wauquiez aux représentants de la Gauche Populaire côté socialiste, les partis traditionnels semblent de moins en moins enthousiastes à l'égard du projet européen. Un fait qui s'appuie sur l'euroscepticisme grandissant de l'opinion et qui renvoie aux difficiles relations qu'entretient la classe politique française avec Bruxelles.
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Quatremer est journaliste.Il travaille pour le quotidien français Libération depuis 1984 et réalise des reportages pour différentes chaînes télévisées sur les thèmes de l'Europe.Il s'occupe quotidiennement du blog Coulisses de Bruxelles.Il est l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De l'UMP Laurent Wauquiez aux représentants de la Gauche Populaire côté socialiste, les partis traditionnels semblent de moins en moins enthousiastes à l'égard du projet européen. Un fait qui s'appuie sur l'euroscepticisme grandissant de l'opinion et qui renvoie aux difficiles relations qu'entretient la classe politique française avec Bruxelles.
Avec

Atlantico : A l'approche des élections européennes de mai, plusieurs représentants des partis majoritaires commencent à distiller un discours critique contre Bruxelles tout en assurant qu'ils restent partisans de l'Europe. Comment qualifier ce discours d'un nouveau genre ? Peut-on parler d'un nouvel euroscepticisme ?

Jean Quatremer : Je dirais que l’on peut plutôt parler ici "d’euro-tiédeur". On constate en tout cas que le débat se situe désormais davantage au sein des partis traditionnels actuellement, tant au niveau de l’UMP que du Parti socialiste, que dans les formations eurosceptiques ou europhobes qui ont toujours été claires sur leurs ambitions dans ce domaine. S’il est difficile d’évoquer directement le terme d’euroscepticisme, on observe effectivement que les représentants des formations de gouvernement ont de plus en plus de mal à assumer la politique qu’ils ont eux-mêmes mis en œuvre. L’Europe telle qu’on la connaît aujourd’hui est pourtant le résultat des mesures qu’ils ont adoptées depuis des années, et ce paradoxe peut en étonner plus d’un… Peut-être voient-ils dans l’Union un bouc-émissaire utile mais cela peut-être vu comme regrettable, en particulier lorsque l’on sait que l’application des plans d’austérités de ces dernières années sont le fait des gouvernements nationaux et non de Bruxelles, comme on l’affirme trop souvent. Dans un registre similaire, on voit d’anciens ministres défendre une Europe réduite alors qu’ils ont pu militer quelques années pour l’élargissement de l’Union à la Croatie. On voit donc bien qu’il ne s’agit pas tant de nouvelles générations politiques en phase d’affirmation, mais bien d’un changement de discours par des responsables déjà installés depuis un certain temps. Quand on sait l’influence que peut avoir la France sur l’orientation de l’Europe, de telles critiques sont assez surprenantes de la part de personnalités qui ont eu des responsabilités en la matière.

On constate ainsi que l’euro-bashing est devenu la norme de la classe politique française, à l’exception de formations minoritaires comme EELV et l’UDI/Modem. C’est bien là l’illustration du développement d’un certain "mainstream" anti-Europe dans le débat public. Plus largement, cette tendance semble refléter une lente avancée des idées du Front national sur l’Europe comme pour l’immigration quelques années plus tôt, et les contradicteurs semblent dans le même temps se faire de plus en plus rares. Il ne s’agit évidemment pas d’affirmer que l’on n’a pas le droit de critiquer l’Europe, mais bien de souligner l’incohérence des personnes qui les portent alors qu’elles auraient eu vingt fois l’occasion de changer la course de cette Europe.

Christophe Bouillaud : Ne pourrait-on pas dire qu'il est "circonstanciel" tout simplement? Nous sommes à l'approche des élections européennes, il faut ramasser des voix auprès d'électeurs qu'on sait être peu convaincus par ce qu'ils conçoivent à tort ou à raison comme les politiques européennes actuelles. La ligne des grands partis de gouvernement (PS, UMP, UDI, Modem) qui sont membres des partis européens dominants (Parti populaire européen, Parti socialiste européen, Parti de l'Alliance des libéraux et démocrates pour l'Europe) est fondamentalement pro-européenne, ils ont fait l'Europe telle qu'elle est, ils la gouvernent de concert au Parlement européen et au Conseil de l'Union européenne, ainsi qu'au Conseil européen, on ne peut donc pas les qualifier d'eurosceptiques, si ce terme doit désigner les opposants à l'Europe actuelle. Par contre, tous ces partis laissent certains de leurs membres jouer avec la rhétorique eurosceptique, nationaliste, anti-européenne, pour remporter les élections, c'est typique d'un discours à la Viktor Orban (Fidesz - PPE), qui vient de gagner les élections hongroises et qui a déclaré au lendemain de sa victoire que la Hongrie ne quittera pas l'Union européenne, justement parce que, maintenant, elle a porté à sa tête un vrai chef national(iste) pour défendre ses intérêts vitaux de nation souveraine. A 100% à la tête de l'Europe, mais aussi à 100% contre l'Europe face aux électeurs, c'est banal que ce double jeu des partis de gouvernement. On ne devrait pas appeler cela de l'euroscepticisme au sens de choix anti-européens, mais parler de l'instrumentalisation de l'eurosceptisme supposé des populations au profit de choix pro-européens. Un peu comme au judo en somme, où on utilise la force de l'adversaire pour le battre. 

A droite, des personnalités comme Xavier Bertrand et Laurent Wauquiez ont récemment proposé des révisions de l'organisation communautaire tandis qu'à gauche des députés socialistes plaident pour une Europe plus sociale. Faut-il y voir le classique retour d'un discours sur une "autre Europe" idéale où s'agit-il bien d'une réelle volonté de changement ?

Jean Quatremer : Qu’il faille améliorer le fonctionnement de Bruxelles et engager de nouvelles politiques, c’est quelque part le rôle de tout débat au sein de l’Union. Ce qui est interpellant dans le discours que l’on entend actuellement, c’est que l’on sent bien qu’il y a derrière une remise en cause de la légitimité même de l’Union européenne. Lorsque l’on dit que l’Europe devrait se refonder sur six pays, c’est un peu comme si l’on disait qu’il faudrait réduire la France à Paris et au Poitou-Charentes pour manifester son désaccord avec la politique de François Hollande… on voit bien les limites d’un tel raisonnement qui marginaliserait des pays qui ont pourtant peu de responsabilités dans les problèmes de l’Europe (Slovénie, Pologne…).

Christophe Bouillaud : A gauche, le discours sur l'"autre Europe" plus sociale est devenu le fond de sauce de toutes les campagnes du PS depuis 15 ans. Simplement, les socialistes français oublient de dire aux électeurs que pour imposer une "Europe sociale", encore faudrait-il que la gauche devienne par miracle très majoritaire au Parlement européen (pas simplement que le PSE devienne le premier parti au Parlement, ce qui est possible en mai 2014), mais qu'il y ait une solide et cohérente majorité de gauche (PSE, Verts, Parti de la gauche européenne) au Parlement européen et au Conseil de l'Union européenne (conseil des ministres), ce qui n'arrivera plus jamais tant que l'ancienne Europe de l'Est n'aura que des forces de gauches trés affaiblies (comme en Pologne ou en Hongrie) ou fortement corrompues (comme en Roumanie ou en Bulgarie). La candidature de Martin Schulz à la Présidence de la Commission, si elle aboutit finalement, ne correspondra au mieux ou au pire selon le point de vue qu'à un mouvement millimétrique des politiques publiques européennes vers la gauche. En effet, comme son prédécesseur de droite, J. M. Barroso, il devra sans aucun doute gouverner avec l'appui du PPE et de l'ALDE, donc il sera condamné à décevoir les attentes d'Europe sociale des électeurs les plus prompts à oublier la réalité institutionnelle et sociopolitique de l'Europe à 28. A droite, les déclarations de X. Bertrand et de L. Wauquiez font comme si la France pouvait décider toute seule de ce qui va se passer en Europe. Avec 100% des voix à l'élection européenne en France et 98% de participation, un parti français pourrait peut-être obtenir quelque chose des autres pays européens..., et encore. Même si l'UMP était le premier parti lors de ces Européennes, les propositions de X. Bertrand ou de L. Wauquiez seront écoutées avec politesse et désintérêt par nos partenaires. Il faut arrêter de croire qu'un seul politicien français, aussi brillant et dynamique soit-il, puisse changer à lui tout seul la dynamique d'un attelage fort compliqué de 28 pays. C'est là un effet tragique du présidentialisme à la française qui fait croire à ce genre de prophétisme isolé. Le temps des prophètes à la de Gaulle est fini! S'il y a la moindre grande réforme européenne en vue, il faut déjà trouver des alliés dans les autres pays de l'Union. Je comprends que proposer des grandiloquentes réformes de l'Europe flatte l'égo de l'électeur français (et de celui qui les propose), mais il faudrait penser à l'avertir, ce pauvre ingénu d'électeur, que, en Europe, il y a déjà 27 autres pays à part la France. 

