En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Crésus avec des crampons

Avions privés, rémunérations... La Fédération française de football épinglée par la Cour des comptes

Publié le 29 mars 2018
La Cour pointe dans un rapport datant d’avril 2017 le train de vie très confortable de la FFF.
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La Cour pointe dans un rapport datant d’avril 2017 le train de vie très confortable de la FFF.

Vous vous rappelez l'épisode de Knysa ? Quand les joueurs de l’équipe de France de football avait refusé de descendre de leur bus pour s’entrainer, en solidarité avec leur collègue Nicolas Anelka qui avait insulté le sélectionneur. Et ce, devant les spectateurs du monde entier, mi-atterrés, mi-mort de rire. Depuis ce consternant épisode, l’image du football français va plutôt mieux. Une image sur laquelle la Fédération française de football a su capitaliser, notamment par l'intermédiaire d'un juteux contrat avec l’équipementier Nike pour plus de 50 millions d’euros par an jusqu’en 2026.

Mais l'aisance financière de cette "fédé" a conduit "à de trop nombreuses facilités dans la gestion des ressources humaines", d’après la Cour des comptes. Le Monde a ainsi pu avoir accès à un rapport confidentiel daté d’avril 2017, portant sur la période 2011-2015. Les rémunérations et les indemnités de ruptures sont pointées du doigt.  

"Au-delà de certains salaires « exceptionnels », le personnel bénéficie de conditions de rémunérations et de travail très favorables. La politique salariale s’est avérée très généreuse ces dernières années", souligne la Cour des comptes, qui évoque des augmentations générales de 3%. Les "indemnités de ruptures conventionnelles ou transactionnelles sont également particulièrement généreuse,  "toujours supérieures aux pratiques communément admises". Le montant des indemnités de ruptures de contrats a ainsi atteint 8,6 millions d’euros sur les quatre années étudiées et "huit salariés ont touché plus de 300 000 euros d’indemnités de rupture entre 2011 et 2015".

Les sages de la rue Cambon notent aussi "une hausse continue des affrètements d’avions". 313 000 euros auraient été dépensés pour ces voyages en 2015. "A titre de comparaison, la FFF avait déboursé 9 000 euros en 2011 pour l’affrètement d’avions privés. Soit une multiplication par 35" relaie Le Monde.

Vu sur : Lu sur Le Monde
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

L'arrivée du Pape François et la fin d'une Eglise dogmatique

04.

Après l’annonce de la mort d’Hamza Ben Laden, de hauts responsables d’Al-Qaida réapparaissent

05.

La guerre des changes aura lieu

06.

Classement Bloomberg des familles les plus fortunées : pourquoi les dynasties règnent plus que jamais sur le capitalisme mondial

07.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

02.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires