En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

04.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

05.

Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

07.

Quand la novlangue de la Mairie de Paris se traduit en réalité cauchemardesque

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

Souveraineté numérique : le choix inquiétant fait par la BPI pour l’hébergement des données sur les prêts des entreprises françaises affaiblies par le Covid-19

03.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

06.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

03.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

04.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

05.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépites > Education
Génération Covid-19
Bac 2020 : 95,7 % de réussite après la première session de rattrapage
il y a 10 heures 25 min
pépite vidéo > France
Mort du conducteur agressé
Bayonne : Gérald Darmanin promet des mesures pour les chauffeurs de bus de toute la France
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

L’instinct de survie : cet atout majeur de l’espèce humaine pour surmonter ses peurs, les obstacles et les accidents de la vie

il y a 18 heures 7 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Retour de l’Etat de droit : la difficile et délicate mission de la lutte contre le narcobanditisme

il y a 19 heures 14 min
décryptage > Economie
Marché du travail

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

il y a 20 heures 38 sec
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

il y a 21 heures 14 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Catherine Deneuve achète tout en liquide, Laura Smet encaisse le cash de Laeticia, Patrick Bruel dépense le sien pour Clémence; Paris Hilton pour son chien; Jean-Michel Blanquer quitte sa (2ème) femme, Johnny Depp cassait les affaires de Vanessa Paradis
il y a 21 heures 56 min
007
L'espion égyptien qui travaillait dans l'entourage d'Angela Merkel a été démasqué
il y a 1 jour 13 heures
light > Science
Une vie de chien
Non, l'âge humain de votre chien ne se multiplie pas par sept
il y a 1 jour 14 heures
pépites > Economie
L'euro fort
L'Irlandais Paschal Donohoe prend la tête de l'Eurogroupe
il y a 1 jour 16 heures
pépites > France
Viviane Lambert
L’émotion de la mère de Vincent Lambert, un an après la mort de son fils
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Elections municipales 2020 : comment la candidature de Rachida Dati a assuré la survie de la droite à Paris

il y a 17 heures 37 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Comment le coronavirus a bouleversé et totalement relancé la course à la Maison Blanche entre Joe Biden et Donald Trump

il y a 18 heures 50 min
décryptage > Environnement
Stratégie gouvernementale

La récession économique n’empêchera pas le gouvernement de mettre en oeuvre son programme (de punition) écologique

il y a 19 heures 36 min
décryptage > Environnement
Carburant du futur ?

Energie : l’Allemagne prend le risque mal maîtrisé de l’hydrogène

il y a 20 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

il y a 21 heures 44 min
décryptage > Environnement
Gaspillages

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

il y a 22 heures 10 min
pépites > Justice
Le retour de la justice
Le parquet de Paris enquête sur les fraudes au "chômage partiel"
il y a 1 jour 14 heures
pépites > France
Rénovation vintage
C’est officiel : la flèche de Notre-Dame de Paris sera reconstruite à l’identique
il y a 1 jour 16 heures
pépites > France
Fin de partie
L'état d'urgence sanitaire prend fin aujourd'hui, qu'est ce que cela signifie ?
il y a 1 jour 17 heures
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
© DAVID MCNEW / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Le miroir de l'âme ?

Pourquoi nos expressions du visage ne reflètent pas nécessairement nos émotions ?

Publié le 11 mai 2018
De nouvelles études viennent de relancer le débat sur les liens entre les expressions du visage et nos émotions. Ce concept considéré comme universel cache en réalité des enjeux sociaux et d'emprise envers nos interlocuteurs au quotidien.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
De nouvelles études viennent de relancer le débat sur les liens entre les expressions du visage et nos émotions. Ce concept considéré comme universel cache en réalité des enjeux sociaux et d'emprise envers nos interlocuteurs au quotidien.

Pendant des siècles, les expressions du visage ont été considérées comme le miroir de nos émotions internes. Mais une étude récente tend à démontrer que nous sommes bien loin de la réalité. Le psychologue Carlos Crivelli a mené des recherches sur les émotions et les expressions du visage. Cette étude a été menée en 2015 en Papouasie-Nouvelle-Guinée. Le résultat de cette étude démontre des résultats surprenants. 

Carlos Crivelli a présenté des photographies de portraits d'occidentaux effrayés à des habitants des Iles Trobriand. Ces atolls coraliens sont situés au large de la côte orientale de la Nouvelle- Guinée. Les clichés dévoilaient clairement des expressions marquées de peur avec des regards terrifiés et des bouches grandes ouvertes. Le psychologue a alors demandé aux habitants des Iles Trobriand d'identifier ce qu'ils venaient de voir sur ces photographies. Les personnes interrogées ne voyaient pas des visages effrayés. Elles voyaient bien au contraire une menace envers eux de la part de la personne sur le cliché. Les personnes questionnées décelaient plutôt une indication d'un grand danger et d'un risque d'agression envers eux, de la part de la personne photographiée ! Face à une photographie d'un occidental effrayé, les habitants des Iles Trobriand percevaient donc plutôt une personne agressive et non effrayée. En d'autres termes, ce que nous pensons être une expression universelle de la peur n'est en fin de compte pas si universelle que cela à travers la planète. 
 
