En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Capture d'écran YouTube / Joe
Humour "So British" ?
"Still M.A.Y." : Theresa May et le Brexit parodiés dans un montage avec la chanson de Dr. Dre
Publié le 19 mars 2019
Alors que la situation sur le Brexit et l'issue politique sont toujours aussi complexes au Royaume-Uni, le média culturel et sportif JOE a publié récemment une parodie du titre "Still D.R.E" de Dr. Dre avec Theresa May.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico Rédaction
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la situation sur le Brexit et l'issue politique sont toujours aussi complexes au Royaume-Uni, le média culturel et sportif JOE a publié récemment une parodie du titre "Still D.R.E" de Dr. Dre avec Theresa May.

Une vidéo humoristique rencontre un franc succès sur les réseaux sociaux au Royaume-Uni comme l'a précisé la rédaction de Franceinfo. Le média culturel et sportif JOE a publié une vidéo parodiant le clip de rap de l'artiste Dr. Dre, "Still D.R.E.", avec la Première ministre Theresa May. 

Le montage reprend de véritables phrases prononcées par Theresa May lors de certains de ses discours et par le leader du parti favorable au Brexit ERG, Jacob Rees-Mogg. La chanson "Still D.R.E." est donc devenue "Still M.A.Y."

Les extraits du discours de Theresa May "remixés" dans cette parodie humoristique soulignent sa détermination face à la crise du Brexit : 

"Toujours faire pression pour partir, toujours échouer à prendre le leadership, toujours refuser d'admettre sa défaite". 

Selon le porte-parole de Theresa May, la Première ministre britannique va demander formellement par écrit un report d'au moins trois mois du Brexit au président du Conseil européen Donald Tusk. 

Les ministres du cabinet britannique se sont réunis ce mardi afin de débattre des conséquences de la décision du président de la Chambre des Communes, John Bercow, de refuser de soumettre aux voix des élus un accord de retrait similaire à ceux qui ont déjà été rejetés deux fois au Parlement.

Theresa May espérait pouvoir faire ratifier son accord avant le Conseil européen qui va se dérouler jeudi et vendredi à Bruxelles. La question d'un report du Brexit devrait être évoquée à cette occasion. 

Les députés britanniques débattront à partir de lundi prochain des moyens de sortir de l'impasse sur le Brexit. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
02.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
06.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires