En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© DANIEL LEAL-OLIVAS / AFP
Princesse de Galles

Lady Di : le médecin légiste Richard Shepherd fait de nouvelles révélations sur les causes de la mort de Diana Spencer

Publié le 08 avril 2019
La mort de Lady Diana à Paris a bouleversé les Britanniques et les citoyens du monde entier. Un médecin légiste qui a travaillé sur l'enquête, le docteur Richard Shepherd, a publié un ouvrage dans lequel il fait des révélations sur la mort de la princesse de Galles Diana Spencer. Il s'est également confié à la rédaction du Dailymail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La mort de Lady Diana à Paris a bouleversé les Britanniques et les citoyens du monde entier. Un médecin légiste qui a travaillé sur l'enquête, le docteur Richard Shepherd, a publié un ouvrage dans lequel il fait des révélations sur la mort de la princesse de Galles Diana Spencer. Il s'est également confié à la rédaction du Dailymail.

Le 31 août 1997, le véhicule de Dodi Al-Fayed et Lady Diana s'est encastré dans le tunnel sous le pont de l'Alma, à Paris. Cet effroyable accident de la route a brisé le destin de la princesse de Galles. Diana Spencer était âgée de 36 ans.  

Alors que les tabloïds attendent avec effervescence la future naissance du nouveau "royal baby" pour Meghan Markle et le prince Harry dans quelques semaines, un ouvrage fait couler beaucoup d'encre au Royaume-Uni.

Le Dr Richard Shepherd a publié un ouvrage dans lequel il a enquêté sur le décès notamment de Lady Di : "Unnatural causes – The Life and many deaths of Britain's top forensic patholgist".  Ce médecin légiste s'est également confié à la rédaction du Dailymail. Il révèle notamment dans ce livre que la princesse de Galles a succombé à une blessure "très rare". 

La rédaction du Dailymail a dévoilé des extraits ce dimanche. Richard Shepherd explique qu'en 2004, il a participé à une enquête de police sur l'accident de Lady Diana et de Dodi Al-Fayed. 

Le chauffeur du véhicule et Dodi Al-Fayed sont morts sur le coup d'après les conclusions. La princesse Diana en revanche est morte quelques heures plus tard à l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Après avoir perdu connaissance et après plusieurs réanimations cardiaques durant le trajet jusqu'à l'hôpital, Lady Diana a été opérée. 

Selon le Dr Richard Shepherd, le type de blessure de Lady Di était difficile à repérer et à soigner : 

"Elle ne souffrait que de quelques fractures et d'une petite blessure à la poitrine, mais c'était une minidéchirure dans une veine d'un de ses poumons. Ils ont identifié le problème et essayé de réparer la veine. Mais malheureusement, il était trop tard. Sa blessure est si rare que de toute ma carrière, je ne pense pas en avoir connu d'autre. La blessure de Diana était très petite, mais au mauvais endroit. La mort de Diana est un exemple classique de ce que nous disons après presque chaque mort : si seulement. Si seulement elle avait frappé le siège devant à un angle légèrement différent. (…) Si seulement elle avait été mise dans une ambulance immédiatement. (…) Si seulement elle avait porté une ceinture de sécurité. Retenue, elle aurait probablement pu apparaître en public deux jours plus tard avec un oeil au beurre noir, peut-être un peu à bout de souffle à cause des côtes fracturées et avec un bras cassé en écharpe. La cause de sa mort est, je crois, indiscutable". 

La princesse Diana est morte d'un arrêt cardiaque quelques heures après l'accident. 

"Dans l'ambulance, elle a progressivement perdu conscience. Lorsqu'elle a subi un arrêt cardiaque, tous les efforts ont été déployés pour la réanimer. À l'hôpital, elle a été opérée. Le problème a été identifié et une tentative de réparer la veine a été effectuée. Malheureusement, il était déjà trop tard. Sa période initiale de conscience et sa survie initiale après l'accident sont caractéristiques d'une déchirure d'une veine vitale. Sur le plan anatomique, il est caché, au centre de la poitrine".

Le port de la ceinture de sécurité aurait donc pu lui sauver la vie selon les révélations de Richard Shepherd.

Vu sur : Dailymail
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

07.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Podoclaste
- 16/04/2019 - 10:58
Pas de petit profit
Bon, 22 ans après, pas facile de faire encore du beurre avec cette histoire. La belle princesse s'évade avec son prince du désert, à eux deux 120 de QI, sa seule chance à cette vitesse aurait été l'éjection, ça partait bien elle n'avait pas de ceinture mais voilà, la voiture était blindée donc personne ne sort. Décélération brutale, cisaillement des gros vaisseaux et hémorragie veineuse, la plus vicieuse, pas de bol. Pas de complot non plus. So ordinary, so sad.
JG
- 10/04/2019 - 23:30
Lésion pas si rare que cela et bien connues des traumatologues
dans les accidents avec une décélération brutale et importante, les grosses veines thoraciques venant du poumon, dites veines pulmonaires, plus fragiles que les artères car à parois plus fines, sont soumises à des mouvements brusques dans les zones où elles sont proches de leur attache principale, en l' occurrence, l'oreillette droite. Et c'est la contradiction entre la zone d'attache et la zone qui bouge brusquement qui, au delà d'une certaine vitesse (en général autour de 120 km/h) provoque ce genre de blessures.
Cela peut arriver aussi pour les veines cérébrales et pour certaines zones de l'aorte.
C'est pour cela qu'il y a peu de survivants dans les accidents au delà de 120 km/h car indépendamment des chocs directs, même quand on porte une ceinture, la simple décélération peut entraîner ce genre de lésions.
Anouman
- 08/04/2019 - 21:23
Si seulement
Si seulement elle n'était pas monté en voiture avec un débile mental qui ordonne à son chauffeur de foncer en pleine ville… Mais chacun choisit son destin.