Vous êtes sur le point de signaler que le commentaire ci-dessous n'est pas conforme aux conditions d'Atlantico.fr.
Stéphane Gayet
- 09/02/2019 - 11:07
Réponse à Benvoyons
L’article n’emploie pas l’expression « Deuxième cerveau » parce que cette expression saisissante et à la mode travestit la réalité. Le microbiote intestinal n’est pas un deuxième cerveau, car aucune pensée n’y est produite. Les bactéries de ce microbiote ne sont pas des cellules nerveuses, mais elles envoient des signaux au cerveau et en modulent d’autres. Nous n’avons qu’un cerveau, sur lequel le microbiote intestinal agit bel et bien. Il influence le cerveau, mais ne peut pas s’y substituer. Les fonctions supérieures que sont la mémoire, le raisonnement, la logique, le calcul, l’analyse, la conceptualisation, la synthèse, l’invention, l’apprentissage, l’intuition, etc. se situent dans le cerveau. Le microbiote peut uniquement – dans l’état actuel de nos connaissances - activer ou inhiber certaines zones cérébrales et certaines glandes hormonales. Quand une personne se trouve en état de mort cérébrale par arrêt de la circulation crânienne, elle peut avoir un intestin préservé avec un microbiote sain, elle n’a plus de pensée ni de vie de relation.