Vous êtes sur le point de signaler que le commentaire ci-dessous n'est pas conforme aux conditions d'Atlantico.fr.
MGPresse
- 09/08/2016 - 13:05
Notre monde a changé, pas le leur
Le problème me parait une méconnaissance de la cybernité. Depuis Henri Poincaré, le XXème siècle scientifique, le web nous savons que sous la réalité perçue par nos 5 sens, il existe une "interlité" (les hyper et inter-liens à portée de clic, de contrat ou de lois physiques) qui maille les gens et les choses et que nous percevons par l'empathie (cellules mirroir, Messmer y est champion) et l'intellition (la perception par l'intelligence de ce qui fait sens). Nous avons tenté de maîtriser (techniquement) cette cybernité par la "globalization" (idée californienne avec "post-humain" : Kurzweil, Google). Il faut l'approcher par la "glocalisation" : la localisation des gens (plus-humain), dans le ***contexte*** de la mondialisation des choses. L'image du village gaulois, Asterix en Amérique. C'est trés exactement la base - restreinte en 1986, qui se remodèle actuellement - des objectifs de Vint Cerf pour son bébé, ... l'internet. Une approche qui marche et survit aux politiques et commerciaux de tout bord. Sa gouvernance (à trouver) est prototype pour la nouvelle gouvernance (holocratique ?) des multitudes et de l'économie humaine.