Cette étude vient donc renforcer la théorie selon laquelle les expressions faciales ne reflètent pas totalement nos émotions. Au lieu de dénoter de manière fiable nos états émotionnels, nos traits démontreraient en réalité nos intentions et nos objectifs sociaux. 
 
Alan Fridlund, un professeur de psychologie à l'Université Santa Barbara de Californie, a publié une étude avec Carlos Crivelli qui plaide en faveur d'une vision beaucoup plus fonctionnelle et utilitariste des expressions faciales. Selon Alan Fridlund, le visage agirait "comme un panneau de signalisation qui aurait un impact sur le trafic de cet axe". Nos visages, nos grimaces et nos mimiques seraient donc selon lui des "moyens de diriger la trajectoire d'une interaction sociale". Les expressions du visage ne servent pas totalement et constamment à manipuler les autres fort heureusement. Nos sourires et nos froncements de sourcils peuvent être instinctifs. 
 
Nos expressions du visage ne seraient donc pas véritablement un miroir de ce qui se passe réellement à l'intérieur de nous. Il s'agit plutôt d'un signal que nous envoyons concernant ce que nous espérons qu'il se passe par la suite. Un visage contrarié et des expressions de dégoût dans le cadre d'une conversation peut ainsi indiquer que vous n'êtes pas satisfaits avec la tournure des débats et que vous souhaitez en réalité qu'elle prenne une différente tournure. 
 
L'idée selon laquelle les émotions sont fondamentales, instinctives et exprimée à travers nos expressions du visage sont profondément ancrées dans la culture occidentale. Dans les années 1960s et 1970, la recherche scientifique a soutenu l'idée selon laquelle un florilège d'émotions de base pouvait être compris de manière universelle à travers les expressions du visage. 
 
Dans différents pays à travers la planète, le chercheur Paul Ekman a demandé à différentes personnes de lier des photographies (représentant clairement des expressions faciales) avec des émotions et un cadre émotionnel bien précis. Ses travaux indiquaient que certaines expressions et leurs sentiments correspondants étaient bien reconnus par des populations du monde entier. La joie, la peur, la tristesse, la colère, la surprise ou bien encore le dégoût étaient concernés. Les conclusions de Paul Ekman ont eu une influence considérable sur la société. 
 
Une nouvelle étude remet en cause les deux principaux piliers de la théorie sur les émotions (l'universalité des émotions et leur interprétation commune d'une part, la croyance selon laquelle les expressions du visage sont des relais fiables de nos émotions). 
 
Les récentes études de Carlos Crivelli menées auprès de la population des Iles Trobriand, chez les Himbas en Namibie, avec les Hadzas en Tanzanie et auprès des Mwanis au Mozambique démontrent des différences nettes d'interprétation des sentiments et des émotions liées aux expressions du visage par rapport aux interprétations du monde occidental. Les chercheurs n'ont donc pas pu démontrer que ce qui se cache derrière une expression du visage est compris de manière innée ou universelle. Ils ont découvert que seulement une minorité de visages reflétait réellement les véritables émotions. Même lorsque nos expressions faciales sont interprétées par les autres, avec une émotion clairement indentifiable, ces traits du visage peuvent laisser transparaître une émotion que nous ne ressentons pas réellement.    
 
Même si nos expressions et nos mimiques ne reflètent pas à 100% nos véritables sentiments et nos émotions profondes, cela a en revanche des conséquences énormes. Dévoiler nos émotions internes aux autres pourrait nous placer dans une situation désavantageuse. 
 
Ces découvertes pourraient influencer à l'avenir les recherches et le développement de l'intelligence artificielle. Les réactions des robots face à nos émotions pourraient effectivement fortement fluctuer. 
 
Cette nouvelle étude permettrait également d'interpréter les interactions sociales. Nous pourrions être en mesure de mieux communiquer si nous étions capables de ne pas calquer une émotion avec les expressions du visage de notre interlocuteur. La grimace d'un proche pourrait en fait indiquer qu'il souhaiterait vous faire partager le même avis que lui. Un rire nerveux peut souligner le fait que l'on ne prête pas suffisamment attention à la conversation ou indiquer une forme d'hostilité.  
 
Carlos Crivelli estime que nos expressions du visage nous permettent d'agir comme des marionnettistes. Ces traits particuliers du visage seraient "des câbles ou des cordes invisibles que nous utilisons afin de tenter de manipuler les autres".  
 
Ces nouvelles études et ces conclusions tendent donc à démontrer que nous sommes des créatures sociales. 
 
Vu sur : Lu sur la BCC
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires