En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Flickr/K@r!N
Passe le oinj... ou le pastis

Francis Cabrel : le cannabis, "pas beaucoup plus nocif que le pastis" selon le chanteur

Publié le 27 octobre 2012
Francis Cabrel explique par ailleurs qu'il ne "quittera jamais Astaffort ni la France pour des raisons fiscales".
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Francis Cabrel explique par ailleurs qu'il ne "quittera jamais Astaffort ni la France pour des raisons fiscales".

Petite Marie, l'entends-tu ? Francis Cabrel annonce dans un entretien au journal le Parisien que "le cannabis ne [lui] paraît pas beaucoup plus nocif que le pastis" tout en assurant n'en avoir "jamais fumé". Le chanteur français estime par ailleurs dans l'interview publiée ce samedi que "la dépénalisation permettrait de court-circuiter les mafias parallèles", et rejoint donc l'idée de Vincent Peillon. Le ministre de l'Education avait en effet déclenché un tollé il y a quelques semaines en déclarant qu'il était en faveur d'un débat sur la dépénalisation avant de revenir sur ses propos en affirmant qu'ils ne relevaient que d'une "réflexion personnelle". La question de la dépénalisation du cannabis ne cesse de diviser les Français et les hommes politiques depuis maintenant près d'une quinzaine d'années.

Dans l'interview qu'il a accordé au Parisien, Francis Cabrel explique par ailleurs que bien que le gouvernement ait tout juste fait voter la contribution exceptionnelle à 75% pour les très hauts revenus, il ne "quittera jamais Astaffort ni la France pour des raisons fiscales", ajoutant : "Je ne sais pas si je suis concerné par les 75%, mais si je le suis, cela ne ma gêne pas, je vis suffisamment bien".

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

04.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

05.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
laïcité
- 30/10/2012 - 14:19
encore un gaucho-bobo du show-biz
qui a perdu une occasion de se taire!...Ces bobos du show-biz sont en général d'un niveau affligeant !
jerem
- 29/10/2012 - 20:07
francis ! le pastis , y as tu gouté ?
on sait jamais des fois que l'on aurait le retour d'un non connaisseur sur le danger du pastis ....
eheime
- 29/10/2012 - 19:04
Il fait une erreur
la dépénalisation (non condamnation des consommateurs - voire des dealers) institutionnaliserait la mafia.
Ce qu'il faut c'est la LEGALISATION qui est la vente autorisée sous controle de l'Etat; avec des obligations d'information, d'hygiene et éventuellement de taxes.
De plus il faut le faire avec toutes les drogues, y compris les plus dangereuses, et pas seulement le canabis. Sans quoi les mafias tenteront de vendre d'autres drogues.