Vous êtes sur le point de signaler que le commentaire ci-dessous n'est pas conforme aux conditions d'Atlantico.fr.
Papy Geon
- 26/11/2018 - 21:27
C’est avant tout une crise politique
Le trio « liberté – égalité – fraternité », c’est de l’histoire ancienne. Tout cela est disparu au fil du temps, avec l’éparpillement des conventions collectives, et surtout la mainmise d’un fonctionnariat d’Etat inamovible, peu efficient, en surnombre stratosphérique, et qui vivote en se servant grassement dans la gamelle des français qu’il rançonne. Ajoutons à cela, le fait que des gestionnaires aux ordres d’entités extérieures et de lobbies, prétendent nous mener comme un troupeau de ruminants édentés et aveugles, le tableau devient triste lorsque l’on cherche, ne serait-ce qu’un peu d’égalité. En 1940, nos dirigeants étaient aux ordres d’une entité identifiée. En 2018, et depuis plusieurs années, ils sont aux ordres d’une mafia internationale. Les attitudes sont les mêmes (ils veulent le bien des français nous disent-ils!). Les pratiques d’adhésion par endormissement, crainte ou propagande, sont bien au point avec les écrans. Il ne reste aux français que deux options : la résistance passive ou le soulèvement. Il reste à savoir de quel côté seront les policiers cette fois. Quant aux miliciens de 1942, ils sont là aussi, faciles à manipuler : en 2018, on les appelle casseurs.