Vous êtes sur le point de signaler que le commentaire ci-dessous n'est pas conforme aux conditions d'Atlantico.fr.
kaprate
- 23/11/2015 - 22:34
Un rapport de force
L'Arabie Saoudite, berceau du salafisme et grand financeur de l'islamisme radical et du terrorisme, avec le Qatar et la complicité des Etats comme la France, sur le terrain de la Syrie ou de nos banlieux, vient de demander, par le biais de son roi, à rencontrer Poutine. Pourquoi se rapprocher de celui qui est le plus autoritaire, le plus déterminer à éradiquer l'EI, le plus efficace dans la lutte contre l'islamisme? Parce qu'il est plus fort, qu'il "en a", qu'il ne s'embarrasse pas trop de considérations philosophiques... C'est un rapport de forces. Le temps n'est pas aux intellectuels mais aux représentants de la force et de l'autorité contre un phénomène dangereux à neutraliser. Le salafisme, très archaïque, fonctionne selon la loi du plus fort. Du jeune musulman pré-délinquant au roi d'Arabie Saoudite, ce qui est respecté est ce qui est craint. Notre "humanisme béat", notre démocratie naïve n'est pour eux que de la faiblesse. Gardons nos valeurs mais sachons d'abord nous faire respecter.