Par ailleurs, que disent ces évolutions de la scène politique française ? Assiste-t-on à une recomposition des clivages droite-gauche ?

Jean Quatremer : C’est inquiétant dans le sens où l’on à l’impression que plus personne ne souhaite véritablement porter le projet européen alors que ce dernier traverse une passe difficile. Si l’Europe est encore loin de ce qu’elle devrait être, on ne peut que regretter un manque d’enthousiasme et l’omniprésence des gémissements. Cette euro-tiédeur d’un nouveau genre démontre bien en creux la déprime française et son manque d’ambition politique après que notre pays ait été un des moteurs de la construction communautaire.

Il faut toutefois se rappeler que cette appréhension n’est pas tout à fait inédite : il suffit pour cela de se rappeler de l’arrivée du général de Gaulle au pouvoir qui souhaitait remettre en cause le traité de Rome. Cela a aussi été vrai pour les socialistes qui ont voté contre la Communauté européenne de défense en 1954, en lieu et place de quoi nous avons eu l’OTAN. On peut plus largement affirmer que l’Europe a toujours été perçue dans les opinions françaises comme une figure imposée plutôt qu’un projet fédérateur. C’est d’ailleurs ce syndrome de "l’Europe honteuse" qui explique d’après moi le non au référendum de 2005, un non que l’on peut difficilement attribuer au poids politique des formations eurosceptiques alors très minoritaires.

Christophe Bouillaud : Pour l'instant, les deux grands partis, UMP et PS, devraient tenir le choc des Européennes. On n'a en effet pas entendu parler d'une scission de l'UMP à cette occasion ; il est encore possible qu'une liste des souverainistes de l'UMP fasse dissidence, mais il reste bien peu de temps pour ce genre d'aventures. A gauche, le PS est concurrencé par "Nouvelle donne", mais ce nouveau parti n'a pas pour objet principal le problème européen, sa critique de la ligne du PS est plus large, plus civilisationnelle en somme. Plus généralement, on notera que toutes les tentatives de créer un nouveau parti important sur l'enjeu européen depuis le début des années 1990 ont échoué : le Mouvement des citoyens à gauche, le RPF, le MPF et le CNPT à droite. On remarquera qu'à droite, DLR (Debout la République) reste très bas dans les sondages et que son leader est peu populaire, et qu'à gauche, le PG de J.L. Mélenchon a du mal à gérer sa relation avec le PCF au sein du Front de gauche. Le seul parti, qui n'avait pas une obsession anti-européenne au départ (dans les années 1980),  et qui va profiter de la situation de trouble des Français autour de l'Europe, risque bien d'être uniquement le FN. Même s'il n'arrive pas en tête, les élections européennes de mai 2014 pourraient confirmer son statut de seul parti important s'opposant à l'Europe.  

Quelle place cela laisse-t-il finalement aux europhiles convaincus ? Un espace est-il à prendre ?

Jean Quatremer : Il y a effectivement une place à prendre selon moi pour un discours authentiquement europhile, en dépit d’un certain ronronnement médiatique qui vient parfois nous expliquer le contraire. Les Français restent encore majoritairement attachés à l’euro, souhaitent une défense européenne et font encore davantage confiance aux institutions communautaires qu’aux institutions nationales. La demande d’Europe existe donc toujours bel et bien, on a pu le voir grâce au succès des Verts en 2009, mais l’offre politique est de moins en moins enthousiaste en la matière. Je pense pourtant que le Parti socialiste et l’UMP font une erreur politique majeure en tentant ainsi de jouer sur les deux tableaux. En leur proposant une version allégée des programmes du FN et du Front de Gauche, ils prennent à l’inverse le risque d’apparaître toujours moins tentants que l’original. Il serait pourtant autrement plus bénéfique qu’ils assument leurs actes et qu’ils expliquent pourquoi ils les ont engagés.


Christophe Bouillaud : Si l'UMP en particulier tient un discours trop "eurosceptique", qui frise le surréalisme belge si j'ose dire, il risque de perdre des électeurs au courant des réalités au centre, en direction d'une Alternative UDI-Modem. Mais là encore, je parierais que les dirigeants de l'Alternative, s'ils vont rappeler à quel point ils aiment l'Europe, vont eux aussi émettre des critiques de l'Europe actuelle, et dire qu'il faut beaucoup plus d'Europe pour qu'on puisse vraiment l'aimer autant qu'on aimerait l'adorer. De toute façon, personne n'a envie d'assumer le bilan de la France actuelle! ni de l'Europe qui en lui est lié! Tout le monde préfèrera se placer dans l'opposition, en entamant les grands choeurs du changement nécessaire vers des lendemains meilleurs.

Un récent sondage IFOP/Jean Jaurès révélait que 52% des Français percevaient l'Europe comme "une mauvaise chose". L'émergence d'un discours critique à l'égard de l'Union peut-il finalement s'expliquer davantage par l'évolution des opinions que par un changement de mentalité de nos dirigeants ?

Jean Quatremer : Je pense que c’est en fait la mécanique inverse, c'est-à-dire que ce scepticisme des opinions publiques s’explique avant tout par un discours politique qui dans son ensemble est resté très timide sur le projet européen. La deuxième raison est évidemment la crise économique que nous continuons de traverser et dont les conséquences politiques se font logiquement sentir. On peut toutefois affirmer que ces mêmes conséquences sont autrement moins perturbantes que celles de la crise de 1929, et souligner à ce titre finalement une certaine force de l’Europe dans l’endiguement des populismes. C’est toutefois bien dommage que des hommes politiques, qui par ailleurs dénoncent parfois leurs propres décisions, ne prennent pas en compte cette réalité.

Christophe Bouillaud : Il faut d'abord rappeler que les Français, comme les autres européens, sont aussi massivement peu intéressés par l'Europe, avant de lui être hostiles. Ils sont indifférents. Il reste qu'il existe une montée en puissance d'une vision négative de l'Europe. Les dirigeants, surtout ceux des partis qui en fait trouvent l'Europe très bien telle qu'elle est puisqu'ils la font au jour le jour, tendent à s'adapter à cette situation: d'une part, ils défendent (mollement) les acquis. C'est difficile: dire par exemple que "l'Euro protège" est peu vendeur avec 3 millions de chômeurs, ou affirmer que "l'Europe c'est la paix" est presque orwellien quand on se trouve aux limites d'une confrontation majeure avec la Russie.  D'autre part, ils tendent, comme je l'ai déjà dit, à jouer les opposants "circonstanciels" au moment de l'élection européenne. De fait, l'élection européenne permet ce jeu, parce que les électeurs ne savent pas identifier qui gouverne l'Europe. On sait qui gouverne sa mairie, son département, sa région, la France, mais pas qui gouverne l'Europe. Surtout dans un pays comme la France, il est difficile de comprendre que l'Union européenne, comme la Suisse d'ailleurs, est toujours gouvernée par une grande coalition droite-centre-gauche, et cela depuis toujours. Cette situation n'empêche pas les Suisses de savoir pour qui voter, et pourquoi ils votent, ils ont appris à s'y reconnaître, en Europe, c'est plus récent, comme le montrent les sondages Eurobaromètres, une partie non négligeable de la population adulte découvre encore qu'il y a des élections européennes tous les cinq ans (cela existe pourtant depuis 1979), les électeurs n'ont pas encore bien compris le mécanisme, et des politiciens qui ne souhaitent pas assumer leur bilan réel - ou du moins celui de leur parti européen- n'hésitent pas à profiter de la situation.

 

Pour lire le Hors-Série Atlantico, c'est ici : "France, encéphalogramme plat : Chronique d'une débâcle économique et politique"


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (85)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
HerveLE
- 16/04/2014 - 11:21
nouveaux partis
mentionner aussi l'apparition de l'UPR, parti récent eurosceptique qui a aujourd'hui la plus forte croissance du paysage politique français.
H.
superliberal
- 16/04/2014 - 11:16
70 ans de Paix, merci l'EU
Quand je regarde les monuments aux morts je trouve ça franchement pas mal l'EU...
Je votre OUI pour plus d'Europe libérale...
Inconnu
- 16/04/2014 - 10:29
strob - 15/04/2014 - 17:23 ne démentira pas :
Il existe une cellule de propagande au niveau européen, destinée à détourner les commentaires des sceptiques en affirmant dans les forums que "plus d'Europe" résoudrait les problèmes structurels de leur machin.
Cela passe par de belles envolées sur les "progrès qui restent à faire" et tutti quanti. Soit exactement le même procédé qu'à l'Est, avant la chute du Mur ! Vous feriez donc bien de revoir votre copie ...