En direct
Best of
Best of du 6 au 12 avril 2019
En direct
© Reuters
67 personnes dans le monde possèdent la moitié des richesses du globe.
L'Édito de Jean-Marc Sylvestre
Les 67 plus riches du monde détiennent la moitié des richesses du globe. Et alors ?
Publié le 10 avril 2014
Selon une étude annuelle de l’ONG Oxfam, il y aurait 67 personnes dans le monde qui posséderaient la moitié des richesses du globe. Jamais la distribution des richesses produites par les humains n’avait été aussi inégalitaire.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon une étude annuelle de l’ONG Oxfam, il y aurait 67 personnes dans le monde qui posséderaient la moitié des richesses du globe. Jamais la distribution des richesses produites par les humains n’avait été aussi inégalitaire.

Oxfam essaie actuellement d’alerter le FMI et la Banque mondiale, qui tiennent leur assemblée générale annuelle, pour qu’ils agissent sur ces inégalités violentes et extrêmes. On n’est plus dans les mécaniques de développement. On est carrément dans les travaux d’Hercule.

[LES AUTRES ARTICLES DE VOTRE BRIEFING ATLANTICO BUSINESS]
Suivre @atlanticobiz
  

Le président de la Banque mondiale Jim Yong Kim et la directrice générale du FMI Christine Lagarde ont évidemment beaucoup parlé de ce phénomène angoissant à l’ouverture de leur assemblée annuelle. Ils considèrent que la mondialisation a tiré de la pauvreté environ 100 millions d’êtres humains, rien que sur le continent asiatique. Pour cette seule raison, il faut évidemment défendre la liberté internationale du commerce, cette mondialisation est un facteur de développement et d’émancipation des peuples. Un peuple qui mange à sa faim et qui commence à vivre mieux ne fait pas la guerre. Et c’est vrai que les risques de grands conflits mondiaux ont pratiquement disparu.

En revanche, les dirigeants du FMI reconnaissent que la crise a creusé les inégalités. Sans arrêter le processus de développement des émergents, la sortie de crise s’est faite au prix d’un accroissement des inégalités. Or, les inégalités aussi flagrantes sont porteuses de risques d’explosions sociales, religieuses et régionales.

Pour cette raison-là, le FMI et la Banque mondiale devraient dans les années qui viennent changer leur politique de prêts aux pays pauvres en mettant l’accent sur les investissements dans la santé et dans l’éducation. Sous-entendu, les investissements en équipements et infrastructures pourraient être pris en charge par des financements privés, et pourquoi pas par les plus riches (ce que fait la fondation Gates qui regroupe les plus riches des riches américains), laissant aux organisations internationale le soin de financer des projets dont la rentabilité est plus difficile à chiffrer et plus lointaine. Les riches ont largement plus de moyens que les institutions internationales officielles.

Le FMI reconnait que la sortie de crise, qui ne peut s’opérer que par des ajustements budgétaires, entraînent beaucoup de pays à lancer des plans d’austérité. Ces plans d’austérité passent par des coupes dans les dépenses publiques, à commencer par des coupes dans les investissements et notamment les moins rentables à court terme : la santé et l’éducation. C’est donc aux institutions publiques de compenser ces déficits d’investissement.

Parallèlement, le FMI rappelle que les inégalités sont également dues à des stratégies d’optimisation fiscale qui permettent à certains d’échapper à l’impôt et de s’enrichir.

A partir de ce diagnostic, que peuvent faire les organisations internationales pour réguler un peu mieux la répartition des richesses mondiales ? La réaction première des mouvements alternatifs, serait de réclamer des pouvoirs d’intervention au niveau mondial, tout en sachant que c’est irréaliste. Le minimum serait de s’assurer que les mécanismes de marché fonctionnent correctement avec des règles précises de concurrence, de transparence, de réciprocité et des gendarmes capables de les faire respecter. C’est donc toute l’action de l’OMC qui est en jeu. Or l’organisation mondiale du commerce est paralysée par la confluence des égoïsmes nationaux et des intérêts particuliers, au rang desquels il y a bien sûr une centaine de gens très riches qui, sur la planète, profitent un maximum des avantages de la liberté de circulation, mais font jouer les législations nationales dès qu’il s’agit de se protéger.

Dans ces conditions, encore une fois, et faute d’un pouvoir coercitif, que peut faire le FMI ou la Banque mondiale ?

Un, se féliciter que sur la planète les riches soient riches.

Deux, se dire que ce ne sont pas les riches qui sont un problème, mais que ce sont les pauvres. Tout faire pour non pas les aider à sortir de la pauvreté mais tout faire pour créer un écosystème qui leur permette de s’affranchir des difficultés extrêmes.

Trois, vérifier que si les riches s’enrichissent, ils ne le font pas au détriment des pauvres mais qu’au contraire, plus il y a de riches sur la planète, moins il y aura de pauvres.

Ça a été vrai pendant vingt ans. L’enrichissement de quelques-uns a servi d’entrainement aux autres. Ce n’est plus vrai depuis la crise.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
02.
Les puissants relais de l'Algérie en France ; Ces amis de Ghosn que tout le monde craignait chez Renault; L'avertissement de Philippe à Castaner; Technip: et un mégagâchis industriel de plus; Notre-Dame partout dans les hebdos, le catholicisme plus rare
03.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
04.
Un pognon de dingue pour Notre-Dame de Paris ? Oui, car l'Homme ne vit pas que de pain
05.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
06.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
07.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
ignace
- 11/04/2014 - 15:44
@ martien - OK avec vous
$$$$$$
martien
- 11/04/2014 - 03:11
Malades mentaux
La compétitivité est une forme naturelle de ségrégation, la tenir comme la norme est un crime contre l'humanité sciemment orchestré par nos dirigeants et journaleux passés maîtres en soft propagande, mais jusque quand...
Mais bon, ce ne sont finalement que des singes qui s'autoformatent pour pouvoir manger un peu plus que les autres.
Ceci dit faites "riche" un pauvre et il sera encore pire.
ignace
- 11/04/2014 - 02:48
@jaccuse on ne va pasles appauvrir vos riches, on va simplement
éviter qu'ils le soient trop .....comme les haies quand elles poussent trop on les coupe...afin de mieux les apprécier
ce qui n'empeche pas les fleurs de pousser a leurs pieds

Même Zola, n'y aurait pas pensé, mais c'est bien vous avez osé :

La progression des inégalités est en fait le signe que le niveau de vie général s'améliore, ce qui est confirmé par les chiffres, et il faut donc s'en féliciter.

Si on retire l'argent aux riches, on en prive les pauvres; si on met des barrières à l'accumulation du capital, on augmente le nombre de pauvres.

Là bravo, c'est un festival, je pense que vous pratiquez l'humour au second degré, mais il faut avertir, sinon on pourrait mal l'interpreter